W Cassiopée
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Le coin des polars

Suivi par 204 abonnés

Billet de blog 4 mars 2020

Siège 7 A de Sebastian Fitzek (Flugangst 7 A)

Pour sauver sa fille, un psychiatre doit provoquer le crash de l'avion à bord duquel il a pris place.

W Cassiopée
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Jusqu’où va-t-on pour ceux qu’on aime ?

Pas de temps à perdre. C’est dès le début du roman que Sebastian Fitzek nous fait entrer dans le vif du sujet.  Nele, une jeune femme qui vit à Berlin est sur le point d’accoucher. A l’autre bout du monde, son père, un psychiatre de renom s’est décidé, malgré ses peurs, à prendre l’avion pour la rejoindre. Se retrouver là-haut est une souffrance importante pour lui, il a mis en place un fonctionnement bien particulier pour se rassurer et endurer les nombreuses heures de vol. Il sait que son angoisse l’envahit, qu’elle est difficile à gérer et il fait tout pour s’en sortir au mieux.

Peu après le décollage, il reçoit un appel. Un chantage odieux lui est présenté : la vie de sa fille et de son bébé contre le crash de l’appareil. Deux vies contre deux cent seize mais les deux vies en jeu sont la chair de sa chair… Vous feriez quoi, vous ? En tout cas, Matt voudrait solutionner tout ça sans morts ni d’un côté ni de l’autre mais il ne voit pas comment faire. D’autant plus que ce qu’on exige de lui est pervers : manipuler mentalement une de ses anciennes patientes qui est à bord. Elle perdra « la raison » et entraînera tout le monde dans sa folie destructrice. Matta avait envisagé tous les incidents possibles avec ce mode de transport et avait essayé d’anticiper mais bien sûr, il n’avait pas pensé à ça. L’horreur absolue et la mort au bout, sur terre ou dans les airs… Comment déjouer les plans de celui qui le fait chanter ?

C’est parti pour une course contre la montre. Agir, négocier, quel que soit le lieu, c’est à ça que sont confrontés les personnages. Nele se bat pour sauver sa vie et celle de son bébé, Matt également, tout en souhaitant préserver également les passagers.

Une fois, encore l’auteur mène son intrigue de main de maître. On peut se demander où il va chercher des idées pareilles (heureusement pas dans les faits divers). C’est impressionnant l’imagination qu’il a et l’espèce de « logique » qu’il met en place Parce que bien entendu, à la fin, tout s’emboîte, tout s’explique, alors que parfois, on se dit « et celui-là, qu’est-ce qu’il vient faire dans l’intrigue ? ». Evidemment aucun temps mort dans ce récit, le style est vif, plein de rebondissements, l’écriture fluide (merci à la traductrice) et accrocheuse. L’auteur a tissé son texte autour des arcanes du cerveau humain, de ses failles. Il ne manque pas d’aborder quelques thèmes intéressants, même si cela reste plutôt « survolé » : le véganisme, la mort, l’amour filial, l’amitié, la folie humaine au nom de certains combats etc. Les protagonistes, bien que certains soient un peu caricaturaux, sont intéressants. J’ai particulièrement apprécié Feli, ancienne collègue du psychiatre qui n’écoute que son cœur pour venir en aide à Nele. C’est une femme courageuse, qui ne lâche rien et qui se donne les moyens de réfléchir. J’ai en outre trouvé que Matt avait une bonne idée quand il décide de prendre le problème « à l’envers » en essayant de comprendre à qui profitera l’écrasement. Développer un peu plus ce qu’il note et son mode de réflexion aurait pu offrir un intérêt supplémentaire.

La lecture a été agréable même si j’ai trouvé quelques invraisemblances (qui ne m’ont pas dérangée plus que ça, mais je préfère me rassurer en me disant que c’est impossible ;- ) En tout cas, c’est un vrai page-turner et ça fait du bien de rester scotchée dans son canapé pour lire !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat