W Cassiopée
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Le coin des polars

Suivi par 227 abonnés

Billet de blog 5 août 2022

W Cassiopée
Abonné·e de Mediapart

Epaulard de Thierry Brun

Béatrice, agent de protection, est choisie pour sécuriser le déplacement d’une mère de famille et de ses deux filles mais le contrat se solde par une nuit d’horreur. Traumatisée, le corps brisé, rongée par l’échec et la culpabilité, Béatrice se réfugie seule dans un village du centre de la France.

W Cassiopée
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Elle s’appelle Béatrice. Belle, racée, musclée, intelligente, discrète, observatrice, il lui faut toutes ces qualités pour mener à bien les missions qu’on lui confie. Son travail ? Protéger des personnes connues que d’autres pourraient vouloir attaquer. Il est donc nécessaire qu’elle anticipe, qu’elle pense à tout, qu’elle planifie, qu’elle ne laisse rien au hasard et qu’elle soit hyper concentrée. C’est une « pointure », elle est excellente et ses compétences sont à la hauteur des tâches qu’elle doit mener à bien. Pas de fausse note, jamais. On la surnomme Épaulard, comme l’animal du même nom qui a une réputation de tueur.

Jusqu’au jour où…. Ayant accepté de travailler en freelance, la protection tourne mal. Une mère et ses enfants sont tués. Quant à elle, elle est grièvement blessée. Après un séjour à l’hôpital, elle ne reprend pas et se réfugie dans un petit village où elle s’installe discrètement. Elle est traumatisée, brisée physiquement et moralement. Qu’a -t-elle raté ? Elle savait pertinemment qu’on n’agit pas seule mais en équipe. S’est-elle crue plus forte que les autres ? A-t-elle fauté par orgueil ? Comment se fait-il qu’elle soit la seule rescapée ? Les enquêteurs cherchent à comprendre. Elle, cherche à se faire oublier….

Dans le coin perdu où elle s’est installée, certains mènent une vie un peu en marge. Elle ne peut pas s’empêcher d’analyser ce qu’elle voit, de déduire et surtout d’agir parfois. Forcément : chassez le naturel, il revient au galop. Les habitants de la bourgade vont vite se poser des questions sur elle quand ils apprennent comment elle se défend.

Béatrice peut-elle se reconstruire ? Comment accepter d’avoir échoué ? L’auteur nous montre à travers une intrigue finement menée, le cheminement vers l’acceptation de soi. Les traces indélébiles que portent Épaulard et avec lesquelles elle se doit de vivre, de continuer la route. C’est d’autant plus difficile que c’est une femme secrète, peu habituée à montrer ses émotions. Elle veut tout maîtriser et c’est peut-être pour cela qu’elle se refuse à tomber amoureuse ? Pour ne pas avoir de failles ? Pour que personne n’ait de prise sur elle ? Par peur d’être abandonnée un jour (parce que dans sa famille, les relations ne sont pas simples et comme épaulard échaudé craint …..ah non, c’est chat mais c’est pareil, non ?

J’ai bien aimé l’écriture musclée de l’auteur, ses phrases courtes, l’atmosphère prenante qu’il installe et la tension qui va crescendo. Plus on avance, plus on apprend à connaître Béatrice, on lui souhaite de trouver les réponses à ses questions. En tout cas, moi, j’ai apprécié ce bon roman noir que j’ai lu d’une traite.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En France, une nouvelle menace plane sur Deliveroo
Déjà condamnée cette année, la plateforme de livraison de repas est à nouveau en « discussions » avec l’Urssaf, qui pourrait lui réclamer une ardoise potentiellement fatale. Le parquet de Paris étudie le versant pénal du dossier. L’entreprise a missionné Jean-François Copé et un administrateur judiciaire.
par Dan Israel
Journal
La COP biodiversité tentée par la marchandisation des écosystèmes
À la COP15 de la biodiversité de Montréal, qui s’ouvre le 7 décembre, les Nations unies pourraient promouvoir un mécanisme global de compensation des atteintes à la biodiversité par leur marchandisation. Un mécanisme illusoire et dangereux.
par Romaric Godin
Journal — Agriculture et alimentation
L’UE interdit l’importation de produits issus de la déforestation
Le Parlement européen et les États membres de l’Union européenne ont trouvé un accord dans la nuit de lundi à mardi pour interdire l’importation de plusieurs produits, comme le cacao, le café ou le soja, lorsqu’ils contribuent à la déforestation.
par La rédaction de Mediapart avec AFP
Journal
YouTube songe à sanctionner les vidéastes accusés de viol
Après l’ouverture d’enquêtes préliminaires pour viol visant deux célèbres créateurs de contenus, Norman et Léo Grasset, YouTube n’exclut pas de « prendre des mesures » pour sanctionner des comportements qui auraient eu cours en dehors de la plateforme.
par Yunnes Abzouz

La sélection du Club

Billet de blog
Anne Sylvestre : manège ré-enchanté
Tournicoti-tournicota ! On savait l'artiste Anne Sylvestre facétieuse, y compris à l'égard de ses jeunes auditeurs, fabulettement grandis au rythme de ses chansons, alors qu'elle ne cessa pas de s'adresser aussi aux adultes irrésolus que nous demeurons. Presque au point de la croire ressuscitée, grâce à l'initiative de la publication d'un ultime mini album.
par Denys Laboutière
Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre
Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere
Billet de blog
Playlist - Post-punk et variants
Blue Monday infini et températures froides bien en dessous de celles d'Ibiza en hiver. C'est le moment idéal pour glorifier le dieu post-punk et ses progénitures art rock ou dark wave, fournisseurs d'acouphènes depuis 1979. Avec Suicide, Bauhaus, Protomartyr, Bantam lyons, This heat, Devo, Sonic Youth...
par Le potar