W Cassiopée
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Le coin des polars

Suivi par 222 abonnés

Billet de blog 5 sept. 2022

W Cassiopée
Abonné·e de Mediapart

Tant qu'il y a de l'amour de Sandrine Cohen

Suzanne vit avec ses quatre enfants de quatre pères différents, Achille, Jules, Arthur et Mathilde qui ont entre 17 et 6 ans. Ils partagent un quotidien tendre et fantasque, à l’image de leur mère. Liés par un amour indéfectible, ils ont surmonté toutes les épreuves, jusqu’à ce jour de novembre 2015 où tout s’écroule.

W Cassiopée
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Et s’il n’y a plus d’amour, il n’y a plus rien.

Suzanne est une rescapée, elle est sans cesse sur le fil mais vaille que vaille, elle continue la route. Pas facile, car c’est une dépendante affective, elle aime, trop, mal, mais elle aime. Ses enfants, les hommes… Dans chaque histoire d’amour, elle investit tout son espoir mais elle oublie que parfois, il y a l’espoir de trop, celui qui détruit et empêche d’avancer. Quatre gosses, quatre pères différents, aux abonnés absents ou presque, eux aussi sont maladroits, ou dangereux, c’est selon. Alors, elle se tient loin d’eux, elle protège sa couvée comme elle peut.

Sa relation aux autres la bouffe, surtout quand elle est amoureuse. Attendre un sms, un appel, une visite, surveiller les réseaux sociaux jusqu’à ce que celui qu’elle a élu se manifeste. Dans ces périodes-là, les enfants sont de trop, c’est comme s’ils l’étouffaient, elle irait jusqu’à les haïr. Son humeur fluctue. Alors, Achille, son aîné, dix-sept ans, mais une maturité et un recul de celui qui a tout compris, prend le relais. Il cuisine, s’occupe des autres : Jules, Arthur et la petite Mathilde. Il est sur tous les fronts, veillant même sur sa mère. Avec ses frères et sa sœur, ils font bloc, quatre mousquetaires et un double rôle pour la petite dernière qui est aussi une Milady.

Suzanne vit tout très, trop sans doute, fort. Elle a si souvent été brisée, déçue, elle a déjà tant souffert alors c’est peut-être pour ça qu’elle embrasse la vie à pleines dents, violemment, sans se contenir, pour profiter. Pourtant, elle est toujours sur le qui-vive, en alerte, pour échapper à une forme de malédiction. Elle voudrait donner le meilleur de toutes ses forces, mais de temps à autre, elle n’a plus d’énergie et reste dans le canapé.

« C’est peut-être ça aussi qui fait peur aux gens, aux hommes, cette intensité, cette nature sauvage, Suzanne. »

Comment mettre un semblant d’équilibre dans cette famille ? Que faire, qui peut intervenir et sous quels prétextes ? Les jeunes vont à l’école, la mère travaille au supermarché du coin où ses absences sont acceptées, comprises par le chef alors en apparence, ça roule, non ?

Mais Suzanne a besoin de stabilité et le terrorisme va frapper. En Novembre 2015, c’est l’attentat du Bataclan et chez la jeune femme, la télévision se met à tourner en boucle. Face aux informations relayées, elle a peur, elle tremble pour ses petits, comment les protéger ? Elle se sent impuissante face à l’horreur, pourquoi de tels actes ?

« Comprendre n’est pas accepter, expliquer n’est pas excuser, c’est penser plus loin. »

Va-t-elle garder le cap, perdre pied ? S’effondrer, se relever ? Je l’ai imaginée cette mère courage, parfois perdue, je la voyais tant l’atmosphère de ce recueil est palpable. De plus une superbe playlist accompagne le texte.

Le premier opus de Sandrine Cohen « Rosine, une criminelle ordinaire » a reçu le 73 ème Grand Prix de littérature policière 2021, elle a su se renouveler et nous captiver à nouveau. Elle  tisse un roman exceptionnel où une fine analyse des émotions et des ressentis apporte une dimension extraordinaire au texte. Il n’y a pas de chapitres parce qu’on ne découpe pas une vie. Les mots frappent au cœur, à la tête, ils se précipitent en nous. On sent une forme d’urgence dans l’écriture comme si tout se bousculait, comme si l’auteur se mettait à nu pour faire vivre ses personnages, en leur insufflant sa volonté de les faire exister. Elle donne corps et âme à des blessés de la vie, décryptant d’une plume incisive les tenants et les aboutissants. Elle nous rappelle d’éviter les jugements hâtifs, elle égratigne la justice qui se trompe, de temps à autre, au nom des lois, parce qu’il faut suivre les textes….  Elle parle de ce qu’est la liberté et cite « mon » poème, celui qui a changé mon regard sur la poésie, « Liberté » de Paul Eluard. Elle sublime l’amour, celui qu’on donne, celui qu’on reçoit, celui qui n’a pas besoin de mots, celui qui se vit à l’instinct ( page 240 et suivantes, la visite à Eurodisney en est un exemple). Et finalement, malgré l’aspect tragique de certains passages, malgré les hommes malhonnêtes, malgré tout ce qui va mal, c’est l’amour qu’elle met en exergue.

Ce livre, m’a laissée pantelante, une humanité énorme s’en dégage et on se dit que, il faut y croire, tout n’est pas perdu, il y a encore, quelques personnes bien sur terre, il suffit d’ouvrir les yeux…

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Coupe du monde au Qatar : le Mondial de trop
Que le Mondial de foot se joue au Qatar ou ailleurs, l’exaspération démocratique et sociale face à la crise climatique et à l’inégalité des richesses impose aux grandes compétitions de changer de modèle. Il faut documenter et dénoncer la confiscation du football par des instances sportives et politiques ultralibérales. En espérant que les prises de conscience changeront enfin le cours des événements sportifs. 
par Stéphane Alliès
Journal — Sports
Indonésie : au moins 125 morts dans l’une des pires tragédies de l’histoire du foot
Prises au piège entre des supporteurs en colère et une riposte policière disproportionnée, au moins 125 personnes sont mortes piétinées ou asphyxiées dans un stade de la ville de Malang, à Java. 
par La rédaction de Mediapart
Journal — Justice
Blanchiment d’argent : le site Winamax se brûle au jeu
Une enquête judiciaire montre que la plateforme de paris en ligne a violé plusieurs de ses obligations légales en matière de lutte contre le blanchiment d’argent. L’entreprise n’a pas fait le moindre signalement à Tracfin pendant plus de sept ans.
par Yann Philippin et Jean Letellier
Journal — Terrorisme
Ces ratés que « Kill Bil » n’a pas voulu voir
Françoise Bilancini, la directrice de la DRPP, a dénoncé devant ses ministres de tutelle puis devant la représentation nationale, les failles de son service quand il était dirigé par son prédécesseur. Mais elle a omis de leur communiquer les ratés commis depuis qu’elle est à sa tête.
par Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
Dernier message de Téhéran
Depuis des années, mon quotidien intime est fait de fils invisibles tendus entre Paris et Téhéran. Ces fils ont toujours été ténus - du temps de Yahoo et AOL déjà, remplacés depuis par Whatsapp, Signal, etc. Depuis les manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa, ces fils se sont, un à un, brisés. Mais juste avant le black out, j'avais reçu ce courrier, écrit pour vous, lecteurs de France.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Appelons un chat un chat !
La révolte qui secoue l'Iran est multi-facettes et englobante. Bourrée de jeunesse et multiethnique, féminine et féministe, libertaire et anti-cléricale. En un mot moderne ! Alors évitons de la réduire à l'une de ces facettes. Soyons aux côtés des iranien.nes. Participons à la marche solidaire, dimanche 2 octobre à 15h - Place de la République.
par moineau persan
Billet de blog
Iran - Pour tous les « pour »
Les messages s'empilent, les mots se chevauchent, les arrestations et les morts s'accumulent, je ne traduis pas assez vite les messages qui me parviennent. En voici un... Lisez, partagez s'il vous plaît, c'est maintenant que tout se joue.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Artistes, écrivains et journalistes iraniens arrêtés
Une traduction de la chanson « Barayé » (Pour...) du chanteur Shervin Hajipour, arrêté le 29 septembre.
par Mathilde Weibel