W Cassiopée
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Le coin des polars

Suivi par 217 abonnés

Billet de blog 6 juin 2018

"L'Irlandais" de Maurice Gouiran

Lorsqu’on découvre le peintre Zach Nicholl, le crâne fracassé dans son atelier marseillais, son ami Clovis n’a qu’une pensée en tête : aider Emma, en charge de l’enquête, à retrouver l’assassin ! Zach s’était illustré dans le street art avant de devenir bankable et de fuir Belfast vingt ans plus tôt. C’est donc en Irlande du Nord que Clovis va chercher ce qui se cache derrière ce crime.

W Cassiopée
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En vert et noir .....

L’hiver est terminé à Marseille mais Clovis Narigou, journaliste et  « éleveur » de chèvres n’a pas trop d’énergie. La faute au froid qui l’a engourdi  …. de partout  ;-) , vu qu’il a même délaissé pendant quelques mois, sa belle Emma, fliquette androgyne avec qui il vit une relation amoureuse en pointillés…. Il se retrouve attablé au café lorsqu’il apprend la mort violente de Zach Nicholl, un peintre spécialisé dans le Street Art et bien connu dans le coin. Deux de ses potes le traînent chez la veuve, histoire de présenter leurs condoléances. Elle, c’est Aileen, une irlandaise discrète et farouche qui a fui l’ Irlande avec son mari. Elle ne veut pas ramener seule le corps du défunt dans son pays natal et demande à ses visiteurs de l’accompagner. Clovis aimerait bien revoir Belfast et il enfume un peu son patron prétextant avoir la possibilité d’ écrire un article avec des choses nouvelles sur l’IRA (Irish Republican Army) et la période des Troubles et ainsi il obtient un billet pour partir là-bas.

Maurice Gouiran a l’art et la manière d’impliquer le lecteur dans ses récits. Il n’hésite pas à nous interpeler voire à nous prendre à témoin. J’en veux pour preuve les « Vous me suivez ? » ou autre questionnement beaucoup plus profond, nous obligeant à nous pencher sur les interrogations qu’il soulève (et elles sont nombreuses). Il est captivant parce qu’il fait entrer  l’Histoire (avec un grand H) dans l’histoire personnelle de ses personnages en agrémentant le tout d’une enquête dans laquelle des  individus sont en lien avec les faits historiques, et ça tient la route, waouhhh ! . Ce qu’il présente est documenté, fourni, argumenté et il réussit ce tour de force de glisser ça et là une opinion jamais moralisatrice mais profondément ancrée dans la réalité. J’ai particulièrement apprécié les remarques écologiques, l’air de rien, au détour de l’enquête, notamment sur les paquebots de croisière qui polluent en faisant tourner leur moteur à l’arrêt pour permettre aux passagers restés à bord de profiter de différents loisirs.  Il observe également l’évolution du Street Art qui devenu une mode se met à arriver dans les galeries artistiques (Street, ça veut bien dire « rue », non ? ), alors qu’à la base, par exemple en Irlande, il était utilisé comme support d’expression pendant les conflits, comme ici :

 Mais, bien sûr, comme l’indique le titre, le principal sujet, c’est l’Irlande. Pas la verte Erin des touristes, non, celle des « Volontaires », fiers idéalistes qui veulent -pour faire court- que leur pays soit libre. Libre de ses droits, de ses choix, de sa vie….  L’auteur fera surtout allusion aux années 80, avec la mort de Bobby Sands, le bras de fer contre Margaret Thatcher… Mais cette période est forcément en lien avec le passé, notamment les Troubles. Agitation politique, trahison, mensonge, exécution, violence, rien n’a été épargné à ceux qui se battaient.  Que ce soit Renaud avec sa ballade nord-irlandaise, U2 avec Sunday, Bloody Sunday (et le film éponyme de Paul Greengrass), le thème n’a jamais laissé indifférent …..et à juste raison.

C’est par l’intermédiaire de femmes du cru que l’auteur nous présentera les événements. Autrefois, en Eire, Il était conseillé aux  dames  d’être effacées, de rester mariées à vie (même si le mari disparaissait), de ne pas se faire remarquer… mais Clovis va faire connaissance avec des rebelles, des courageuses qui ont osé, même dans l’ombre, agir, et s’investir….. Quelle  pouvait être leur place ? Comment sont-elles arrivées à se faire entendre dans cette société attachée aux traditions ? Et Zach, faisait-il partie de l’IRA ? Cachait-il quelque chose qui l’a poussé à s’installer à Marseille ? Quels étaient ses liens avec les combattants? Clovis va chercher, sur place, à mieux comprendre mais ce n’est pas aisé face à des gens secrets, qui ne veulent pas tout dire, qui se protègent mutuellement et qui peut-être, ne veulent pas remuer le passé…. De son côté, Emma en charge de l’enquête, fouine et reste en lien avec Clovis, des fois qu’il dégotte une indication sur place ….

Ce roman est abouti, complet, intéressant. En vert et noir,  il vous glisse à l’oreille les chants de la Liberté, de tous ceux qui ont cru que c’était possible et qui ont essayé …….

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel