W Cassiopée
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Le coin des polars

Suivi par 207 abonnés

Billet de blog 6 oct. 2021

Le serveur de Brick Lane (The Waiter) de Ajay Chowdhury

. Kamil y est serveur depuis peu, mais de serveur, il n’a guère que l’habit, car son âme est celle d’un détective, et son modèle inavoué est Hercule Poirot.

W Cassiopée
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Brick Lane » est le premier roman pour adultes de l’auteur. Il a vécu en Inde puis fait des études aux Etats-Unis avant de s’installer à Londres où il a fondé une compagnie de théâtre. Ce n’est pas le premier écrivain d’origine indienne mis à l’honneur par la maison d’éditions Liana Levi et c’est intéressant.

Ancien policier à Calcutta, Kamil est maintenant serveur à Londres dans le quartier de Brick Lane. Il est en situation illégale et travaille dans le restaurant d’un ami de son père. Pourquoi ? À Calcutta, il était policier, content de monter en grade et d’enquêter sur le meurtre d’une star de cinéma de Bollywood Asif Khan mais les événements ont mal tourné et il a perdu sa place. Non pas qu’il ait fait une ou des erreurs, mais sans doute que ce qu’il avait mis au jour, a dérangé. Lui, n’a pas eu envie de se taire, de faire semblant mais celui lui a coûté son emploi, sa fiancé et le fait d’être éloigné de sa famille. Son paternel ne lui manque pas trop car ils ont parfois des difficultés à se comprendre.

Troquer la casquette d’Hercule Poirot (qu’il admire) pour les gants blancs et le nœud papillon de serveur n’est pas chose aisée. Mais les gens qui l’ont accueilli, un couple et leur fille agréable, espiègle et joyeuse, l’aident et l’accompagnent avec beaucoup de bienveillance. Cela le soulage un peu mais on sent bien que son « vrai » métier lui manque énormément. Il l’exprime en évoquant son passé et sa dernière enquête régulièrement. C’est d’ailleurs lui qui parle en disant « je » dans ce récit.

En cet automne pluvieux, un ami du patron fête ses soixante ans dans le luxe et la volupté. Il a invité beaucoup de monde dont, au grand dam de sa très jeune épouse, son ex-femme, une personne peu discrète. Kamil est là en tant que personnel de service. Il observe, se montre efficace. Il constate rapidement que les gens voient le plateau qu’il tient mais pas lui. Il en profite et rien n’échappe à son regard acéré : tensions, discussions secrètes etc. En fin de soirée, le fêté, Rakesh Sharma, est retrouvé assassiné près de la piscine. Aussitôt les vieux réflexes d’enquêteur ressortent et avant l’arrivée des policiers londoniens, Kamil agit. Il sait qu’il doit se faire oublier, d’autant plus qu’il flirte avec l’illégalité en faisant cela et en travaillant mais comme dit le proverbe : chasser le naturel, il revient au galop …..

Le récit oscille entre le présent en Angleterre et le passé quelques mois auparavant en Inde. C’est l’occasion de comparer les méthodes d’investigation, le poids des hommes politiques ou des supérieurs, la façon dont sont menées les recherches, les interrogatoires, et comment sont construites les conclusions. Il y a également le poids du pays, on ne réagit pas de la même manière d’un côté et de l’autre. L’analyse que fait Ajay Chowdhury est bien menée pour quelqu’un qui ne vit pas à Calcutta. Pour l’Angleterre, le quartier de Brick Lane est un lieu à visiter, ne serait-ce qu’à travers ce livre (d’ailleurs, cette histoire va être adaptée en série, j’ai hâte de la visionner). On découvre les rites, les habitudes des deux lieux.

L’écriture est vivante (merci à Lisa Garond pour sa traduction), bien rythmée. Les protagonistes ont de la consistance et une part d’ombre, personne n’est vraiment lisse. On s’aperçoit que le passé, les préjugés, les us et coutumes influencent les ressentis, les déductions, les réponses comme si quelques fois, la parole avait encore du mal à se libérer.

Je ne doute pas une seconde que Kamil fera encore le détective et c’est avec beaucoup de plaisir que je le retrouverai !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
Entre le Covid et la présidentielle, quelle place pour le travail, les travailleuses et les travailleurs ? La rédaction répond à vos questions
Venez échanger avec des journalistes de la rédaction autour de la couverture des questions sociales à Mediapart. L’occasion de revenir sur les enquêtes, reportages et articles qui ont fait l'actualité. Pour poser vos questions, cliquez ici.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Politique
À l’approche de « l’élection reine », le vote bousculé
Au fil des scrutins, il semble de plus en plus difficile d’y voir clair dans les comportements électoraux. Deux ouvrages s’attaquent au problème sur des bases simples : comprendre et réhabiliter les absents des urnes et ajouter la loupe des histoires individuelles.
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz
Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes
Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès