W Cassiopée
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Le coin des polars

Suivi par 207 abonnés

Billet de blog 12 nov. 2021

Pour seul pardon de Thierry Brun

Thomas Asano a trouvé refuge dans une petite ville nichée au pied des Vosges. Pourtant, le passé d’Asano le rattrape. Cet homme simple et discret n’a désormais plus le choix. Il redevient ce qu’il n’a cessé d’être : un homme de guerre.

W Cassiopée
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le coin est un peu perdu mais c’est voulu, Thomas Asano ne cherche pas la compagnie, il n’a pas envie qu’on s’occupe trop de lui, il préfère se faire oublier. Alors dans les Vosges, au milieu de nulle part, il se fait transparent. Il loue ses services, c’est un bosseur, un bon chasseur aussi, « braconneur » à ses heures. En liberté conditionnelle, il se tient droit, calme, prend sur lui quand ça bout à l’intérieur. Il pense à celle qu’il a aimée et se rapproche d’une autre, la fille de son patron. Il a connu le pire Asano, la guerre, la prison, l’arme à la main, les poings serrés, quel que soit le lieu, il a fallu qu’il se batte, qu’il s’en sorte … seul…
La violence, il a donné, il n’en veut plus, c’est fini tout ça !

Pourtant, il va être obligé de repartir et retrouver ses vieux démons. La faute à pas de chance. Son boss entre en possession d’un chargement de cocaïne qui ne lui était, bien sûr, pas destiné. Il le garde alors qu’il ne pourra pas le revendre …. Rapidement, de grosses voitures apparaissent, semblant chercher quelque chose… Thomas comprend vite qu’elles sont conduites par des malfrats qui ont eu vent de la récupération du colis et qui veulent rétablir l’équilibre en le reprenant. Il sera difficile pour Asano de se tenir loin de tout ça, surtout si la belle Élise est en danger. Pourra-t-il gérer et ne pas être impliqué ?

Il connaît les méthodes des hommes de main, il connaît la forêt et la nature aux alentours, il peut se cacher, ruser, essayer de minimiser les dégâts… essayer seulement parce qu’en face, on ne s’embarrasse pas de politesse, on ne prend pas de gants, on fonce dans le tas sans réfléchir, sans parlementer, sans affect….

C’est un roman âpre, dur, aux phrases courtes qui cognent, qui font mouche. Il n’y a pas d’indice temporel. On découvre la Vie d’Asano par bribes. Ce n’est pas linéaire, passé et présent se mêlent, les rêves également…

Il fait froid, humide, le décor est sombre, on est pessimiste devant tout ce noir et pourtant une certaine forme d’humanité, portée par Asano, se glisse entre les pages. Il redevient un guerrier, parce qu’il n’a pas le choix …. Il sait les risques qu’il prend et même s’il veut éviter certaines situations, il ne peut pas et doit se mettre en danger mais il le fait par amour et cela le rend terriblement humain. L’amour qu’il porte à la vie, aux femmes …..

Avec son récit, Thierry Brun nous rappelle combien il est difficile de revenir de « l’enfer », celui qui vous colle à la peau, qui envahit votre esprit, qui vous nargue, vous tue à petit feu malgré votre lutte pour vivre….

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Le double « je » de Macron au Parlement européen
Mercredi, à Strasbourg, Emmanuel Macron et ses adversaires politiques ont mené campagne pour la présidentielle française dans l’hémicycle du Parlement européen, sous l’œil médusé des eurodéputés étrangers. Le double discours du chef de l’État a éclipsé son discours sur l’Europe.
par Ellen Salvi
Journal — Médias
Bolloré : la commission d’enquête se mue en café du commerce
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches patriotiques ou nationalistes.
par Laurent Mauduit
Journal — International
Corruption en Afrique : le protocole Bolloré
Mediapart révèle de nouveaux éléments qui pointent l’implication personnelle de Vincent Bolloré dans l’affaire de corruption présumée de deux chefs d’État pour obtenir la gestion de ports africains. Après l’échec de son plaider-coupable, le milliardaire est présumé innocent en attendant son futur procès.
par Yann Philippin
Journal — Migrations
Dans le sud de l’Espagne, ces Algériens qui risquent leur vie pour l’Europe
En 2021, les Algériens ont été nombreux à tenter la traversée pour rejoindre la péninsule Ibérique, parfois au péril de leur vie. Le CIPIMD, une ONG espagnole, aide à localiser les embarcations en mer en lien avec les sauveteurs et participe à l’identification des victimes de naufrages, pour « soulager les familles ».
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche
Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille
Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report
Billet de blog
Présidentielles: penser législatives
La ficelle est grosse et d'autant plus visible qu'elle est utilisée à chaque élection. Mais rien n'y fait, presque tout-le-monde tombe dans le panneau : les médias aux ordres, bien sûr, mais aussi parfois ceux qui ne le sont pas, ainsi que les citoyens, de tous bords. Jusqu'aux dirigeants politiques qui présidentialisent les élections, y compris ceux qui auraient intérêt à ne pas le faire.
par Liliane Baie