W Cassiopée
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Le coin des polars

Suivi par 217 abonnés

Billet de blog 14 mai 2022

Bestial d'Anouk Shutterberg

La première c'était Fanny en 2007, puis ce fut le tour de Pénélope, Jessica, Ambre et Agnès. Treize ans plus tard, la même chose arriva à Elena, Candice, Inès, Sophia et maintenant Mathilde.

W Cassiopée
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

2007 des adolescentes sans histoire disparaissent. Jolies, douze ans, sages, pas de mauvaise fréquentation, elles sont introuvables. Rien, pas un indice. Les parents désespérés pensent au pire. Les policiers sont dans le flou, totalement impuissants. L’enquête est au point mort et elle y reste. Le genre d’affaire qui laisse une pointe d’amertume à tout le monde.

2020, une famille se promène dans Paris. Tout à coup, Mathilde manque à l’appel. C’est une jeune fille de douze ans, mignonne et obéissante…. Son père et sa mère se rendent au commissariat. Elle n’a pas pu fuguer, ce n’est pas son genre. Le commissaire écoute, s’interroge et finit par faire le lien avec d’autres collégiennes dont on est sans nouvelles. Cette histoire ne sent pas bon et n’est pas sans rappeler les difficultés rencontrées treize ans auparavant.

Il faut une équipe de choc pour espérer comprendre cette affaire et sauver celles qui peuvent l’être. Aidés de Lucie, qui est de retour, malgré son côté « électron libre » et guidé par quelques textos mystérieux, les hommes et les femmes de la PJ prennent les choses en main. Leurs investigations vont les amener à côtoyer l’horreur, à aller dans des lieux où le mot humanité n’existe plus….

Le lecteur reste scotché aux pages, l’atmosphère est anxiogène, on souffre, on espère, on s’accroche, on serre les poings, on a le souffle court…. L’angoisse nous prend aux tripes. L’auteur joue avec nos nerfs d’une façon magistrale.

L’écriture est totalement en phase avec les scènes décrites.  Des phrases minimales et des chapitres courts lorsqu’on est dans l’action et que l’on passe d’un lieu à l’autre ou du passé au présent. Le lecteur est dans le mouvement, récupérant toutes les informations possibles, visualisant chaque fait, parfois la peur au ventre en imaginant ce qui s’est déroulé. Et puis, de temps en temps, c’est plus calme, plus descriptif pour qu’on s’imprègne de ce que l’auteur évoque.

Il y a également une playlist inspirée très agréable à écouter et très significative pour certains titres.

Anouk Shutterberg aborde des thèmes d’actualité, notamment sur les dérives que permettent le Dark Web mais pas seulement. Ces sujets ont déjà été traités dans d’autres romans bien sûr. Mais astucieusement, elle unit plusieurs problématiques et elle le fait avec brio. Les protagonistes (dont certains sont présents dans son premier livre « Jeux de peaux » mais ce n’est pas gênant) sont réellement approfondis tant au niveau du caractère que du cheminement personnel (je pense notamment à Louka et Lina, devenus ce qu’ils sont parce que leur enfance a été détruite). On peut (presque, j’ai écrit presque) comprendre les pulsions dévastatrices de quelques-uns. De plus, la construction, non linéaire, permet de comprendre l’évolution des individus et c’est intéressant de constater à quel point l’enfance, le vécu peuvent transformer un être humain en monstre. Cela n’explique pas tout mais que serait-on devenus si on avait vécu des situations identiques ?

Anouk Shutterberg nous donne à voir le côté sombre des hommes, leur perversité, la noirceur de leur âme, leur bestialité. Elle ne nous épargne rien.

On peut se demander pourquoi on apprécie des récits où la violence des uns croise la détresse des autres. Sans doute parce qu’on sait que ça reste un roman, donc de la fiction enfin je croise les doigts pour que ça le reste……

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi
Journal — Gauche(s)
Raphaël Arnault, l’antifa qui veut être député
L’ancien porte-parole du collectif Jeune Garde se présente dans la deuxième circonscription de Lyon, avec le soutien du NPA, face au candidat désigné par la Nupes, l’ancien marcheur Hubert Julien-Laferrière. L’ultime métamorphose d’un antifascisme nouvelle génération. 
par Mathieu Dejean
Journal — Migrations
En Ukraine, la guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelques mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet

La sélection du Club

Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique
Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois
Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Bifurquons ! L'appel des déserteuses d'AgroParisTech
Le constat est clair : ce système est un monstre à bout de souffle. Retrouvons-nous samedi midi, devant la mairie de la ville la plus proche, pour partager un repas, des idées, du concret, pour nous donner les moyens de quitter nos boulots nuisibles, construire notre autonomie matérielle localement, sans les multinationales, sans les Gafams, créer des espaces communs – fermes, ateliers, cafés... –. Et faire ce premier pas vers de nouvelles façons de vivre.
par Des agros qui bifurquent