Compte désactivé

Compte désactivé

Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Le coin des polars

Suivi par 207 abonnés

Billet de blog 16 mai 2017

De cauchemar et de feu, de Nicolas Lebel

Un week-end pascal de feu… et de sang… Il s’appelle Mehrlicht, un nom aussi difficile à écrire qu’à prononcer. Un nom qui évoque Goethe et ses derniers mots, un nom qui appelle la lumière, celle de l’esprit. Est-ce pour cela qu’il a choisi de travailler dans la police ? Espérant trouver les réponses, là ou les autres buttent ? Cet homme, c’est une longue histoire.

Compte désactivé

Compte désactivé

Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

de cauchemar et de feu © Marabout

Une chronique de Cassiopée

Il fume, il est laid, il est plus souvent désagréable que sympathique mais avec ses méthodes, parfois bizarres ou douteuses, son parler franc et son érudition à faire pâlir Julien Lepers (ou son successeur), c’est un acharné et il ne lâche jamais. C’est le boss, le capitaine, qui sur le terrain, entraîne son équipe : Dossantos et Latour. Tous les deux conscients des limites de leur chef lorsqu’il oublie le règlement ou les lois mais en totale adhésion avec sa force et admiratifs de ses raisonnements. Mehrlicht, comme tout le monde, a des faiblesses, mais il sait les garder pour la maison, lorsqu’il est seul ou avec son fils, et encore…. Il ne fait rien pour être aimé et pourtant …. Il fait partie de ses héros qu’on aime à retrouver et qui ont un caractère marqué, habitant les pages et devenant humain…..

En cette semaine sainte de 2016, voici le capitaine confronté au meurtre d’un homme dans un pub parisien.  Bien entendu, personne n’a rien vu, rien entendu et de ce fait, rien à dire…. Pourtant, il semblerait que le tueur ait laissé comme un indice, une trace, peut-être même une piste …. Ceci va se confirmer avec d’autres homicides, sur les lieux desquels seront retrouvés des signes permettant de faire le « lien ». A la manière d’un petit poucet, l’assassin sème, avec détermination, avec constance, comme s’il n’avait plus rien à perdre, ses marques…. Les enquêteurs, au son, de « Sunday, Bloody Sunday » vont se retrouver sur les chemins douloureux de l’Irlande, de l’IRA, d’un peuple qui s’est déchiré, qui ne pardonne pas …..

Alternant le présent parisien, ancré dans certains événements douloureux de l’ année 2016, où l’auteur plante son décor; et les années soixante-dix, au pays de la brume et des hommes secrets, attachés à leurs racines, à leur identité, ce récit nous rappelle que le passé nous rattrape toujours et qu’il ne faut pas se tromper de combat. Ecorchant de temps en temps les médias, la police  et les hommes du gouvernement, Nicolas Lebel trouve le ton juste. Il reste dans le « politiquement correct » mais de savoureux messages sont inscrits entre les lignes…. Il manie un humour bien à lui ( «je veux pas tourner le Carambar dans la carie. » ;-)  mais toujours bienséant et cela permet d’atténuer les images dures, parfois presqu’insoutenables qui se déroulent sous nos yeux. Son écriture est fluide, les dialogues vivants. En plus de l’intrigue principale, le fond est « travaillé ». Il y a les difficultés de la collègue du capitaine : Sophie, et de son compagnon, les hésitations et le cheminement de la jeune stagiaire, etc… Cela donne un roman qui a de la profondeur, où les protagonistes ne sont pas effleurés mais réellement creusés, un contexte qui se « tient » (tant en Irlande qu’en France, lorsque l’actualité du moment est remémorée, on sent qu’il y a eu des recherches et que rien n’est laissé au hasard).

J’ai beaucoup apprécié ce recueil que j’ai lu d’une traite. Les conflits irlandais qui donnent du sens aux faits contemporains, m’ont permis de retrouver cette contrée et sa musique (régulièrement citée dans les pages). L’histoire en elle-même montre la folie des hommes, dans certains cas de vengeance, qui altère leur discernement. Il est si difficile d’oublier la souffrance, de se construire dans la douleur et le pardon. Finalement, qu’est-ce que le pardon ?? A qui peut-il être destiné lorsqu’il y a eu mort d’homme ???

Nicolas Lebel est un auteur qui monte en puissance, comme ses personnages récurrents qui s‘étoffent et prennent de la consistance au fil des romans pour le plus grand plaisir de ses lecteurs.

Cassiopée

De cauchemar et de feu
Auteur : Nicolas Lebel
Éditions : Marabout (Mai 2017)
ISBN : 978-2501114400
420 pages

Cette chronique a également été publiée sur le Collectif Un polar

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Un chirurgien de l’AP-HP cherche à vendre aux enchères la radio d’une blessée du 13-Novembre
Le chirurgien Emmanuel Masmejean a mis en vente sur un site d’enchères pour 2 700 dollars la radio d’une survivante du Bataclan, sur laquelle on voit une balle de Kalachnikov. Après l’appel de Mediapart, il a retiré le prix dans son annonce. L’AP-HP qualifie la publication du professeur Masmejean de « problématique, choquante et indécente ».
par Matthieu Suc
Journal — Gauche(s)
Le Titanic Hidalgo fait escale à Aubervilliers
Dans une salle à moitié vide, la candidate socialiste à la présidentielle a estimé que le combat n’était pas perdu, même si la voie est « ardue et semée d’embuche ». En interne, certains la jugent déjà sans issue.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal
Le PS et les quartiers populaires : vingt ans de trahison
Le Parti socialiste poursuit sa lente dislocation dans les quartiers populaires. En Île-de-France, à Évry-Courcouronnes et Aulnay-sous-Bois, les désillusions traduisent le sentiment de trahison.
par Hervé Hinopay
Journal
Le ministère du travail abuse de la précarité pour ses propres salariés
Plusieurs agents contractuels n’ont récemment pas été payés comme ils l’auraient dû. La CGT dénonce l’augmentation de la précarité au sein de l’institution censée veiller à la bonne application du droit du travail, et lutter contre l’explosion des contrats courts.
par Dan Israel

La sélection du Club

Billet de blog
Malaise dans la gauche radicale - Au sujet du féminisme
L'élan qui a présidé à l’écriture de ce texte qui appelle à un #MeToo militant est né au sein d'un groupe de paroles féministe et non mixte. Il est aussi le produit de mon histoire. Ce n’est pas une déclamation hors-sol. La colère qui le supporte est le fruit d’une expérience concrète. Bien sûr cette colère dérange. Mais quelle est la bonne méthode pour que les choses changent ?
par Iris Boréal
Billet de blog
Entre elles - à propos de sororité
Sororité, nf. Solidarité entre femmes (considérée comme spécifique). Mais du coup, c'est quoi, cette spécificité ?
par Soldat Petit Pois
Billet de blog
Romani Herstory : réinscrire les femmes roms dans l’Histoire
Objets de tous les fantasmes, les femmes roms se voient sans cesse privées du droit à la parole. Les archives Romani Herstory montrent pourtant que beaucoup de ces femmes ont marqué nos sociétés de leur empreinte. (Texte d'Émilie Herbert-Pontonnier.)
par dièses
Billet de blog
La parole des femmes péruviennes
Dans un article précédent, on a essayé de comprendre pourquoi le mouvement féministe péruvien n'émergeait pas de manière aussi puissante que ses voisins sud-américains. Aujourd'hui on donne la parole à Joshy, militante féministe.
par ORSINOS