W Cassiopée
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Le coin des polars

Suivi par 204 abonnés

Billet de blog 16 oct. 2021

ALIENés de Fabrice Papillon

Une double enquête, d'abord internationale avec la NASA, aux États-Unis, pour tenter d'élucider un meurtre inédit dans l'histoire : celui d'un astronaute dans l'espace.

W Cassiopée
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Fabrice Papillon est un journaliste scientifique, producteur de documentaires. ALIENés est son troisième roman. Ses nombreuses et solides connaissances, intégrées dans une intrigue habilement ficelée, permettent d’avoir un livre qui interroge et qui documente le lecteur, tout en lui faisant passer un excellent moment. C’est un thriller qui se déroule en 2022, avec une pointe d’anticipation, des investigations policières et un contexte très intéressant qui mêle personnages et situations réelles avec une fiction qui secoue.

L’ISS, vous connaissez ? Depuis que Thomas Pesquet est allé en mission là-haut, rares sont ceux qui n’ont pas entendu parler de ce lieu. Ce soir-là, dans l’espace, tout le monde dort ou presque… Pourtant, un astronaute américain est mort, éventré. Et lorsqu’ils s’en rendent compte, ses camarades prennent peur. Meurtre en huis-clos, que s’est-il passé ? Chacun des coéquipiers - pière (il y a une femme), peut être responsable. Comment continuer à travailler sereinement dans ces conditions ? Qui est coupable ? Et surtout que faire du corps ? Comment agir ? Dépêcher quelqu’un sur place ou enquêter à distance ?

Parallèlement, à Lyon, dans les fameuses arêtes de poisson, réseau souterrain bien connu dans cette ville, un homme est retrouvé, c’est également un américain et lui aussi est éventré. Louise Vernay, commandant à la PJ de la cité, est chargée de l’affaire. C’est une femme volontaire, un peu borderline, qui a « épousé » son métier, c’est toute sa vie. Elle veut comprendre, elle prend des risques, elle abuse de ses droits quitte à détourner la vérité pour obtenir ce qu’elle veut. Elle va loin, très loin mais elle arrive, le plus souvent, à ses fins. Pratiquement persuadée qu’il existe un lien entre ces deux morts inexpliquées, elle va se débrouiller pour agir, un peu en électron libre et se voir confier, de façon plus ou moins officielle, des investigations des deux côtés de l’océan.

Su un rythme endiablé, avec des effets à la James Bond, l’auteur nous a concocté une histoire qui ne souffre d’aucun temps mort. L’écriture est vive, fluide, totalement addictive. Le propos est intéressant, on passe d’un lieu à l’autre, d’un individu à l’autre sans jamais se perdre malgré les ramifications très bien amenées. J’ai particulièrement apprécié les nombreux thèmes abordés. Notamment la place des géants du numérique (GAFAM, NATU …) qui l’air de rien, gouvernent une partie du monde et l’influencent. Fabrice Papillon évoque de temps à autre des faits réels, nous obligeant à ne pas rester à la surface de son récit mais bien à réfléchir, à plonger dans les dessous de l’histoire de l’homme, des hommes. Comme il arrive à vulgariser tout ça, il ne perd pas le lecteur dans trop de détails et maintient intact son intérêt et le suspense.

Les personnages pourraient sembler caricaturaux au premier abord mais ils ne le sont pas tant que ça. Certains jouent sur plusieurs tableaux et sont peu clairs dans leurs rapports aux autres. A la place de Louise, je n’aurais pas su à qui faire confiance et je pense que j’aurais eu les mêmes envies qu’elle concernant Ethan ;-)

On se demande souvent comment peut se terminer une histoire comme celle-ci, et je dois dire que je ai trouvé la fin tout simplement réfléchie et réussie.

Cette lecture m’a beaucoup plu, je visualisais parfaitement les lieux lyonnais et j’avais l’impression d’avoir le plan de la ville sous les yeux (ou d’être dans un drone). Tout le côté scientifique m’a fascinée et m’a poussée à vérifier les différentes allégations.

C’était ma première rencontre avec l’auteur et j’ai très envie de découvrir d’autres titres.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai