W Cassiopée
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Le coin des polars

Suivi par 227 abonnés

Billet de blog 16 nov. 2022

W Cassiopée
Abonné·e de Mediapart

Aimez-vous les uns les autres ! de James Holin

Il est six heures du matin quand la police défonce la porte du jeune Nolan Dardanus à Bobigny. Les policiers cherchent son frère impliqué dans un trafic de stups. Si le frangin a échappé au commissariat, il reste en mauvaise posture, séquestré par Nacer à qui il doit 10 000 euros. Heureusement, Nolan reçoit une lettre d’un notaire.

W Cassiopée
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nolan, lycéen, vient d’avoir dix-huit ans, il est guadeloupéen et vit en appartement, dans une cité à Bobigny avec son frère aîné et leur mère. Le frérot trafique un peu et c’est pour ça qu’un matin, la police défonce la porte, dans l’intention de l’arrêter. Sauf que le frangin, Fabrice, est aux abonnés absents. Nolan et sa mère sont un peu secoués mais les flics repartent bredouilles. Un peu plus tard, le cadet se fait coincer par Nacer et sa bande qui réclament 10000 euros pour rendre l’aîné qui a, selon eux, une dette à honorer.

Comme s’il pouvait trouver une telle somme …  La mère est inquiète de l’absence de son « grand ». Nolan, lui l’est encore plus car il a un marché en main, des caïds prêts à luis sauter sur le dos et pas un sou en poche. Mais voilà qu’une lettre va tout bouleverser. Un courrier d’un notaire, adressé à Nolan, qui lui demande de venir à des obsèques puis à la lecture d’une succession. C’est quoi ce truc de ouf se demande le jeune homme. Lui, ce qu’il veut, c’est aller au lycée. Mais sa Maman qui trouve les fins de mois difficiles se dit que peut-être, s’il acceptait d’aller à ce rendez-vous, il pourrait récupérer trois sous, voire un peu plus. Pourquoi aurait-il droit à quelque chose ? Vous avez envie de savoir ? Et bien foncez dans cette histoire et je vous donne ma parole que vous ne serez pas déçu !

Nolan se rend à la cérémonie funéraire et chez le notaire. Il va être confronté aux membres d’une famille atypique, à des situations inédites, embarqué dans une aventure digne des meilleurs films que l’on connaît, et comme c’est un garçon plein de bon sens, il agira avec intelligence.

Ce roman est une bouffée d’air frais, jubilatoire, plein d’ironie et avec des dialogues savoureux, drôles, des répliques qui n’ont rien à envier à Audiard. J’ai adoré ! La plume est enlevée, vive, sans temps mort, ça dérouille les zygomatiques, j’ai beaucoup ri ! Il y a du rythme, des scènes cultes qui feraient un bon téléfilm (je visualisais le rond-point avec les gilets jaunes et c’était jubilatoire).

Les personnages, hauts en couleur, et dont certains traits de caractère sont un peu (volontairement) caricaturés, sont un vrai régal. Leur comportement est une très bonne représentation des dérives de certains qui se croient « arrivés » (pour une raison ou une autre) et qui imaginent que tout leur est dû. L’attitude face aux employés de l’entreprise est, par exemple, une approche juste de ce qui peut être vu dans des cas semblables.

Nolan, par qui tout arrive et qui nous permet de rencontrer cette galerie de portraits, est vraiment quelqu’un de bien. L’antithèse des racailles de banlieue. Un jeune homme droit dans ses bottes, humain, à l’écoute, capable de prendre des initiatives, de réagir vite, sensé.

Tout se déroule en peu de temps et pourtant, il s’en passe des choses ! C’est totalement jouissif comme lecture, un tantinet décalé mais bien pensé, parfaitement enchaîné et sous des dehors humoristiques c’est une observation fine des rapports humains.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard
Journal
Morts aux urgences, pédiatrie sous l’eau, grève des libéraux : la santé au stade critique
Covid, grippe, bronchiolite : l’hôpital public vacillant affronte trois épidémies. En pédiatrie, dix mille soignants interpellent le président de la République. Côté adultes, les urgentistes ont décidé de compter leurs morts sur les brancards. Et au même moment, les médecins libéraux lancent une grève et promettent 80 % de cabinets fermés.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise
Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon
Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm