L'Attaque du Calcutta-Darjeeling deAbir Mukherjee (A Rising Man)

1919. La Grande Guerre vient de se terminer.. Le capitaine Wyndham débarque à Calcutta et découvre que la ville possède toutes les qualités requises pour tuer un Britannique dont la haine croissante des indigènes envers les colons. Est-ce cette haine qui a conduit à l’assassinat d’un haut fonctionnaire ?

41spzj9d8ol-sx195
Sam Wyndham a quitté Londres et Scotland Yard pour être muté, à sa demande, en Inde, à Calcutta. Nous sommes après la première guerre mondiale, sa femme est décédée, il se sent seul et plus rien ne le retient dans son pays. Le capitaine Wyndham a besoin de se remettre des traumatismes vécus pendant cette période où, en outre, il a vu des choses très difficiles lors des combats.  Venir dans un tel lieu, où les britanniques règnent en maître sans être vraiment aimés, n’est pas évident mais notre brillant policier espère y trouver un nouvel équilibre.

Le Mercredi 9 Avril 1919, un haut fonctionnaire est retrouvé assassiné pas très loin d’une maison close. Dans sa bouche, un papier « Quittez l’Inde » probablement à destination des anglais. Pourquoi a-t-il été tué et par qui ? Sam, aidé par ses collègues indiens, va devoir mener l’enquête. Rapidement, il déchante en comprenant que rien ne sera facile. D’abord, beaucoup de personnes pouvaient avoir le souhait de se venger. Des collègues jaloux, des révolutionnaires, des natifs du lieu souhaitant transmettre un message fort et puis les procédures policières ne sont pas les mêmes.  Lorsque le capitaine se renseigne, c’est souvent que la réponse commence par « Vous êtes nouveau à Calcutta… » C’est dire le poids des coutumes, du quotidien des habitants du cru… On n’interroge pas une femme comme on le ferait ailleurs. Ici, elles se doivent d’être discrètes, effacées, presque soumises et transparentes …. C’est l’époque où les lois Rowlatt ont été promulguées, elles permettent d’arrêter les agitateurs, sur un soupçon de terrorisme ou d’activité révolutionnaire. Les indiens s’insurgent. Il faut donc se méfier des rassemblements…. Notre homme n’en a cure. Il veut résoudre son affaire et continue de fouiller, chercher, quitte à déranger …. Ses relations avec ses collaborateurs sont parfois difficiles car les « codes » des deux pays, les modes de fonctionnement ne sont pas identiques. Pour ceux qui collaborent avec lui, ce n’est pas aisé : être du côté de la police pour un indien n’est pas forcément bien vu, collaborer avec un anglais encore moins… J’ai trouvé très intéressant de voir comment les liens entre ces hommes, faits de respectueuse distance mais aussi d’échanges pour avancer, évoluent.

MacAuley, celui qui a été tué, était proche de deux personnes :  le vice-gouverneur, et un prince marchant, écossais comme lui.  Les deux lui faisaient confiance mais profitaient de lui….. A-t-il fini par les déranger, allait-il révéler des malversations, des tromperies ? Sam Wyndham essaie de cerner l’individu ….S’il comprend les raisons du meurtre, il pourra remonter jusqu’à celui qui a commandité l’acte. Mais il n’est pas toujours en état de travailler, il doit faire face à ses propres démons, à son besoin de drogue pour vaincre ce qui l’a blessé, il reste hanté par la grande guerre. C’est vraiment un personnage captivant que l’on aimera à retrouver dans d’autres récits. Il se fait des alliés, des ennemis également. Mais il reste ferme dans son besoin de compréhension non seulement de l’enquête mais également de la vie dans cette colonie. Au fil de ses investigations, sa perception des autochtones s'affine et son approche se modifie.

« Le problème, capitaine, c’est que pendant les deux derniers siècles nous avons fini par avaler notre propre propagande. Nous nous sentons supérieurs aux abrutis que nous dominons. Et tout ce qui menace cette fiction menace l’édifice tout entier. C’est pourquoi l’assassinat de MacAuley a fait tant de bruit. C’est une attaque sur deux niveaux. D’abord elle nous montre que certains Indiens au moins ne se considèrent plus comme inférieurs, au point de réussir à assassiner un membre aussi en vue de la classe dominante, et ensuite parce qu’elle détruit la fiction de notre supériorité. »

Au-delà des investigations policières, l’atmosphère parfois tendue, les rapports humains, le côté historique sont parfaitement développés et m’ont captivée. Ancrer son texte dans cette période décisive   de l’histoire anglo-indienne a certainement demandé beaucoup de recherches à Abir Mukherjee et il s’en sort à merveille. Le lecteur s’imprègne de l’ambiance, des différents personnages sans aucune difficulté. C’est une lecture aboutie, très bien écrite (merci à la traductrice), placée dans un contexte riche qui apporte un intérêt supplémentaire. Premier d’une série qui comporte quatre autres titres, j’espère bien que les éditions Liana Levi ont mis une option pour la suite ! Moi, je suis pour !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.