Compte désactivé

Compte désactivé

Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Le coin des polars

Suivi par 207 abonnés

Billet de blog 22 avr. 2017

Au nom des pères

Victime ou coupable ? Deux hommes immobiles…Un dans la maison, l’autre à l’extérieur… Rien ne les relie en apparence et pourtant, leurs routes se croisent. Le premier est chez lui, le second lui dit que cette maison est sa maison, qu’il la veut… Que comprendre, que croire, qu’imaginer ? Quelle est la part d’ombre de chacun, que cachent, que taisent ces deux là ?

Compte désactivé

Compte désactivé

Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une chronique de Cassiopée

Victime ou coupable ?

Deux hommes immobiles…Un dans la maison, l’autre à l’extérieur… Rien ne les relie en apparence et pourtant, leurs routes se croisent. Le premier est chez lui, le second lui dit que cette maison est sa maison, qu’il la veut… Que comprendre, que croire, qu’imaginer ? Quelle est la part d’ombre de chacun, que cachent, que taisent ces deux là ?

Louise, policière atypique, va mener l’enquête. Sortant parfois des sentiers battus, elle va marcher sur les traces de ces êtres blessés, cabossés par la vie, qui ont subi plus qu’ils n’ont choisi et qui se retrouvent face à leur destin.  Ce sont toutes les étapes de la douleur que nous allons revisiter. Tout un passé lourd de sens, de non-dits, de secrets qui pèsent sur une vie, imprègnent tout jusqu’à devenir obsessionnels…. Qu’ont-ils vécu, vu, entendu, décidé, supporté sans pouvoir aller contre pour devenir ce qu’ils sont ? Et surtout sont-ils victimes ou coupables ?

C’est toute cette ambivalence, omniprésente dans le roman, à laquelle s’attache Oliver Bottini et ce qui est très fort, c’est qu’il distille petit à petit des éléments importants pour nous permettre de nous faire une opinion…Si on y arrive, car la situation est tellement complexe qu’il est difficile de se prononcer. D’ailleurs, à aucun moment, l’auteur ne juge, ne donne une réponse, il énonce des faits, de plus en plus graves et nous laisse décider. Evoquant des événements dont je n’avais jamais entendu parler (et je me suis demandée si les lecteurs allemands étaient plus au courant que moi, sans doute, mais pas si sûr puisque Louise, notamment découvre ces années antérieures) notamment les « Allemands de Yougoslavie », le camp Valpovo et bien d’autres choses encore ; il a su m’intéresser à l’Histoire (avec un grand H) d’un pays proche de nous.

C’est avec une écriture dense, épaisse, sombre comme l’atmosphère et la météo de ce livre qu’Oliver Bottini nous livre ses réflexions, parce qu’au-delà de l’intrigue, il offre un panel de pensées sur les relations humaines, sur les conséquences des choix du passé. En nous présentant Louise, qui a été addict à l’alcool, qui ne sait pas très bien où elle est de sa vie sentimentale, qui se pose un certain nombre de questions, il nous offre le portrait d’une femme forte et fragile à la fois, toute en ambivalence mais également toute en retenue. Sa façon de mener ses investigations m’a bien plu. Elle a su être opiniâtre et discrète, obstiné jusqu’au bout. Je dirai qu’elle a l’ambition de sa volonté et cela a énormément d’importance. On la sent concernée (et je ne parle pas seulement de ses recherches) par tout ce qu’elle vit. Peut-être que le côté « humain » prend trop de place dans sa vie professionnelle, mais c’est aussi cela qui la rend solide car elle en a besoin pour avancer. Elle ne peut pas rester à distance, si elle s’investit, c’est à fond tant dans son métier qu’auprès de ses amis (et pourtant, parfois, sa copine Jenny la « saoule » ;-)

Au départ ce style, à la  Henning Mankell, qui -prend -son -temps -et –qui- décortique, analyse et fait quelques digressions, m’a un peu désarçonnée, moi, qui préfère que les choses bougent vite. Et puis, je me suis totalement imprégnée de cette cadence, j’ai adhéré corps et âme à ce faux rythme et j’ai alors pu me plonger dans l’histoire. J’ai aimé l’approche psychologique des personnages, par petites touches, dessinant au fur et à mesure leur personnalité tourmentée, j’ai apprécié cette ambiance brumeuse, laissant régner un flou qui convient à merveille au contenu tout en ambiguïté.  Un auteur que je relirai avec grand plaisir.

Au nom des pères
Auteur : Oliver Bottini
Traduit de l’allemand par Didier Debord
Éditions : de l’Aube (Avril 2017)
Collection : L’Aube noire
400 pages
ISBN : 978-2-8159-1228-0

Cet article de la chroniqueuse Cassiopée a également été publié sur le Collectif Un polar

Au nom des pères, Oliver Bottini © Bottini

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Un chirurgien de l’AP-HP cherche à vendre aux enchères la radio d’une blessée du 13-Novembre
Le chirurgien Emmanuel Masmejean a mis en vente sur un site d’enchères pour 2 700 dollars la radio d’une survivante du Bataclan, sur laquelle on voit une balle de Kalachnikov. Après l’appel de Mediapart, il a retiré le prix dans son annonce. L’AP-HP qualifie la publication du professeur Masmejean de « problématique, choquante et indécente ».
par Matthieu Suc
Journal — Gauche(s)
Le Titanic Hidalgo fait escale à Aubervilliers
Dans une salle à moitié vide, la candidate socialiste à la présidentielle a estimé que le combat n’était pas perdu, même si la voie est « ardue et semée d’embuche ». En interne, certains la jugent déjà sans issue.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal
Le PS et les quartiers populaires : vingt ans de trahison
Le Parti socialiste poursuit sa lente dislocation dans les quartiers populaires. En Île-de-France, à Évry-Courcouronnes et Aulnay-sous-Bois, les désillusions traduisent le sentiment de trahison.
par Hervé Hinopay
Journal
Le ministère du travail abuse de la précarité pour ses propres salariés
Plusieurs agents contractuels n’ont récemment pas été payés comme ils l’auraient dû. La CGT dénonce l’augmentation de la précarité au sein de l’institution censée veiller à la bonne application du droit du travail, et lutter contre l’explosion des contrats courts.
par Dan Israel

La sélection du Club

Billet de blog
Entre elles - à propos de sororité
Sororité, nf. Solidarité entre femmes (considérée comme spécifique). Mais du coup, c'est quoi, cette spécificité ?
par Soldat Petit Pois
Billet de blog
La parole des femmes péruviennes
Dans un article précédent, on a essayé de comprendre pourquoi le mouvement féministe péruvien n'émergeait pas de manière aussi puissante que ses voisins sud-américains. Aujourd'hui on donne la parole à Joshy, militante féministe.
par ORSINOS
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022.
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Malaise dans la gauche radicale - Au sujet du féminisme
L'élan qui a présidé à l’écriture de ce texte qui appelle à un #MeToo militant est né au sein d'un groupe de paroles féministe et non mixte. Il est aussi le produit de mon histoire. Ce n’est pas une déclamation hors-sol. La colère qui le supporte est le fruit d’une expérience concrète. Bien sûr cette colère dérange. Mais quelle est la bonne méthode pour que les choses changent ?
par Iris Boréal