L'accident de l'A35 de Graeme Macrae Burnet (The Accident on the A35)

Avocat respectable dans une petite ville alsacienne, Bertrand Barthelme, trouve la mort une nuit dans un accident de voiture. Lorsque l’inspecteur Georges Gorski vient annoncer la triste nouvelle à sa femme, celle-ci lui apparaît peu affectée. Une seule question semble l’intriguer : que faisait son mari sur cette route au milieu de la nuit ? Question banale...

41dqffyjoil-sx195
Bertrand Barthelme est un notaire réputé. Depuis qu’il est marié, tous les mardis soir, il va manger avec son club : c’est-à-dire trois amis et lui à l’auberge du Rhin. Dans ce groupe on trouve : son collègue et associé de cabinet, un agent immobilier et un propriétaire d’une usine pas loin de la ville de Saint-Louis, en Alsace où se déroule ce récit.

On est mardi, et la voiture de ce brave homme vient de s’encastrer dans un arbre. Il est mort sur le coup et il faut prévenir son épouse. C’est l’inspecteur Georges Gorski qui doit annoncer la nouvelle et c’est peut-être la seule chose qui sorte de l’ordinaire qu’il fera dans la semaine. Il prend son rôle très au sérieux et va sonner à la porte. La gouvernante ouvre, Madame le reçoit au lit et ne semble pas bouleversée par le décès de son mari. Elle lui demande de prévenir leur fils qui est dans sa chambre (c’est un lycéen de 16 ans). Elle fait quand même remarquer qu’il s’avère étonnant que le véhicule ait été trouvé sur l’A35 alors que ce n’est pas l’itinéraire pour revenir du restaurant où les quatre compères dînaient toutes les semaines, depuis des années….

Notre inspecteur, tombé sous le charme de la jeune veuve (en plus il a bien vu qu’elle faisait chambre à part !), se propose de creuser un peu l’affaire afin de comprendre ce que Bertrand Barthelme faisait sur l’A35 dans ce sens… Il va donc mener l’enquête, discrètement, et s’aperçoit très vite que le souper n’était qu’un alibi et n’existait pas ….  Il n’est pas le seul à vouloir connaître un peu plus le notaire. Le fils, Raymond, bien que peu touché par cette disparition, entreprend également quelques démarches, en cachette de sa mère, bien entendu.

Nous allons suivre leurs investigations respectives et c’est un régal. Il y a une atmosphère délicieusement surannée. On est encore au temps des cabines téléphoniques, des gens qui fument dans les cafés, des carnets pour prendre des notes, des empreintes sur les verres … Exit internet, le traçage des téléphones, l’ADN … Un petit bout de papier oublié dans un tiroir suffit à déclencher une tempête…  

La femme et la fille de Georges Gorski l’ont quitté, il boit trop et ne s’occupe pas assez de sa famille alors, bien sûr, cette enquête qui n’en est pas une, va l’intriguer au plus au point et lui permettre, peut-être, de faire remonter sa cote. On plonge dans ses pensées, ses raisonnements, on le suit de près, on sent presque l’odeur d’alcool lorsqu’il se laisse aller. On découvre à sa suite, les petites villes un peu étriquées, où tout se sait ou presque. Les mensonges, les faux semblants, les peurs du « qu'en-dira-t-on », l’hypocrisie pour répondre aux conventions et faire comme si …  Et l’inspecteur creuse encore et encore. Est-ce parce qu’il est attiré par Lucette (Madame Barthelme), ou parce qu’il a besoin de comprendre ce que cachait le notaire et qui il était vraiment?

L’écriture de l’auteur (bien traduite), assortie d’un faux rythme, assez lent, est réjouissante. Il ausculte les habitudes, les choix de chacun, les travers des uns et des autres. Il traque le moindre détail pouvant le mener sur une piste afin de cerner ce qui lui échappe.  Le style est truculent parce que l’air de rien, par petites touches, des portraits se dessinent sous nos yeux, de plus en plus précis et c’est amusant de constater que notre opinion évolue au fil des pages. Il est également très intéressant de voir combien ce décès qui n’a pas semblé bouleversé la femme et le fils, a en réalité, complètement chamboulé le quotidien du jeune lycéen, faisant ressortir ce qu’il avait étouffé jusque-là.

J’ai beaucoup apprécié cette lecture, ce phrasé original, la manière dont les événements sont abordés, réfléchis par l’enquêteur et j’ai hâte de relire cet auteur atypique.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.