Victime 55 (55) de James Delargy

Une petite ville perdue en Australie. Un jour de canicule débarque, au poste de police, un homme, couvert de sang. Gabriel déclare avoir été séquestré dans une cabane par un serial killer. Quand la chasse à l’homme commence, ce même jour de canicule, débarque un deuxième homme qui dit la même chose.

9791033903109
Bluffant

Victime 55 est le premier roman de James Delargy, irlandais d’origine, qui a vécu en Australie, en Afrique du Sud et en Ecosse. Ce baroudeur réside aujourd’hui en Angleterre. Il a situé l’intrigue de ce recueil dans une petite ville perdue d’Australie. Le lieu est important. Loin de tout, avec des paysages secs et chauds, parfois touffus, immenses dans lesquels il est facile de se perdre. L’action se déroule en Novembre 2012 et quelques passages sont issus de 2002, dix ans auparavant.  A cette époque, deux amis recherchaient un jeune homme qui s’était égaré. Du temps a passé et les voilà séparés maintenant, chacun ayant suivi un chemin différent. L’un, le sergent Chandler Jenkins, est resté sur place, à Wilbrook, il a deux enfants qu’il élève de son mieux avec l’aide de ses parents, car sa femme est partie. Elle avait envie de ville, de plus grands espaces. L’autre, Mitchell Andrews, dit Mitch, est monté en grade, il est maintenant inspecteur et travaille plus loin dans une grosse bourgade, à une centaine de kilomètres, pour la police d’état. Ces deux-là ne sont plus en contact, leur complicité a été brisée.

Chandler veille sur la petite cité, à la manière d’un shérif, peu de mouvements, quelques plaintes mais cela lui convient. Un jour, Gabriel, un homme blessé, débarque au poste de police. Il est apeuré et déclare avoir été séquestré par un tueur en série, qui lui aurait annoncé qu’il allait être sa prochaine victime, la cinquante cinquième. Un peu plus tard, dans la même journée, un autre homme, Heath, dans le même état, se présente à son tour et raconte la même chose. Sont-ils de mèche ? Qui ment et pourquoi ? Quel est le but caché de ces incursions dans ce coin paumé ? Chandler ne peut gérer seul une telle situation et ses supérieurs sont prévenus. C’est Mitch, son ancien camarade qui arrive avec son équipe. Si ces deux là ont été copains, c’était il y a longtemps. On sent tout de suite que ce n’est plus le cas et cela ne va en rien simplifier les relations de travail. Mitch se comporte en chef, (ce qu’il est), sans aucune empathie, donnant des ordres, surveillant Chandler et le prenant pour son larbin. Il le rabaisse même un peu…. Cela instaure une atmosphère délétère entre les deux hommes et leur équipe et ça n’aide pas l’enquête. Un vieil antagonisme qui leur pourrit la vie mais aussi celle de tous ceux qui les côtoient.

J’ai trouvé cette lecture très intéressante et addictive. L’écriture de l’auteur est prenante (bravo aux traducteurs). La trame de départ (deux hommes, le même récit, chacun accusant l’autre, chacun ayant peur pour sa vie…) est originale. En outre, le décor apporte un intérêt supplémentaire. On pourrait penser qu’une histoire en vase clos ne va pas captiver le lecteur. Et bien, c’est tout le contraire ! L’intérêt ne faiblit pas et va même grandissant et il y a du rythme. On suit les raisonnements des uns et des autres, on sent que des indices nous échappent, on voudrait comprendre, avancer…. J’ai été bluffée par le comportement de Gabriel et de Heath. J’ai mis beaucoup d’énergie à essayer de comprendre si l’un ou l’autre racontait des bobards ou si les deux me manipulaient. Je trouve que l’auteur a été très fort sur ce coup-là. Par l’intermédiaire de son intrigue, James Delargy aborde d’autres thèmes comme la vie dans les coins isolés, le poids du passé, de la religion…

C’est un auteur à ne pas perdre de vue si ces prochains opus sont de la même qualité !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.