W Cassiopée
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Le coin des polars

Suivi par 204 abonnés

Billet de blog 28 oct. 2021

L'ombre de la nuit de Marco Pianelli

Il fait nuit. Paco Sabian marche sur une route d’Ardèche. Une voiture s’arrête à cette heure incongrue. Une femme seule au volant.

W Cassiopée
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Celui qui disparaîtrait sans qu’on le retrouve jamais, celui dont on ne saurait rien, celui aussi impalpable qu’une ombre et aussi tangible que la mort, allait maintenant se retirer. »

Il y a des livres comme ça qui vous mettent une claque, qui vous bouleversent. « L’ombre de la nuit » en fait partie. Âpre et tendre à la fois, ce récit m’a scotchée. Une fois commencé, je ne pouvais plus m’arrêter. Il fallait, non pas que je sache (parce que d’abord j’avais lu la fin), mais que je reste avec Paco et Myriam. Comme lorsqu’on prend fait et cause pour quelqu’un et qu’on ressent le besoin de le soutenir. Pourtant Paco n’est pas « net », qu’est-ce qu’il fait seul, sous la pluie, sur la route, avec pour tout bagage un sac ? Et qu’est-ce qui peut pousser Myriam, une femme seule à s’arrêter pour prendre un inconnu dans sa voiture ?

Ces deux-là sont des écorchés, des blessés de la vie, des personnes qui ont souffert et qui sont restées droites, continuant à avancer un jour après l’autre, un pas après l’autre. Pourtant ce serait si facile de se laisser sombrer, de couler, de se faire oublier… Mais chacun à sa manière a quelque chose qui le porte, qui le dope. Son fils a disparu il y a cinq ans et elle veut savoir, elle veut comprendre. C’est le combat d’une mère pour savoir la vérité. Lui, c’est plus subtil. Mystérieux, secret, taiseux mais expérimenté face à la violence, capable de se bagarrer, sans émotion, pour la justice, il épouse la lutte de cette femme. Il se battra avec elle, pour elle, pour lui aussi car ainsi il existera … un temps, un temps seulement … parce que ce n’est pas un homme d’attache ….

Entre eux, ça accroche tout de suite, chacun accepte l’autre dans ses silences, dans sa façon d’être, dans ses secrets. Mais c’est ensemble qu’ils vont essayer de comprendre ce qu’il s’est passé il y a cinq ans. Il faudra creuser l’enquête policière, trouver les failles, louvoyer car ils vont vite saisir qu’ils dérangent, déjouer les pièges tendus pour espérer accéder à la vérité. Mais tenaces, opiniâtre, prêts à tout, ils ne lâcheront rien.

J’ai été charmée par Paco. Pourtant les baraqués plein de cicatrices ne sont pas mon type d’hommes. Mais là, ce n’est pas pareil. Sous ses airs bravaches, il cache un vrai cœur, sinon il ne serait pas resté. Pas le genre à se dévoiler, sauf au lit peut-être, il est en permanence en vigilance exacerbée, sur ses gardes, prêt à mordre. Je crois que c’est cela qui m’a plu avec un soupçon d’âme de révolté car il n’a pas l’intention de se laisser dicter sa conduite.

Dès les premières lignes, ça a matché entre l’écriture de Marco Pianelli et moi, le coup de foudre complet, pour le style, le phrasé, les personnages, le contexte, l’histoire elle-même. Il y a du rythme, ça bouge sans arrêt, les pistes vont de ci, de là, nous entraînant vers d’autres hypothèses. C’est noir, brut, l’auteur ne s’embarrasse pas de détails, on prend les faits comme ils sont, en pleine face. Certains esprits chagrins parleront de crédibilité, de mouvements dignes des plus grands films d’action, mais ce n’a aucune importance. Ce qui est essentiel, c’est que le lecteur soit comblé, et je l’ai été. Le vocabulaire, les phrases sont d’une qualité irréprochable, tout fait mouche immédiatement, vous frappent au cœur et à la tête. Je suis totalement admiratrice.

Un roman sombre, dur, avec en filigrane, une humanité qui se dévoile dans quelques gestes, quelques mots, quelques regards, simplement pour qu’on se souvienne que tout n’est pas noir…..

Monsieur Pianelli, pourquoi vous n’avez pas écrit avant ? Et c’est quand le prochain ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre