W Cassiopée
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Le coin des polars

Suivi par 230 abonnés

Billet de blog 28 nov. 2022

W Cassiopée
Abonné·e de Mediapart

Vos entrailles à nos chiens de Pascal Thiriet

Lydia de retour au village est accueillie par le maire, qui s’est porté garant suite à la condamnation dont elle a fait l’objet. Zia, sa tante, soigne et propose ici des remèdes… Andréa, un gamin mazzéru, s’endort, rêve qu’il part à la chasse....

W Cassiopée
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Illustration 1

La Corse, son maquis, ses taiseux, ses silences, ses cris, ses animaux, ses habitants qui savent tout mais ne disent rien. Une atmosphère particulière sublimée par un phrasé au cordeau.

Lydia revient au village après une condamnation, elle ira chez « son oncle » (oui sur cette île, tout le monde est de la même famille) qui s’est porté garant. Elle est proche de Zia, une femme bizarre qui a des pouvoirs ou qui fait comme si. Et puis il y a Andréa, un jeune garçon avec un cœur d’homme trop grand pour lui. Il rêve beaucoup, et c’est perturbant car il ne sait plus (el lecteur itou) où est la limite entre la réalité et la rêverie. Il est proche de Lydia, parce que, sans aucun doute, comme lui, elle n’est pas vraiment de ce monde. Ils sont entre deux univers. Alors ils se retrouvent et se comprennent, l’adulte et le môme, presque comme deux amis. Et ils partagent, des choses qui ne s’expliquent pas car ils ont besoin de peu de mots, si peu pour échanger et être en phase…

Des hommes meurent mais personne n’a rien vu, encore moins entendu, pourtant les corps sont mis en scène d’une drôle de façon. Le juge qui est sur place observe, essaie de démêler tout ça mais n’avance pas…. Il faudrait peut-être que le merle, qui voit tout, raconte … mais rien à faire, il ne se confie pas…

J’ai aimé la place des femmes dans cette aventure. On peut les imaginer (nous sommes en Corse) silencieuses, vêtues de noir, disciplinées mais il n’en est rien. Elles vivent, animées par un feu qui brûle en elles …..

C’est avec une écriture minimaliste que Pascal Thiriet s’exprime. Cela peut sembler déstabilisant tant il faut imaginer ce qui est écrit entre les lignes, voire même entre les mots. Mais finalement c’est très bien. À chacun d’imaginer le récit, ce qui est suggéré, ou tout simplement insufflé par ce qui existe déjà. J’ai apprécié cette espèce de dépouillement qui oblige l’auteur à choisir chaque mot avec précision, car comme ils sont peu nombreux, ils doivent être forts pour transmettre beaucoup. Et cela incite ceux qui lisent à se laisser porter vers d’autres ailleurs qu’ils devinent …

C’est un roman inclassable, noir, atypique, au style épuré, vif et empli de poésie, de nature et de vent ….. Il se glisse en vous et vous emmène sur d’autres sentes …..

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.