mot de passe oublié
11 euros par mois

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et découvrez notre nouvelle application mobile disponible sur Android et iOS.

Je m'abonne
Le Club de Mediapart mer. 4 mai 2016 4/5/2016 Dernière édition

Economie sociale et solidaire: l’heure du changement d’échelle

Le temps est venu de « transformer les myriades d’initiatives qui fleurissent sur les territoires en un tout, grâce à la construction d’un véritable éco-système » de l'ESS, soutiennent Jean-Philippe Magnen, vice-président de la région Pays-de-la-Loire, porte-parole national d'Europe Ecologie les Verts et Claude Taleb, vice-président de la région Haute-Normandie chargé de l’ESS.

Le temps est venu de « transformer les myriades d’initiatives qui fleurissent sur les territoires en un tout, grâce à la construction d’un véritable éco-système » de l'ESS, soutiennent Jean-Philippe Magnen, vice-président de la région Pays-de-la-Loire, porte-parole national d'Europe Ecologie les Verts et Claude Taleb, vice-président de la région Haute-Normandie chargé de l’ESS.


 

Il y a urgence à développer l’économie sociale et solidaire. Tout simplement parce qu’elle est efficace. Elle crée de l’emploi, durable et non délocalisable, elle revitalise les territoires, elle propose une alternative chaque jour plus crédible à l’approche financiarisée et non-productive de l’économie, elle participe de la transition écologique des filières de la mobilité, de l’agriculture, de la construction, des énergies... Loin de se cantonner à « l’économie de la réparation », elle peut au contraire embrasser la plupart des secteurs, notamment l’industrie à laquelle elle peut redonner sens, projet et acceptation sociale… parce qu’elle est justement sociale et solidaire !

Préparer le temps de l’action

Les écologistes, en tant que force politique qui a le plus investi dans ce domaine, aux côtés des acteurs et des réseaux mais aussi en tant qu’élus au sein des collectivités locales où ils sont en responsabilité, se félicitent de la loi-cadre en cours d’élaboration, et actuellement en cours de concertation. Les dispositions qu’elle veut mettre en avant – reconnaissance légale de l’ESS et intégration au sein des politiques publiques de développement économique, définition d’outils publics de soutien, modernisation des dispositions législatives, renforcement du cadre juridique – vont en effet dans la bonne direction. Mais, après le texte et au-delà du texte, il faudra passer au temps de l’action, de la démultiplication sur le terrain (1).

Faire système et faire lien

Il est aujourd’hui impératif d’affirmer un changement d'échelle, de transformer les myriades d’initiatives qui fleurissent sur les territoires en un tout, grâce à la construction d’un véritable éco-système. Cet urgent changement d’échelle ne pourra en effet se limiter à la seule déclinaison des décisions nationales sur les territoires mais devra s’architecturer par la mise en système des initiatives du terrain : au niveau national, et au-delà, au niveau européen.

« Faisant système », en même temps nous saurons « faire lien » et mettre fin à la déperdition actuelle des énergies, celle que déplorait par exemple récemment Louis Gallois en relevant que seulement 30 des 100 millions d’euros dédiés à l’ESS au sein du Programme d’investissement d’avenir (PIA) aient été utilisés. Au-delà même des ressources, il faut se projeter sur des outils qui permettront leur appropriation sur le terrain, à travers l’accompagnement des acteurs, sur les territoires.

Vers une structure relais

La loi-cadre ne suffira pas, il y nécessité d’inventer les outils qui vont la relayer. Nous sommes ainsi persuadés, en particulier, de la nécessité de créer un « acteur de lien » entre le national et les territoires, dynamiseur toujours et dynamiteur parfois, en tous les cas garant de la juste évaluation de l’ESS au regard de son utilité, des valeurs ajoutées sociales et sociétales de ses entrepreneurs.

Cet acteur ressource aurait par exemple pour mission de transformer en actions concrètes les recommandations du futur Conseil supérieur de l’ESS, de nourrir et appuyer méthodologiquement les contractualisations territoriales à travers leurs multiples facettes (aménagement du territoire, économie, recherche, innovation, emploi, formation initiale et professionnelle…), d’animer l’efficace et proportionnel déploiement des ressources et leur nécessaire hybridation (privées, publiques et citoyennes), de valoriser et de relier les initiatives des agences territoriales de développement et des chambres de l’ESS...

Un tel outil donnerait toute sa place à l’économie sociale et solidaire, et exploiterait ainsi au bénéfice de la société française les trésors depuis trop longtemps mésestimés de l’innovation sociale.

(1) Europe Écologie Les Verts organise samedi 6 avril à Rouen (Seine-Maritime) une journée de réflexion sur l’économie sociale et solidaire, en présence du ministre Benoît Hamon et d’une pluralité d’acteurs privés et publics représentatifs de la diversité des initiatives. Au programme, analyse de la loi-cadre en cours d’élaboration et surtout affirmation des conditions nécessaires à l’indispensable changement d’échelle –dans les faits, dans les textes et dans les têtes !– pour exploiter pleinement les potentiels de cette autre façon de faire l’économie. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Bonjour Jean-Philippe, Je salue ton article et la perspective de faire système pour faire lien. Oui, le temps est venu de « transformer les myriades d’initiatives qui fleurissent sur les territoires en un tout, grâce à la construction d’un véritable éco-système » de l'ESS.

L’observation montre que les  inventeurs sociaux se laissent absorber par « le faire ». Leur ingénierie n’apparaît pas (ou peu) dans les rapports qu’ils sont amenés à rédiger dans les termes attendus par ceux qui les financent. Or, dans la crise actuelle des relations, leur véritable performance est précisément d’avoir balisé le chemin de l’entraide pour répondre aux problèmes de tous les jours, aux conditions économiques et sociales, culturelles et institutionnelles de leur contexte.

Des pactes locaux (sous ce nom là ou d’autres) existent aujourd’hui en grand nombre, dans la plupart des domaines et apportent des réponses aux besoins et aspirations des citoyens et des communautés. Dans leur diversité, leurs innovations socio-économiques, éducatives, organisationnelles ont des caractéristiques communes et rencontrent de mêmes obstacles.Leur développement en grandeur réelle manque encore d’un adossement solide, à partir de la traçabilité des acquis de l’expérience, pour disposer d’une culture commune . 

C'est le sens de notre engagement depuis 1998 en Pactes Locaux, et maintenant en tant que réseau des Pactes Locaux Européens. Comment actuellement ? En animant un projet Grundtvig PACTES (Plateforme d'Apprentissage et de Coopération vers des Territoires Européens Solidaires) à 7 pays.Le partage est organisé autour de 6 thèmes essentiels pour bâtir une économie solidaire et des formes de gouvernance démocratique. Les objectifs sont :

Constituer une boîte à outils européenne de réponses disponibles et transférables. Chaque organisation-partenaire accueille les autres à tour de rôle pour partager son expertise sur des contenus thématiques substantiels et des méthodes de mise en dynamique collective : mutualisation des entreprises pour créer des emplois en temps partagé, circuits courts entre producteurs et consommateurs, éducation environnementale, entreprise sociale et solidarités, groupes de parole et appui aux chômeurs.

Promouvoir la formation "entre pairs" au niveau européen.  Les échanges relèvent du débat entre «praticiens experts» dont la contribution est autant théorique que pratique. Se rencontrer dans des espaces non formels entre adultes de milieux différents crée des conditions propices pour s'approprier des connaissances, consolider des analyses, s’inspirer en confiance de l’expérience des autres, inscrire des propositions  dans le débat public européen et proposer comment infléchir positivement les politiques publiques sur la base d’exemples.

Multiplier et exporter outils et méthodes dans d’autres contextes géographiques et économiques. La perspective à moyen terme est l’intégration de coopérations horizontales à des échelles territoriales plus vastes, la reconnaissance dans le droit commun

Ecrit pour trouver des suites utiles et partagées  à ce message

Martine Theveniaut, coordinatrice du réseau 

Construisez l'indépendance de Mediapart

onze euros par mois

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et découvrez notre nouvelle application mobile.
Je m'abonne

L'édition

suivi par 50 abonnés

Le monde de l'Economie Sociale et Solidaire

  • 13 rédacteurs
  • Rédacteur en chef : Corinne N
À propos de l'édition

Il y a une autre économie, un autre projet, une alternative à la production folle, à la consommation débridée, à l'exploitation de l'homme par l'homme (et à son contraire). Le nom d'Economie

Sociale est utilisé mais les mots habillent trop souvent du n'importe quoi... sauf quand les citoyens connaissent les enjeux, protègent et partagent les objectifs, restent aux commandes.

Ailleurs, on parle de secteur « non profit ». L'important, c'est le contenu. Cette édition se veut la cartographie de ce monde pour aider au voyage de tous les citoyens qui veulent y circuler lucidement.

"Bienvenue chez vous !"

(formule à l'entrée de la maison natale de Alphonse Desjardins, fondateur du Mouvement Desjardins, banque coopérative, à Levy, Québec. Une maison devenue musée).

Pour publier dans cette édition, il suffit de cliquer dans la colonne de gauche sur "devenir rédacteur"!