Les monnaies locales complémentaires citoyennes.

Adopter une monnaie locale équivaut à participer à une démarche citoyenne innovante au service de la transition économique, écologique et sociale du territoire sur lequel elle est en circulation.

Entrant dans le cadre de l'ESS, les monnaies locales sont aujourd'hui au nombre d'une  soixantaine en France. Elles sont légalement reconnues et sont adossées à l'euro, chacune des associations les gérant est tenue de posséder sur un compte bancaire, généralement à La Nef, l'exact équivalent en euros qu'en devises locales émises. Certaines ont disparu faute de motivation tant du point de vue des utilisateurs que de celui des structures les acceptant. La plupart cependant se développent et voient le nombre de leurs utilisateurs et celui des commerces et associations les acceptant se multiplier.

Ces monnaies locales complémentaires citoyennes sont avant tout des leviers destinés à dynamiser le commerce de proximité et les circuits courts. Elles sont donc un frein à l'expansion des grandes surfaces et du commerce en ligne, par exemple, qui, en plus d'être destructeurs d'emplois et ravageurs planétaires, concentrent la distribution entre les mains d'une minorité qui pourrait au final imposer ses propres conditions et prix quand tout le reste aurait disparu. Outre soutenir l'emploi local et son développement, les monnaies locales sont aussi garantes du maintien du lien social sur un territoire donné. Ce qui de nos jours n'est pas un luxe dans les deux domaines cités. Les structures désireuses d'adhérer à une monnaie locale remplissent un dossier d'agrément et signent une charte les engageant éthiquement.

Contrairement à l'euro, une monnaie locale ne peut être placée sur un compte d'épargne. Elle n'a de valeur que dans les échanges, en circulant de main en main, et rend toute spéculation impossible. On comprendra donc facilement pourquoi elle n'intéressera jamais les évadés fiscaux existants ou potentiels, pour ne citer qu'une catégorie d'éternels réfractaires au bon sens.

En adoptant une monnaie locale partout où c'est possible, ses utilisateurs le font pour relocaliser l'économie, encourager les pratiques  éco-responsables et agir à leur échelle pour la préservation de la planète. Bien vite, par exemple, les plus responsabilisés se tourneront vers des achats en vrac et limiteront autant que faire se peut les les plastiques et leur impact catastrophique sur l'environnement.

La monnaie locale la plus développée est l'eusko basque. Son passage au numérique a grandement facilité son développement. La suit l'heol ("Soleil" en breton) qui elle aussi vient de passer au numérique et connaîtra bientôt un développement je l'espère similaire à sa consœur basque. 

 

Puissent les autres monnaies locales suivre, ici et partout sur Terre où existent des monnaies locales. Puisse l'humanité devenir suffisamment intelligente, mériter enfin son nom de Sapiens, et puisse la Terre voir fleurir ces monnaies locales seules garanties contre la spéculation.

Il est nécessaire de savoir que les premières monnaies locales sont apparues après la crise ayant suivi le krach boursier de 1929. Il est tout aussi utile d'apprendre que la plupart des monnaies locales aujourd'hui en circulation sont apparues suite aux événements de 2008.

S'il en existe une chez vous, pourquoi ne pas y adhérer ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.