Convergence des monnaies locales bretonnes vers une monnaie commune

En 2021, les monnaies locales bretonnes convergeront vers une monnaie commune. Voilà une bonne nouvelle pour leur développement.

L'objectif est, tout en conservant leur identité propre sur chacun de leurs territoires, de créer une monnaie locale complémentaire citoyenne (MLCC) bretonne qui pourra être utilisée dans tous les bassins de vie de la région par tous les acteurs économiques : particuliers, entreprises, associations, collectivités et tous les partenaires adhérant à chacune de ces monnaies.

Cela permettra de donner une nouvelle dimension aux échanges tout en enracinant cette première monnaie bretonne du XXI° siècle dans l'expérience acquise par ces différents collectifs depuis plusieurs années.

L'activité des 12 monnaies locales bretonnes représente, en 2020, l'équivalent de 300 000 euros en circulation sur la Bretagne historique (Bretagne + Loire Atlantique), entre 6 000 acteurs économiques dont un millier d'entreprises adhérentes. Sur chacun de leur territoireces monnaies créent entre 3 et 7 fois plus de richesses localement que les euros, déposés en banque, qui eux quittent majoritairement le territoire et même l'économie réelle au profit de la spéculation.

Les euros échangés en monnaies locales sont déposés garantie dans des banques éthiques : NEF et Crédit Coopératif notamment, qui favorisent l'investissement dans l'économie locale et responsable. Associé à une monnaie complémentaire régionale, ce fond de garantie commun serait un outil puissant pour répondre aux crises, économiques et sociales.

Ainsi, les plus de 80 monnaies locales complémentaires de France constituent un réseau incontournable. Elles sont un des outils mobilisables par les citoyens pour une transition écologique et sociale. Le bénéfice pour les habitants des territoires est donc triple : davantage de consommation raisonnée ; davantage d'investissements éthiques ; davantage de résilience aux crises économiques, sociales et sanitaires.

Les monnaies locales bretonnes s'appuient sur des engagements forts de citoyens et de collectivités, riches de leurs diversités humaines et territoriales. Elles veulent continuer à aller de l'avant en s'ouvrant à toutes celles et ceux qui veulent promouvoir des biens communs et placer l'intérêt général au-dessus des intérêts particuliers, avec des modes de travail démocratiques et coopératifs.

Avec cette monnaie commune, les monnaies locales prennent aussi leur part, dès à présent, à la construction du monde de demain où les citoyennes et les citoyens seront véritablement acteurs d'une société plus équitable, plus responsable et plus écologique.

Liste des MLCC signataires :

Plus trois autres qui réfléchissent à la démarche :

  • Le Moneko sur le département de Loire-Atlantique
  • Le Rozo sur le pays de St-Nazaire
  • Le Pezh dans le Trégor-Goëlo

Soutenons-les, Rejoignons-les !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.