Billet de blog 22 déc. 2020

Convergence des monnaies locales bretonnes vers une monnaie commune

En 2021, les monnaies locales bretonnes convergeront vers une monnaie commune. Voilà une bonne nouvelle pour leur développement.

Jean-Michel M.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'objectif est, tout en conservant leur identité propre sur chacun de leurs territoires, de créer une monnaie locale complémentaire citoyenne (MLCC) bretonne qui pourra être utilisée dans tous les bassins de vie de la région par tous les acteurs économiques : particuliers, entreprises, associations, collectivités et tous les partenaires adhérant à chacune de ces monnaies.

Cela permettra de donner une nouvelle dimension aux échanges tout en enracinant cette première monnaie bretonne du XXI° siècle dans l'expérience acquise par ces différents collectifs depuis plusieurs années.

L'activité des 12 monnaies locales bretonnes représente, en 2020, l'équivalent de 300 000 euros en circulation sur la Bretagne historique (Bretagne + Loire Atlantique), entre 6 000 acteurs économiques dont un millier d'entreprises adhérentes. Sur chacun de leur territoireces monnaies créent entre 3 et 7 fois plus de richesses localement que les euros, déposés en banque, qui eux quittent majoritairement le territoire et même l'économie réelle au profit de la spéculation.

Les euros échangés en monnaies locales sont déposés garantie dans des banques éthiques : NEF et Crédit Coopératif notamment, qui favorisent l'investissement dans l'économie locale et responsable. Associé à une monnaie complémentaire régionale, ce fond de garantie commun serait un outil puissant pour répondre aux crises, économiques et sociales.

Ainsi, les plus de 80 monnaies locales complémentaires de France constituent un réseau incontournable. Elles sont un des outils mobilisables par les citoyens pour une transition écologique et sociale. Le bénéfice pour les habitants des territoires est donc triple : davantage de consommation raisonnée ; davantage d'investissements éthiques ; davantage de résilience aux crises économiques, sociales et sanitaires.

Les monnaies locales bretonnes s'appuient sur des engagements forts de citoyens et de collectivités, riches de leurs diversités humaines et territoriales. Elles veulent continuer à aller de l'avant en s'ouvrant à toutes celles et ceux qui veulent promouvoir des biens communs et placer l'intérêt général au-dessus des intérêts particuliers, avec des modes de travail démocratiques et coopératifs.

Avec cette monnaie commune, les monnaies locales prennent aussi leur part, dès à présent, à la construction du monde de demain où les citoyennes et les citoyens seront véritablement acteurs d'une société plus équitable, plus responsable et plus écologique.

Liste des MLCC signataires :

Plus trois autres qui réfléchissent à la démarche :

  • Le Moneko sur le département de Loire-Atlantique
  • Le Rozo sur le pays de St-Nazaire
  • Le Pezh dans le Trégor-Goëlo

Soutenons-les, Rejoignons-les !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gouvernement
Le malentendu Pap Ndiaye
Insulté par l’extrême droite et critiqué par certains partisans de Macron, le ministre de l’éducation nationale est en réalité un modéré, loin des caricatures indigénistes et des procès en wokisme. Mais, entouré de proches de Jean-Michel Blanquer et du président, Pap Ndiaye aura du mal à s’imposer.
par Joseph Confavreux et Ellen Salvi
Journal — Climat
Face à la sécheresse, organiser collectivement la solidarité
La sécheresse est en train de dévaster l’Inde et le Pakistan. Ce type d’épisode, de plus en plus fréquent, ne se limite plus aux pays en voie de développement. En France, une vingtaine de départements font déjà l’objet de mesures de restriction d’eau.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Asie
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal
Législatives : comment le RN cible le rassemblement des gauches
Mediapart a pu consulter les documents fournis aux candidats du parti d’extrême droite pour les législatives. Ils montrent que le parti fait manifestement peu confiance à ses troupes sur le terrain. Ils s'en prennent à la coalition de gauche Nupes, rebaptisée « extrême gauche pro-islamiste ».
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
A quoi sommes-nous sensibles ?
La mort des non Occidentaux semble invisible. Qu’ils soient Syriens, Afghans, Nord Africains, du Moyen Orient, d’Asie... Ils sont comme fantomatiques, presque coupables d’effleurer notre champ de vision.
par Bruno Lonchampt
Billet de blog
Faire de l’hospitalité un droit fondamental
Dans un livre qui fera date, la juriste Marie Laure Morin propose de faire de l’hospitalité un droit fondamental afin de construire un droit des migrations qui rompe, enfin, avec des législations répressives qui violent les droits humains et menacent l’État de droit. J’ai volontiers accepté d’en écrire la préface.
par Edwy Plenel
Billet de blog
Couple binational : le parcours du combattant
Si on m’avait dit auparavant, qu’en 2021 je serais mariée, j’aurais éclaté de rire ! Pourtant, par amour, on est capable de tout.
par Amoureux Au ban public
Billet de blog
Mineur·es en danger à la rue, il est urgent de les protéger !
« Les droits de l’enfant ne se discutent pas, encore moins au profit d’affichages politiciens de “lutte contre l’immigration”. » Face au nombre croissant d’enfants migrants en grand danger faute de prise en charge, une soixantaine d'associations locales de terrain et d'organisations nationales tirent la sonnette d’alarme. Ils demandent que « la présomption de minorité soit inscrite explicitement dans la loi. »
par Les invités de Mediapart