Billet de blog 1 mai 2022

Le 1er mai : la fête du travail… mais pas du ruissellement !

« Nous ne réclamons rien. Nous ne demandons pas encore de comptes. Mais nous te prions, Société capitaliste et bourgeoise, de maintenir le bon ordre, de réfréner l’appétit de tes actionnaires et de partager entre-eux le bénéfice que te laisseront les « huit heures ». Crois-moi, tu y trouveras ton compte ! »

Denis Garnier
Conseiller social - Polémiste, auteur, blogueur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’illustration ci-dessous date du 28 avril 1906. Elle est parue par un journal ouvrier dont vous pouvez consulter l’exemplaire ICI. Ce n’était pas, l’ordonnance d’un chronobiologiste expliquant notre horloge interne qui impose un cycle de 24 heures à notre organisme (*) ; non, c’était une revendication ouvrière qui refusait le travail en 12 heures par jour ! Ils étaient fatigués, usés et ils revendiquaient les trois huit :

8 heures de travail, 8 heures de repos, 8 heures de sommeil !

Le 23 avril 1919, le sénat français ratifie la loi des 8 heures et fait du 1er mai 1919 une journée chômée. (Wikipédia)

« 8 heures de travail, 8 heures de loisirs, 8 heures de sommeil ». Dessin de Jules Grandjouan, paru dans L’Assiette au beurre en 1906

Dans le même numéro de la revue :

______________

Aujourd’hui, tout va très vite, tout est zappé, tout doit se passer dans l’instant. Le travailleur se trouve isolé dans de petites entreprises, et donc, non-syndiqué (comment pourrait-il l’être ?). L’intérêt collectif n’est plus traité et les quelques militants syndicaux, qui s’ébattent dans leur conseil d’entreprise ou dans les ministères, ne sont plus écoutés. Le dialogue social devient un leurre, une activité occupationnelle qui traite de l’écume des vagues et non plus de l’essentiel qui reste la juste répartition des efforts du travail.

Les employeurs directs ont disparu et ne sont plus que les relais d’un système qui a pris les commandes. Les entrepreneurs d’hier sont devenus les sous-traitants d’aujourd’hui. Les grandes entreprises sont des conglomérats internationaux sans âme, sans états d’âmes ! Il en est de même dans les services publics, dans la fonction publique, à l’image d’un hôpital transformé en usine à soins aussi froide que l’acier, aux directions excentrées loin du travail. Il n’y a plus personne qui puissent répondre directement aux demandes des travailleurs.

La fête du travail marque une journée de revendication pour les travailleurs, mais les travailleurs sont éclatés géographiquement, syndicalement et politiquement ! Dans le cadre du régime néolibéral que nous connaissons, ils ne peuvent s’en sortir qu’en arrachant par la grève quelques gouttes du ruissellement inopérant qu’organise cette société capitaliste et bourgeoise.

Lorsque l’humain deviendra la priorité de chacun, au-delà du pré carré de sa seule personne, lorsque le capitalisme néolibéral sera renversé pacifiquement, alors les travailleurs regagneront leur fierté et la juste rétribution de leur travail.

_______________

(*) J’ai participé au plan national à un projet de protocole de prévention des risques professionnels pour les personnels hospitaliers qui étaient contraints de travailler en 12 heures. Les directeurs d’hôpitaux encouragent cette pratique qui permet d’économiser des emplois. Lorsque les mesures de prévention se sont avérées trop contraignantes et entravaient les économies à réaliser, le ministère de la Santé a bloqué les discussions. Le protocole n’est jamais paru. Le même blocage s’est trouvé au niveau de la caisse nationale d’assurance-maladie (CNAM) ou là encore, j’avais initié ce débat pour les salariés du secteur privé. La prévention des risques professionnels n’est pas compatible avec le capitalisme néolibéral.

Pour aller plus loin :

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Énergies
Pétrole, gaz : un rideau de fer s’abat sur le secteur de l’énergie
Depuis quatre mois, les fragiles équilibres d’un marché déjà tendu sont rompus. L’énergie est devenue un terrain d’affrontement entre les États-Unis et la Russie. En juin, pour la première fois de son histoire, l’Europe a plus importé de gaz américain que russe.
par Martine Orange
Journal — Moyen-Orient
Paris abandonne en Syrie trois orphelins de parents djihadistes
Depuis novembre 2019, trois enfants français sont placés dans un orphelinat de la capitale syrienne. Leurs parents, membres de l’État islamique, sont morts sur place. Après plusieurs mois d’enquête, nous avons réussi à retracer le parcours unique de ces orphelins.
par Céline Martelet
Journal — Asie
Inde : le sombre avenir des habitants de l’Assam après une mousson précoce
Des millions d’habitants de la vallée du Brahmapoutre ont été jetés sur les routes par des pluies torrentielles. Ils survivent dans des conditions catastrophiques. Au-delà de l’urgence, c’est l’habitabilité de cette région d’Asie du Sud qui est désormais mise en question.
par Côme Bastin
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef