Billet de blog 3 juin 2021

600 milliards de fraudes fiscales, encouragées par LREM !

Quand Le Régime d'Emanuel Macron (LREM) est reconnu comme le régime des riches, ce n’est pas seulement pour avoir supprimé l’ISF et baisser la fiscalité des plus riches, c’est aussi pour favoriser la tricherie dans tous les domaines. De concert avec le RN, l’insécurité et les immigres seraient la cause de tous nos malheurs. Les chômeurs, les retraités, les services publics doivent payer !

Denis Garnier
Conseiller social - Polémiste, auteur, blogueur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« 600 milliards d’euros : c’est la somme astronomique qui se cache depuis des décennies dans les paradis fiscaux, soit près de 10 % du patrimoine des Français. Comment cette évasion fiscale massive a-t-elle été rendue possible ? Et pourquoi l’évasion de ce patrimoine fait-elle l’objet d’une telle omerta judiciaire, alors que les institutions de contrôle, la police, la justice, la douane, les services de renseignements, etc. en possèdent l’essentiel des preuves ? Quand on connaît la situation des comptes publics de la France, la question mérite d’être posée… »

C’est ainsi qu’est présenté le dernier livre d’Antoine Peillon « Ces 600 milliards qui manquent à la France »

À l’heure ou Le Régime D’Emmanuel Macron (LREM) baisse les allocations chômage de 17 % en moyenne, que ce même régime LREM veut imposer sa réforme des retraites, que ces deux réformes sont imposées contre l’avis unanime des syndicats, il propose une loi qui va entraver l’action de la justice en matière d’évasion fiscale.

__________

Quand ce régime macronien est reconnu comme le régime des riches, ce n’est pas seulement pour avoir supprimé l’ISF et baisser la fiscalité des plus riches, c’est aussi pour favoriser la tricherie dans tous les domaines.

__________

Tout est entrepris en ce sens. Imposer le secret des affaires, entraver le travail des journalistes d’investigation, empêcher le Parquet National Financier de travailler (ICI), et aujourd’hui, c’est le ministre de la Justice qui veut protéger la corruption et la fraude fiscale par la loi ! (lire ICI « Corruption et fraude fiscale : les vices cachés de la loi Dupond-Moretti »)

Court extrait ;

« Même ministre, Éric Dupond-Moretti n’a pas ménagé sa peine pour poursuivre depuis la Place Vendôme sa croisade contre la lutte anticorruption, allant jusqu’à tenter d’affaiblir par des biais disciplinaires le Parquet national financier (PNF) à la veille de l’ouverture du procès « Bismuth », au cours duquel ont été jugés – et condamnés – l’ancien président Nicolas Sarkozy et son avocat Me Thierry Herzog, l’un des meilleurs amis du ministre […] Ces attaques ministérielles contre des membres du PNF, mais aussi contre un juge financier de Monaco avec lequel il a été conflit quand il était encore avocat, valent au garde des Sceaux d’être actuellement visé par une enquête de la Cour de justice de la République (CJR) pour prise illégale d’intérêts. »

Et donc, ce même ministre veut aujourd’hui protéger les avocats qui organisent la fraude avec le soutien du Gouvernement et donc du Président Macron.

600 milliards de fraude, et le gouvernement s’en prend aux chômeurs, aux retraités, aux salariés en favorisant le monde de la finance. En pleine crise sanitaire, les entreprises vont verser 51 milliards d’euros à leurs actionnaires, l’équivalent d’un million d’emplois pendant un an, mais surtout, une somme supérieure aux bénéfices des entreprises ! (ICI)

Pendant ce temps, les médias du pouvoir nous abreuvent d’insécurité, d’immigration en faisant croire que ce sont les préoccupations essentielles des Français.

__________

Quand le sage montre la lune, l’idiot regarde le doigt !

Quand un grand reporter montre 600 milliards de fraudes fiscales, LREM et le RN regardent l’insécurité et l’immigration.

__________

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi
Journal
La réplique implacable de Laurent Joly aux « falsifications » sur Vichy
En amont du procès en appel ce jeudi du candidat d’extrême droite pour contestation de crime contre l’humanité, l’historien Laurent Joly a publié un livre dévastateur. Il pointe ses mensonges sur le régime de Vichy, et analyse les raisons politiques de cette banalisation des crimes de l’époque.
par Fabien Escalona
Journal — Europe
Le double « je » de Macron au Parlement européen
Mercredi, à Strasbourg, Emmanuel Macron et ses adversaires politiques ont mené campagne pour la présidentielle française dans l’hémicycle du Parlement européen, sous l’œil médusé des eurodéputés étrangers. Le double discours du chef de l’État a éclipsé son discours sur l’Europe.
par Ellen Salvi
Journal — Médias
Bolloré : la commission d’enquête se mue en café du commerce
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches patriotiques ou nationalistes.
par Laurent Mauduit

La sélection du Club

Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report
Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille
Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche
Billet de blog
Présidentielles: penser législatives
La ficelle est grosse et d'autant plus visible qu'elle est utilisée à chaque élection. Mais rien n'y fait, presque tout-le-monde tombe dans le panneau : les médias aux ordres, bien sûr, mais aussi parfois ceux qui ne le sont pas, ainsi que les citoyens, de tous bords. Jusqu'aux dirigeants politiques qui présidentialisent les élections, y compris ceux qui auraient intérêt à ne pas le faire.
par Liliane Baie