Billet de blog 3 nov. 2021

La Covid-19 ; faut-il en rire ?

Des masques inutiles à la commande de 50 000 doses d’un médicament qui ne bénéficie d’aucune autorisation sur le marché ; de l’efficacité des vaccins à l’indispensable 3e dose ; des morts COVID inventés aux effets indésirables non renseignés, le gouvernement triche, rejette les essais à faible cout, interdit aux médecins de les prescrire. Comment faire confiance dans cette jungle de mensonges ?

Denis Garnier
Conseiller social - Débatteur, auteur, conférencier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les masques inutiles,

Le 20 mars 2020 : « Les masques ne sont pas nécessaires pour tout le monde », arguait Sibeth Ndiaye, porte-parole du gouvernement. « Et vous savez quoi, moi, je ne sais pas utiliser un masque. Je pourrais dire, je suis ministre, je mets un masque. Mais en fait, je ne sais pas l’utiliser, parce que l’utilisation d’un masque, ce sont des gestes techniques précis, sinon on se gratte le nez sous le masque, et bien en fait, on a du virus sur les mains, sinon on a une utilisation qui n’est pas bonne et ça peut être même contre-productif. »

__________

Un traumatisme crânien = mort de la COVID-19 !

« C’est officiellement le premier décès dans le Tarn-et-Garonne provoqué par la Covid-19. L’agence régionale de santé (ARS) a confirmé, vendredi soir, qu’un homme était mort de la Covid-19. Son âge n’a pas été précisé. L’homme était domicilié à Montauban. C’est d’ailleurs chez lui qu’il a été victime d’une grave chute dimanche dernier. Les pompiers de Montauban l’ont pris en charge avant de le transporter à l’hôpital de Montauban. Victime d’un traumatisme crânien, il aurait ensuite subi un épanchement sanguin fatal. Sa mort a donc été officielle dans la soirée.

Comment sait-on qu’il était atteint par le coronavirus ? C’est la procédure en vigueur pour le don d’organes qui a permis de le révéler. Un test est en effet obligatoire quand une personne décédée a signifié qu’elle était d’accord pour donner ses organes. Un test positif à la Covid-19. » (La Dépêche : « Coronavirus : un premier décès dans le Tarn-et-Garonne » )

La Dépêche ne dit pas si l’ARS de Toulouse a signalé cet effet indésirable dans la base de données de l’ANSM ?

__________

Des chiffres manipulés

Pourtant, les Agence Régionale de Santé sont parfois sérieuses. Rappelez-vous l’article publié le 17 septembre dans mon blog sous le titre : « Qui manipule ? Les ARS ? Santé Publique France ? Le gouvernement ? »

Un ami, reçoit trois fois par semaine de son Agence Régionale de Santé (ARS), l’évolution de la COVID pour sa région. Il m’interpelle en me signalant que pour le département du Loir-et-Cher, les chiffres de Santé Publique France que j’ai publié n’est pas le même que ceux publiés par l’ARS de sa région. Pour faire le point, il m’envoie le fichier de l’ARS. Je reprends les données pour toute sa région et le résultat apparaît dans le tableau ci-contre. Une différence de 28 cas sur un total de 53, soit une majoration de 52,83 %. Santé publique France a majoré les chiffres de plus de 50 % !

Santé publique France est l’officine gouvernementale officielle chargée de suivre l’évolution de l’épidémie en France. Il faut faire peur et ce n’est pas avec les chiffres réels que le gouvernement peut y arriver. Alors, il triche !

__________

Commande de 50 000 doses non autorisées à 700 dollars

Le VRP de l’industrie pharmaceutique en France, Olivier Véran, vient de commander 50 000 doses d’un médicament qui n’est pas encore autorisé sur le marché à un coût exorbitant alors que d’autres molécules du domaine public viennent de faire leurs preuves en Espagne !

À 700 dollars la dose (!) Véran commande 50 000 doses de molnupiravir sans tenir compte de la potentielle nocivité de cet antiviral ! « il s’agit d’un médicament déjà existant et jugé comme dangereux par de nombreux scientifiques. Le ministre de la Santé n’a pas attendu les autorisations de mise sur le marché pour passer commande. Il se comporte comme si le scandale du Remdesivir, en début de COVID, n’avait pas suffi. »

______

… contre zéro dose commandée au coût modique

Dans le même temps, le 30 octobre, le « Journal International de Médecine »(JIM) rédigeait un article ainsi titré : « La « vitamine D pré-activée » ou calcifédiol confirme sa grande efficacité chez les patients hospitalisés pour Covid » :

Conclusion de l’article : « Appel à l’OMS en faveur du calcifédiol dans le traitement des covids hospitalisés : Le calcifédiol en doses pharmacologiques prescrit dès l’hospitalisation améliore considérablement le pronostic de la covid. C’est un produit quasi « naturel » puisqu’il apparaît spontanément et précocement dans le métabolisme de la vitamine D. Tombé dans le domaine public, son coût modique peut être une aide essentielle pour les pays dont le budget sanitaire est faible. Il serait indispensable que l’OMS introduise le calcifédiol dans le cadre de « Solidarity PLUS », son nouveau programme pour tester des produits susceptibles d’améliorer le pronostic de la covid« .

__________

Des résultats étonnants en Inde

De nombreuses régions ont préconisé la distribution massive d’Ivermectine : par exemple dans la région Uttar Pradesh on dispose de chiffres précis (autant que ça peut l’être en Inde) qui disent indiscutablement que la mortalité a été plusieurs fois inférieure en Uttar Pradesh (230 millions d’habitants) qu’au Kerala (35 millions d’habitants). Et là, aucune raison de se méfier des chiffres puisqu’ils concernent le même pays.

Le Kerala a un taux de vaccination comparable à celui de la France pour les plus de 65 ans ; l’ivermectine y est proscrite ! Résultat : la semaine dernière, le Kerala représentait 50 % des décès covid-19 de l’Inde, alors qu’il compte seulement 3 % de sa population totale.

(Les données de ces deux graphiques sont de même source ; JHU CSSE COVID-19 Data)

Une efficacité vaccinale de plus en plus douteuse,

Malgré les constats ci-dessus, les magiciens du langage arrivent à convaincre une majorité de la population que la reprise de l’épidémie dans les pays les plus vaccinés démontre l’efficacité du vaccin ! (?) Imaginons que le vaccin contre la grippe conduise à l’augmentation du nombre de personnes grippées ou que le vaccin contre l’hépatite augmente le nombre d’hépatites ! Dans ces cas, il paraîtrait logique de se poser la question de l’efficacité vaccinale. Mais pour la COVID-19 c’est une autre logique. Plus il y a de personnes vaccinées, plus il y a de cas et plus il faut vacciner ! (?) Nous sommes dans un autre monde !

C’est le cas à Singapour, au Chili, aux Pays-Bas, etc. Et même en France selon nos autorités, une France pourtant vaccinée à plus de 75 %. Alors ? Une dose de plus tous les 6 mois sans empêcher les rebonds épidémiques ? Comment est-il possible de soutenir encore l’efficacité vaccinale ?

__________

Faut-il en rire ?

Pas vraiment ! Si Sibeth Ndiaye était touchante de naïveté en répétant ce que le Conseil de défense lui demandait de dire, les manipulations de chiffres de Santé Publique France l’étaient moins. Comme en Tarn-et-Garonne, nombreux sont les témoignages en France qui confirment que le gouvernement et ses officines confondent volontairement les décès qui sont dus à la covid-19 et les décès de personnes positives à la COVID-19. Selon les mêmes techniques de falsifications et de non-remontées de signalements d’effets indésirables, les plus de 1 200 décès qui ont eu lieu après la 2ᵉ dose de vaccin ne relèveraient que de risques potentiels liés aux vaccins, sans pouvoir l’affirmer. Et pour cause, aucune autopsie n’est pratiquée en France ! Enfin, l’interdiction de prescrire imposée aux médecins par le pouvoir politique est une première inquiétante.

Tout est biaisé, mais il apparait nettement désormais que les produits les plus couteux, les plus juteux de bénéfices, distribués sans autorisation de mise sur le marché définitive, sont privilégiés au détriment des produits tombés dans le domaine public au faible coût et bénéficiant d’une autorisation depuis des décennies ! La vitamine-D, l’Ivermectine, et même l’Hydroxychloroquine (qui n’a jamais fait l’objet d’aucune étude sur les bases du dosage recommandé par le Pr Raoult), tous ces produits connus sont systématiquement dénigrés alors que les résultats publiés s’entassent sur les étagères de l’OMS. Pourquoi ?

En constatant l’inefficacité des vaccins, pourquoi le gouvernement Français préfère-t-il acheter des médicaments sans autorisation à des prix prohibitifs avant de tester des produits à faible coût ?

Les Antilles auraient pu en profiter !

Comment peut-on avoir confiance dans cette jungle de mensonges ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Une peine de prison aménageable est requise contre François Fillon
Cinq ans de prison dont quatre avec sursis, la partie ferme étant « aménagée sous le régime de la détention à domicile », ainsi que 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité ont été requis lundi 29 novembre contre François Fillon à la cour d’appel de Paris.
par Michel Deléan
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Escale - Le cinéma direct, un cinéma militant qui veut abolir les frontières
Briser le quatrième mur, celui entre cinéaste et spectateur·rices, est un acte libérateur, car il permet de se réapproprier un espace, une expérience et permet d'initier l'action. C'est tout le propos de notre escale « Éloge du partage » qui nous invite en 7 films à apprendre à regarder différemment.
par Tënk
Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c
Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné