Billet de blog 6 avr. 2022

Les 21 mensonges de Macron dans sa lettre aux Français

Il est des mots qui sont bien écrits pour replacer les faits dans la réalité de leur contexte. C'est le cas de cet article qui permet de contredire la propagande d'un candidat président, qui tente d'écarter ses engagements de 2017 et la politique menée durant cinq ans en faveur des plus riches de ce pays.

Denis Garnier
Conseiller social - Polémiste, auteur, blogueur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Exclusif. Alors qu’Emmanuel Macron caracole en tête des sondages, l’insoumission a décortiqué sa « lettre aux Français » point par point. Résultat ? 21 mensonges ou arrangements avec la réalité. À 13 jours du premier tour, et alors qu’il refuse le débat avec les autres candidats, il est vital pour le débat démocratique et le choix éclairé des citoyens que ces 21 mensonges du président-candidat soient connus par les électeurs.

Retour sur 21 mensonges ou arrangements avec la réalité effectués par Emmanuel Macron :

1 – L’industrie a récréé des emplois

L’affirmation d’Emmanuel Macron : « Grâce aux réformes menées, notre industrie a pour la première fois recréé des emplois ».

La réalité : 38 000 emplois industriels de moins depuis 2017.

2 – Le chômage au plus bas depuis 15 ans

L’affirmation d’Emmanuel Macron : « Le chômage a atteint son plus bas niveau depuis quinze ans ».

La réalité : le nombre d’inscrits à pôle emploi, toutes catégories confondues, est stable par rapport à l’avant pandémie.

La réalité : la terrible précarisation de l’emploi dans le pays. L’essor des mini-jobs à la française. 87,2% des nouvelles embauches se sont faites en CDD en 2021. Et même 60% en CDD de… moins d’un mois. En 2021, 600 000 auto-entreprises ont été créées. Revenu moyen = 590 euros.

3 – L’investissement dans les hôpitaux

L’affirmation d’Emmanuel Macron : « Grâce au travail de tous, nous avons pu investir dans nos hôpitaux ».

La réalité : 17 600 lits d’hôpitaux fermés depuis 2017. 5700 lits d’hôpitaux fermés en 2020, en pleine crise sanitaire. 4 milliards d’euros d’économie réalisé sur l’Hôpital durant le mandat.

4 – Le recrutement de magistrats et d’enseignants

L’affirmation d’Emmanuel Macron : « nous avons pu recruter (…) magistrats et enseignants ».

La réalité : la France compte 10,9 juges pour 100 000 habitants quand la moyenne européenne est de 21,4. Plus de 7500 magistrats, greffiers et personnels de justice ont publié en novembre une tribune pour alerter sur la souffrance dans l’institution judiciaire, la perte de sens et le manque de moyens dans la Justice.

La réalité : 7 900 postes supprimés par Jean-Michel Blanquer dans le second degré (soit l’équivalent de 166 collèges) depuis 2017. 440 postes encore supprimés à la rentrée 2022. Et une crise de vocations inquiétante : baisse de 30% du nombre de candidats au CAPES depuis 20 ans, nombre de démissions d’enseignants multiplié par 4 depuis 2012.

5 – La réduction de la dépendance de la France aux énergies fossiles

L’affirmation d’Emmanuel Macron : « nous avons pu réduire notre dépendance aux énergies fossiles ».

La réalité : la France est le seul pays de l’Union européenne à ne pas avoir atteint ses objectifs de déploiements des énergies renouvelables en 2020. Le gouvernement d’Emmanuel Macron a été condamné à deux reprises pour inaction climatique par la justice.

6 – La modernisation de notre agriculture

L’affirmation d’Emmanuel Macron : « nous avons pu continuer à moderniser notre agriculture ».

La réalité : 1 agriculteur sur 5 vit sous le seuil de pauvreté. 1 agriculteur se suicide chaque jour. La vente de glyphosate est en hausse de 23% en 2020 en France. Les néonicotinoïdes ont été ré-autorisés. Les fermes-usines sont toujours ouvertes, pourtant à l’origine de la propagation de virus comme la 5ème vague de grippe aviaire.

7 – La baisse des impôts (pour tout le monde)

L’affirmation d’Emmanuel Macron : « Nous avons baissé les impôts de manière inédite ».

La réalité : les impôts ont baissé surtout pour les plus riches, et ceux dès les premières lueurs du quinquennat avec la suppression de l’impôt sur la fortune (ISF) et l’instauration du prélèvement forfaitaire unique (PFU) plus connu sous le nom de « flat-tax » faisant baisser l’imposition du capital. Et « en même temps », le gouvernement a baissé le niveau des aides personnalisées au logement (APL) et a augmenté la contribution sociale généralisée (CSG) faisant chuter les pensions.

8 – Macron a convaincu nos principaux voisins

L’affirmation d’Emmanuel Macron : « Tout cela nous a permis d’être crédibles et de convaincre nos principaux voisins ».

La réalité : la France mise en minorité en Europe : sur le budget de la zone euro, sur le glyphosate ou sur les « rabais » (qui permettent aux pays contributeurs nets au budget de l’UE de payer moins qu’ils ne le devraient) que la France voulait supprimer et que le Conseil européen a conservé.

9 – Ce mandat a permis à nombre de nos compatriotes de « vivre mieux »

L’affirmation d’Emmanuel Macron : « les transformations engagées durant ce mandat ont permis à nombre de nos compatriotes de vivre mieux, à la France de gagner en indépendance ».

La réalité : 9,3 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté (1063 euros) en France. 12 millions de personnes vivent en situation de précarité énergétique. 8 millions de personnes ont besoin de l’aide alimentaire pour pouvoir manger.

10 – L’indépendance de la France

L’affirmation d’Emmanuel Macron : « les transformations engagées durant ce mandat ont permis à nombre de nos compatriotes de vivre mieux, à la France de gagner en indépendance ».

La réalité : la moitié des fruits et légumes vendus en France sont importés. Emmanuel Macron a dénoncé un OTAN en « état de mort cérébrale » mais refuse d’en sortir.

11 – Il faut travailler plus longtemps

L’affirmation d’Emmanuel Macron : « il nous faudra donc travailler plus ». Affirmation complétée par la confirmation par le porte-parole du gouvernement de la volonté d’Emmanuel Macron de repousser l’âge de départ à la retraite à 65 ans.

La réalité : 25% des plus pauvres d’entre nous sont décédés à 62 ans, l’âge actuel de départ à la retraite. 6 millions de personnes sont au chômage dans le pays. La France fait face à une terrible précarisation de l’emploi fragilisant des millions de foyers. Le partage du temps de travail permettrait de créer des emplois, par les 35 heures réelles et la retraite à 60 ans.

12 – Le nucléaire est une énergie du futur

L’affirmation d’Emmanuel Macron : « investir dans notre innovation et notre recherche afin de placer la France en tête dans les secteurs qui, comme les énergies renouvelables, le nucléaire, les batteries, l’agriculture, le numérique, ou le spatial feront le futur et nous permettront de devenir une grande Nation écologique ».

La réalité : le nucléaire est une énergie vieillissante : 17 réacteurs sur 56 sont à l’arrêt (soit 30% de réacteurs à l’arrêt) et en 2030 les trois quarts des réacteurs auront plus de 40 ans. Une énergie inadaptée au changement climatique (sécheresse, montée des eaux…). Une énergie dangereuse : 60% des français vivent à moins de 100km d’une centrale. Une énergie couteuse : le grande carénage des centrales revient à 100 milliards d’euros. Ainsi, le nucléaire est déjà plus cher que l’éolien. Sans parler des déchets nucléaires dont on ne sait pas quoi faire. Une énergie du passé.

13 – Les impôts pèsent sur le travail et la production

L’affirmation d’Emmanuel Macron : « nous devons poursuivre la baisse des impôts pesant sur le travail et la production ».

La réalité : les impôts de production ont baissé de 17 milliards d’euros en 15 ans (Sarkozy + Macron) sans effet sur l’emploi. Les 100 milliards d’euros du plan « France relance » distribués sans aucune contrepartie ont surtout bénéficié aux grands groupes : 137 milliards d’euros en 2021 pour les entreprises du CAC 40, 70 milliards d’euros de dividendes, et « en même temps » des suppressions de postes.

14 – L’investissement dans notre recherche

L’affirmation d’Emmanuel Macron : « il nous faudra aussi continuer d’investir dans notre innovation et notre recherche ».

La réalité : 7 milliards d’euros dilapidés chaque année en crédit impôt recherche (CIR) plutôt que dans la recherche publique, alors que nos doctorants sont payés 1 400 euros et que le nombre de thèses soutenues en 2020 a chuté de 15 %.

15 – La lutte contre les inégalités

L’affirmation d’Emmanuel Macron : « Nous lutterons contre les inégalités, non pas tant en cherchant à les corriger toujours trop tard qu’en nous y attaquant à la racine. Nous ferons en sorte que tous les enfants de France aient les mêmes chances, que la méritocratie républicaine redevienne une promesse pour chacun ».

La réalité : 5 milliardaires possèdent autant que 27 millions de Français. Les 500 familles les plus riches de France ont doublé leur richesse durant ce quinquennat, passant de 570 milliards en 2017 à 1000 milliards en 2021, quand 8 millions de personnes ont besoin de l’aide alimentaire pour manger.

16 – La priorité sera donnée à l’école

L’affirmation d’Emmanuel Macron : « la priorité sera donnée à l’école et à nos enseignants, qui seront plus libres ».

La réalité : ce gouvernement donne la « liberté » à chaque école d’être en compétition les unes avec les autres. La « liberté » d’Emmanuel Macron, c’est d’instaurer le marché partout, la compétition et la concurrence dans tous les secteurs de la société, y compris nos services publics. Donner la priorité à l’école signifierait embaucher des enseignants pour faire baisser le nombre d’élèves par classe, et non supprimer 7 900 postes comme Jean-Michel Blanquer depuis le début de ce quinquennat.

17 – Des maisons de retraite « plus humaines »

L’affirmation d’Emmanuel Macron : « nous allons rendre les maisons de retraite plus humaines ».

La réalité : Emmanuel Macron dit vouloir « humaniser » les marchands de la dépendance, comme son ministre de l’Économie qui demandait aux entreprises de ne pas reverser de dividendes en pleine crise, on connait le résultat (51 milliards d’euros de dividendes reversés en pleine crise). Rendre les maisons de retraite « plus humaines » signifierait interdire le caractère lucratif des EHPAD.

18 – L’inclusion des personnes en situation de handicap

L’affirmation d’Emmanuel Macron : « Nous poursuivrons sans relâche notre travail pour l’inclusion de nos compatriotes en situation de handicap ».

La réalité : le scandale du refus de déconjugaliser l’Allocation Adulte Handicapé (AAH). Si poursuivre veut dire refuser l’autonomie des personnes en situation de handicap, alors il faut plutôt rompre et accélérer l’inclusion des élèves en situation de handicap en donnant un vrai statut aux accompagnant d’élève en situation de handicap (AESH).

19 – Défendre la singularité française

L’affirmation d’Emmanuel Macron : « Défendre notre singularité française implique enfin de promouvoir une certaine manière d’être au monde. Un art de vivre millénaire ».

La réalité : la question n’est pas la “singularité” française mais son universalité : “liberté, égalité, fraternité”.

20 – Le respect des lois n’est pas négociable (pour tout le monde)

L’affirmation d’Emmanuel Macron : « Parce que le respect des lois n’est pas négociable, nous poursuivrons l’investissement dans nos forces de sécurité et notre justice ».

La réalité : le respect des lois n’est pas négociable, sauf pour les fraudeurs du fisc pour lesquels Macron a créé une procédure dérogatoire de la justice, la convention judiciaire d’intérêt.

21 – Macron aurait voulu mener une vraie campagne présidentielle

L’affirmation d’Emmanuel Macron : « bien sûr, je ne pourrai pas mener campagne comme je l’aurais souhaité en raison du contexte ».

La réalité : c’est Emmanuel Macron qui a décidé de déclarer sa candidature à la dernière minute (et ce bien avant l’arrivée de la guerre russe en Ukraine) et de faire campagne depuis janvier en utilisant les moyens de la présidence. C’est Emmanuel Macron qui a décidé de gouverner seul en Conseil de Défense et de piétiner le Parlement durant ce quinquennat. C’est Emmanuel Macron qui refuse le débat avec les autres candidats à l’élection présidentielle. Et au regard de ces 21 mensonges, on comprend mieux pourquoi.

Par Pierre Joigneaux.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Moyen-Orient
Paris abandonne en Syrie trois orphelins de parents djihadistes
Depuis novembre 2019, trois enfants français sont placés dans un orphelinat de la capitale syrienne. Leurs parents, membres de l’État islamique, sont morts sur place. Après plusieurs mois d’enquête, nous avons réussi à retracer le parcours unique de ces orphelins.
par Céline Martelet
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — France
Garrido-Corbière : « Le Point », un journal accro aux fausses infos
Une semaine après avoir dû admettre que les informations concernant le couple de députés Garrido-Corbière étaient fausses, l’hebdomadaire « Le Point » a été condamné en diffamation dans une tout autre affaire, en raison d’une base factuelle « inexistante ». Un fiasco de plus pour la direction de la rédaction, qui a une fâcheuse tendance à publier ses informations sans les vérifier.
par David Perrotin, Antton Rouget et Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Les dirigeants du G7 en décalage avec l’urgence climatique
Le changement climatique s’intensifie et s’accélère mais la volonté des dirigeants mondiaux à apporter une réponse à la hauteur des enjeux semble limitée. Dernier exemple en date : le sommet des dirigeants du G7, qui constitue à bien des égards une occasion ratée d’avancer sur les objectifs climatiques.
par Réseau Action Climat
Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain
Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa
Billet de blog
Apprendre à désobéir
Les derniers jours qui viennent de s’écouler sont venus me confirmer une intuition : il va falloir apprendre à désobéir sans complexe face à un système politique non seulement totalement à côté de la plaque face aux immenses enjeux de la préservation du vivant et du changement climatique, mais qui plus est de plus en plus complice des forces de l’argent et de la réaction.
par Benjamin Joyeux