Billet de blog 6 avr. 2022

Présidentielles : dans 4 jours, « normalement le choix est assez simple »

Ce philosophe et économiste de renom, résume parfaitement ci-dessous la situation dans laquelle nous nous trouvons. Un vrai choix de société. Le 10 avril, c'est 5 ans de plus avec la même politique (en pire), ou une porte qui s'ouvre vers un monde meilleur.

Denis Garnier
Conseiller social - Polémiste, auteur, blogueur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Frédéric Lordon

Ce philosophe et économiste de renom, résume parfaitement ci-dessous la situation dans laquelle nous nous trouvons. Un vrai choix de société.

Frédéric Lordon dresse un tableau limpide : « depuis quatre décennies, le cauchemar s’est considérablement précisé. On devra d’ailleurs à Macron de l’avoir porté à un degré de clarté inédit. La porcherie va nous détruire, tous, hormis les partners et les hallucinés de la classe nuisible qui leur servent de base et voudront « y croire » jusqu’au bout du fantasme ». On se rappelle ici d’Emmanuel Macron appelant les jeunes Français à rêver de devenir milliardaires. De l’enfer des pauvres est fait le paradis des riches : 5 milliardaires possèdent autant que 27 millions de personnes dans ce pays.

Les 500 familles ont doublé leur fortune sous Macron, passant de 500 milliards en 2017 à 1000 milliards en 2021, quand, « en même temps », 8 millions de personnes ont besoin de l’aide alimentaire pour pouvoir bouffer. Nos étudiants font des files d’alimentaires interminables pour pouvoir manger, dans la 6ème puissance mondiale. Ce quinquennat aura réalisé l’exploit de faire naître les deux plus longs mouvements sociaux en France depuis 50 ans : les Gilets Jaunes et les retraites. Des citoyens qui osent manifester pour plus de justice sociale, pour le partage des richesses ? Yeux crevés, mains arrachées, la répression policière a été sanguinaire, à tel point que la France d’Emmanuel Macron a été rappelée à l’ordre par l’ONU et le parlement européen.

Mais face au projet d’Emmanuel Macron, une guerre sociale encore plus féroce en cas de deuxième mandat, où le capital « se « goinfre » de cash avec des restes d’humains broyés dedans », et à l’extrême-droite de Marine Le Pen, grâce à laquelle le capital saignerait également les classes populaires, heureusement, un autre choix de société est possible pour le philosophe.

Cette « chance historique » dont nous parlait l’écrivain Édouard Louis dans un récent entretien, porte un nom : Jean-Luc Mélenchon. Le candidat de l’Union populaire est en bonne position pour se qualifier au second tour, pour propulser le partage des richesses, la bifurcation écologique et la 6ème République, plutôt que l’islam, l’immigration et l’identité nationale, dans un face-à-face avec Macron.

(article intégral ICI)

Le programme en 3 minutes

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Énergies
Pétrole, gaz : un rideau de fer s’abat sur le secteur de l’énergie
Depuis quatre mois, les fragiles équilibres d’un marché déjà tendu sont rompus. L’énergie est devenue un terrain d’affrontement entre les États-Unis et la Russie. En juin, pour la première fois de son histoire, l’Europe a plus importé de gaz américain que russe.
par Martine Orange
Journal — Moyen-Orient
Paris abandonne en Syrie trois orphelins de parents djihadistes
Depuis novembre 2019, trois enfants français sont placés dans un orphelinat de la capitale syrienne. Leurs parents, membres de l’État islamique, sont morts sur place. Après plusieurs mois d’enquête, nous avons réussi à retracer le parcours unique de ces orphelins.
par Céline Martelet
Journal — Asie
Inde : le sombre avenir des habitants de l’Assam après une mousson précoce
Des millions d’habitants de la vallée du Brahmapoutre ont été jetés sur les routes par des pluies torrentielles. Ils survivent dans des conditions catastrophiques. Au-delà de l’urgence, c’est l’habitabilité de cette région d’Asie du Sud qui est désormais mise en question.
par Côme Bastin
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire