Billet de blog 10 sept. 2008

Panne de sens, fiction réaliste

Liliane Baie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce matin, comme tous les matins je me lève avec la boule au ventre. Les petites heures de l'aube sont passées sur mon insomnie, et m'ont amené hagard, épuisé, à guetter les sonneries répétées de mes deux réveils.

C'était quand, la dernière fois que j'ai passé une bonne nuit? Quand est-ce que la perspective de la journée à venir ne m'a pas laissé, oppressé, les yeux ouverts dans le noir à la recherche d'une solution à mon mal-être? Cela fait combien de temps que je ne peux plus profiter vraiment des moments de tendresse avec ma famille, tant j'ai de mal à me défaire, même à ces moments-là, de la crainte diffuse d'être à nouveau accusé d'incompétence professionnelle?

Cela fait vingt ans que je bosse dans ma boîte. J'aime mon travail. Enfin, je l'aimais... Je ne suis pas sans mal arrivé à gravir les échelons. Et cette progression m'a enchanté, malgré les difficultés du parcours. A la fin, j'ai réussi à obtenir un poste d'encadrement, tout en restant populaire. Parce que ce que j'aime, ce sont les rapports humains. Et mes collègues le savent bien. J'ai d'ailleurs dû mettre des limites à mon activité, sinon, cela aurait été SAMU Social à la maison... c'est du moins ce que disait ma compagne, et elle avait raison.

J'ai continué à donner la main aux autres salariés, même après être devenu cadre. Favoriser le dialogue a toujours été mon but.

Est-ce que c'est cette popularité que l'on m'a reprochée ? Ou bien est-ce à cause des réticences que j'ai exprimées à un plan de licenciements dont je savais qu'il amorcerait la fin de notre entreprise ? Je ne sais pas. Il ne faut pas avoir raison avant les autres : c'est ça, mon crime?

Ce que je sais, c'est que je ne suis plus en grâce. Et que cela s'accompagne depuis des mois de petites vexations, d'un changement dans mes relations professionnelles, changement discret, mais généralisé : plus personne ne me dit bonjour, par exemple, on se borne à répondre à mes propres salutations, et encore, pas toujours. Je ne saurais d'ailleurs pas dire quand cela a commencé, car cela s'est fait petit à petit. Tellement que, au début, je n'y ai pas cru. A la première convocation, je m'en souviens, je rigolais en début d'entretien. Mais je n'ai pas ri longtemps...

J'ai commencé à redouter le lundi matin, puis, à redouter le matin... Je me suis mis à ressasser des décisions à prendre, à me sentir nul. Travaillant dans les Ressources Humaines, je n'ai pas pu croire ce que me disait mon instinct « Cette fois, c'est ton tour ». Je n'avais pas commis de faute, juste tenté d'empêcher la chute de l'entreprise. Alors?

Quand j'ai vraiment compris, il était trop tard, j'étais déjà cassé. J'avais déjà perdu ma joie de vivre et la conscience de mes compétences. La moindre de mes décisions suscitait maintenant vérifications et contre-vérifications de ma part, traquant l'erreur involontaire qui risquait m'apporter un surcroît d'humiliation, et une accusation de faute professionnelle. Je travaille en permanence avec cette peur. Quand j'en ai parlé à ma femme, qui s'alarmait de ma nervosité et de mes obsessions, elle n'a pas compris pourquoi je m'étais mis à douter de moi. Je la sens inquiète, mais impuissante à me rassurer.

Maintenant je suis envahi par le doute.

Et si c'était moi, qui créais ce problème?

Si c'était moi qui étais trop démago avec les salariés? Comme notre coach me l'a dit... Pourquoi est-ce que je n'arrive pas à relativiser tout ça? Les autres y arrivent bien, eux?

Je ne sais pas comment m'en sortir. J'ai fait comme on me le demandait : j'ai formé le débutant qui prendra ma place si...

Je vois ma boîte sombrer par les décisions de la direction, qui n'écoute aucun avis du « terrain ». Je ne supporte plus les discours conquérants faits aux actionnaires, discours masquant que les résultats ne sont pas au rendez-vous de ce qui était annoncé.

Je ne supporte plus la langue de bois. Mais je suis muselé, sachant que chaque mot exprimé, sera un pas de plus vers la porte... Ou que l'on m'accusera de ce que je dénonce. Je ne peux me confier à personne : cela confirmerait que je suis incapable d'occuper mon poste. Et cela serait rapporté à la direction.

Je ne comprends plus le sens de tout cela, la justification pour toutes ces années d'investissement professionnel, pour tous ces sacrifices consentis.

Je ne comprends plus rien de ce qu'on me demande, d'autant plus que cela change tout le temps.

Mon médecin veut m'arrêter, il veut même me faire mettre en invalidité. Il ne veut pas que je « fasse une bêtise ». Moi non plus, je ne veux pas. Mais, apparemment, j'en fais tant, de bêtises...

Tout cela n'a plus de sens...

Ce matin je me lève, et je vais au travail.

Et, comme tous les matins, je suis seul, et j'ai peur...



Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget
Journal
Les publicitaires font main basse sur les données des élèves partout dans le monde
Human Rights Watch a analysé durant deux ans 164 outils numériques destinés aux élèves de 49 pays durant la pandémie afin qu’ils puissent continuer à suivre leurs cours. 89 % « surveillaient les enfants, secrètement et sans le consentement de leurs parents ». Une enquête réalisée avec un consortium de 13 médias, dont Mediapart, coordonnés par The Signal Network.
par Jérôme Hourdeaux
Journal
Le casse-tête des enseignants français
Avec seulement deux applications mises en cause, la France fait figure de bonne élève dans le rapport de Human Rights Watch sur la collecte de données durant la pandémie. Mais, dans les salles de classe, la situation est en réalité plus complexe, notamment en raison de l’usage d’outils non validés par le gouvernement.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Fil d'actualités
Au Texas, au moins 21 morts dont 19 enfants dans une tuerie : Biden appelle à « affronter le lobby des armes »
Le président américain Joe Biden, visiblement marqué, a appelé mardi à « affronter le lobby des armes » pour prendre des mesures de régulation, alors que l’Amérique vient de replonger dans le cauchemar récurrent des fusillades dans des écoles.
par Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflète, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik