Billet de blog 10 nov. 2021

Oui, il y aura 400 morts de plus par jour d'ici au printemps ! Et alors ?

Au printemps, chaque année la France ne compte que 1600 décès par jour. En hiver ce chiffre grimpe à près de 2000 ! Le Président de la République prend appui sur cette réalité pour la transformer en 5e vague, pour faire frémir les foules vers la 3e dose et l'imposer pour valider le pass sanitaire. Et ça passe ! Les députés de la majorité sont incapables de réaction. La République est en danger !

Denis Garnier
Conseiller social - Débatteur, auteur, conférencier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les majorités sont cajolées pendant que les minorités sont écrasées. De gré ou de force la covid-19 fracture le pays. La fraternité n’est plus qu’une devise vide de sens. Ils ont l’air sympathiques, ministres, députés LREM, mais ils approuvent sans réserve les mesures liberticides dont peu de monde mesure aujourd'hui la portée. Par exemple, le sort réservé aux professionnels non-vaccinés tient de l'infamie :

Suspendre le contrat de travail, ne plus verser de salaire, interdire de travailler ailleurs, refuser les allocations pour perte d’emploi et tout ceci pour insoumission ! C’est une infamie de ce gouvernement et donc de ses ministres et donc des députés qui marchent sur la tête !

Réduire à la misère de celles et ceux qui ne se plieront pas aux exigences d’un Président qui se cache derrière un Conseil de défense, qui impose au gouvernement des mesures liberticides que les députés votent sans discernement. Voilà l’œuvre de ce nouveau pouvoir qui vogue de mensonges en mensonges.

Lectrices et lecteurs, prenez une minute pour lire ce qui suit :

Comme chaque année, l’automne va générer un rebond des décès toutes causes confondues qui passera de 1600 par jour en moyenne ce mois-ci, à 1700, puis 1800 dans l’hiver pour atteindre 1900 en fin décembre et les 2000 en février avant d’entamer un retour vers les 1600 et moins à partir du printemps. (voir tableau INSEE) Si l’augmentation de la mortalité a été nette en 2020, elle redevient tout à fait normale depuis le mois de mai 2021. Mais déjà, pour le président, ses ministres, ses députés, l’augmentation de ces décès ordinaires est portée à la cause de la COVID-19. Oui, il va y avoir 400 décès de plus par jour entre ce mois-ci et la fin du printemps et cela n’aura rien à voir avec la COVID-19 ! Il en est ainsi chaque année.

L’ANSM précise dans ses rapports "qu’au-delà de l’âge de 50 ans les décès ne font pas l’objet d’analyse approfondie", en sachant que les personnes décédées au-delà de 50 ans représente plus de 90 % des cas ! Ainsi, l’on apprend que plus de 90 % des causes de décès attribuées à la COVID-19 ne font pas l’objet d’analyse approfondie.

Ci-dessous, quelques chiffres en rappel de l’évolution de la pandémie selon Santé Publique France (SPF), chiffres qui sont majorés de 50 % environ, car Santé publique France comptabilise tous les décès porteurs du virus, que les personnes soient atteintes d’un cancer ou autres malades incurables.

  • 1 417 personnes décédées positives à la COVID-19 le 7 avril 2020,
  • 1 138 – le 20 novembre 2020,
  • 308 – le 1er avril 2021
  • 53 – le 29 aout 2021
  • 39 – en moyenne sur 7 jours au 8 novembre 2021, sur un peu plus de 1 600 décès quotidiens.

Rappelons qu’entre le début de la vaccination, le 26 décembre 2020 et le 26 aout 2021, l’ANSM a recensé 1 223 décès de personnes entièrement vaccinées, soit 152 par mois et 5 par jour. L’efficacité contre les formes graves en prend un sacré coup ! (article ICI)

Alors, oui les vaccins ne garantissent ni la protection, ni la transmission, perdent de leur efficacité au fil des mois au point de justifier des rappels sans garantie de protection efficace. Ainsi cela devient quelque chose qui s’oppose à l’éthique médicale.

Dans un communiqué du lundi 8 novembre la Haute Autorité de Santé précise :

« Les résultats de l’étude de pharmaco-épidémiologie (étude mise en œuvre par le GIS EPI-PHARE) montrent que la vaccination contre la Covid-19 par les vaccins à ARNm (Spikevax à 100 µg et Comirnaty) augmente globalement le risque de myocardite et péricardite dans les 7 jours suivant la vaccination chez les personnes âgées de 12 à 50 ans, avec une évolution clinique généralement favorable et une durée moyenne de séjour de 2 à 4 jours. L’association de risque de myocardite apparait plus marquée chez les hommes de moins de 30 ans en particulier au décours de la deuxième dose de Spikevax. L’excès de risque après la seconde dose est moindre avec le vaccin Comirnaty comparativement au vaccin Spikevax (100 µg). »

Mais poursuit la HAS,

« dans l’attente de données complémentaires sur le risque de myocardites et des conclusions du PRAC attendues dans les prochaines semaines et compte tenu de l’insuffisance de recul sur le risque de myocardites avec le vaccin Spikevax (Moderna) utilisé en demi-dose pour le rappel (50 µg) en raison des effectifs limités inclus dans les essais, la HAS recommande, pour la population âgée de moins de 30 ans et dès lors qu’il est disponible, le recours au vaccin Comirnaty (Pfizer) qu’il s’agisse du schéma de primovaccination ou du rappel. »

Et après cela, certains intégristes de la vaccination continue d’affirmer que ces vaccins ne sont plus en phase d’essais clinique et qu’ils offrent toutes les garanties. Ils étaient quatre vaccins sur la ligne de départ et aujourd’hui il ne reste que celui fabriqué par le laboratoire le plus condamné au monde pour corruption et tout le monde, ou presque, trouve cela normal ! Pfizer triche

Imposer la 3e dose pour éviter les formes graves est un leurre quand ces formes graves ne représentent que 407 admissions en réanimation sur 7 jours, soit moins de 60 personnes par jour, sur 67 millions de Français, dont 51 millions de vaccinées ! (source SPF)

Les Français sont pris pour des imbéciles.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Une peine de prison aménageable est requise contre François Fillon
Cinq ans de prison dont quatre avec sursis, la partie ferme étant « aménagée sous le régime de la détention à domicile », ainsi que 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité ont été requis lundi 29 novembre contre François Fillon à la cour d’appel de Paris.
par Michel Deléan
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c
Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO
Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné
Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau