Les casseurs d'Etat doivent dégager !

La musique est là pour adoucir les meurs et les ambiances, mais les charges bestiales sont sourdes à tout signe d’humanité. Que ce soit au sein des entreprises ou au sein d’une République, c’est celui qui est à la tête qui donne le ton. Les violences policières sont donc de la responsabilité pleine et entière de ce Gouvernement et du Président de la République ! Tous les casseurs doivent dégager !

le joueur de tambour © Gilets Jaunes

Dans cette vidéo les policiers s’en prennent violemment un joueur de tambour comme nous en connaissons tant dans les manifestations pacifiques. La musique est là pour adoucir les meurs et les ambiances, mais les charges bestiales sont sourdes à tout signe d’humanité.

Nous ne sommes pas au Venezuela, ni en Algérie, ni en Turquie mais en France. Le premier réflexe qui vient lorsqu’on découvre ces images est de s’en prendre aux policiers. Ne pas le faire demande un effort que je vais tenter d’exprimer. En effet, je me demande comment il est possible pour un père de famille, un frère, un fils, de taper aveuglément sur un père, un frère ou un fils et pire encore, sur une mère, une fille ou une sœur. Faut-il être dépourvu de toute humanité pour en arriver à un tel aveuglement ? En quelque sort oui !

Pour eux il n’est pas question de se retirer de leur poste de travail en invoquant un danger grave et imminent ! Les policiers sont fonctionnaires, aux ordres et ne peuvent en aucun cas faire preuve de désobéissance sans risquer d’être démis de leur fonction. Ou alors, il faudrait que collectivement ils baissent les armes et là, c’est la révolution ou la démission des donneurs d’ordres !

Ce sont donc les donneurs d’ordres qui sont à condamner !

Nous sommes ici dans une situation que tous les subordonnés connaissent ! C’est comme dans les entreprises, dans les administrations ! Si le chef imprime la répression tous les petits chefs qui suivent rampent et appliquent sans discernement les ordres du chef. Il en est même qui font du zèle et qui, sous-couvert d’une hiérarchie aveugle, en rajoute. « C’est bien petit ! Tu auras une bonne note » ! (Le salaire au mérite est aussi à l’ordre du jour dans toute la Fonction Publique !)

Je me souviens du rapport sur « le bien-être et l’efficacité au travail » qu’à cosigné à l’époque notre ministre actuel du travail, Muriel Pénicaud ! Les deux premières recommandations sont explicites :

Pour le bien-être et l’efficacité au travail :

  1. L’implication de la direction générale et de son conseil d’administration est indispensable.
  2. La santé des salariés est d’abord l’affaire des managers, elle ne s’externalise pas.

Sur le même ton il est donc juste d’écrire ;

Pour le bien-être et l’efficacité en démocratie :

  1. L’implication du Président de la République et de son gouvernement est indispensable.
  2. La démocratie est d’abord l’affaire des ministres, elle ne s’externalise pas.

Oui, que ce soit au sein des entreprises ou au sein d’une République, c’est celui qui est à la tête qui donne le ton. Aujourd’hui, nous sommes en présence des mêmes policiers qu’avant et, jamais nous n’avons connu une telle violence à l’encontre de manifestants pacifiques ! Les violences policières sont donc de la responsabilité pleine et entière de ce Gouvernement et du Président de la République et l’ONU a raison de demander l’ouverture d’une enquête car c’est insupportable !

Les violences d’où qu’elles viennent sont des insultes à la démocratie !

Elles témoignent de la part de leurs auteurs, de leur incapacité d’écoute et de dialogue pour apporter de justes réponses.

Oui les casseurs doivent être réprimés, mais lorsqu'il s’agit de casseurs d’Etat, ils doivent dégager !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.