TTO

TTO

Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Le travail en question

Suivi par 303 abonnés

Billet de blog 12 juin 2008

Durée du travail, réalité et idéologie

«Pour la première fois, l’innovation de procédés (portant sur les structures d’organisation, de production et de distribution) va plus vite que l’innovation de produits ; la quantité de travail rendu superflu est supérieure à la quantité de travail créé par l’extension des marchés. » 

TTO

TTO

Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

«Pour la première fois, l’innovation de procédés (portant sur les structures d’organisation, de production et de distribution) va plus vite que l’innovation de produits ; la quantité de travail rendu superflu est supérieure à la quantité de travail créé par l’extension des marchés. »

Si cette conviction d’André Gorz se vérifiait, persister à faire du travail le centre de gravité de notre société pourrait s’avérer un choix condamné à terme. A travers l’emploi, et particulièrement l’emploi salarié, le travail est en effet la forme dominante, voire unique dans beaucoup de pays, de distribution des ressourcesmonétaires de plus en plus indispensables à la (sur)vie dans un monde où toutes les formes d’autonomie individuelles et collectives sont progressivement annihilées.

Qu’en est-il ? Pouvons-nous déceler dès maintenant des signes de diminution du volume de travail nécessaire et disponible dans nos sociétés ? Pierre Larrouturou fournit dans son « Livre noir du libéralisme » [1] quelques exemples qui semblent aller dans ce sens. Avec d’abord les Etats-Unis dont beaucoup vantent les faibles taux de chômage attribués à des marchés du travail efficaces parce que libérés de toute entrave administrative.

« Si l’on en croit les chiffres donnés par la Maison-Blanche, les Etats-Unis sont très loin du « plein emploi ». La durée moyenne du travail est en effet tombée à 33,7 heures. Le chiffre qui est toujours cité (« Aux États-Unis, on travaille 40 heures par semaine ») ne correspond en fait qu’à l’emploi industriel. Mais, si l’on intègre l’ensemble des emplois, tous secteurs confondus, on constate que la durée moyenne n’a cessé de diminuer depuis 40 ans et qu’elle n’est plus que de 33,7 heures. Et, si la durée moyenne n’est que de 33,7 heures, alors que ceux qui ont un "bon travail" sont à 41 heures, c’est que des millions d’Américains travaillent moins de 25 heures par semaine. »

Cette baisse de la durée du travail n’a pas été organisée par des négociations collectives ou par la loi. C’est le marché seul qui a réparti le travail entre, d’un côté, ceux qui ont encore un bon emploi, à 40 heures par semaine, et, de l’autre côté, des millions d’hommes et de femmes qui n’ont que de petits emplois avec des petits revenus. Cette répartition du travail provoque évidemment un partage des revenus de plus en plus inégalitaire. Seuls les 5 % les plus riches ont vu leurs revenus augmenter sur les cinq dernières années. Les autres 95 % ont vu leur revenu stagner ou franchementdécliner.

Eurostat, l’organisme statistique de la commission européenne, fournit les éléments sur la durée réelle du travail dans l’ensemble des pays européens. « Le nombre d’heures effectivement travaillées au troisième trimestre 2007, tous emplois confondus, se situe à 38,5 pour l’Europe et 37,9 pour la zone Euro. Tous les pays, à l’exception de la Finlande, considérés comme « ayant libéré leur marché du travail et donc dynamiques », et avec un taux d’emploi supérieur au notre, ont une durée moyenne du travailinférieure à celle de la France.

Plus significatif encore, le tableau publié sur le site des statistiques officielles du Royaume-Uni qui fournit deux enseignements : une durée moyenne de travail par emploi de 32 heures et l’existence de « second jobs » de moins d’une dizaine d’heures.

En France notre ministre de l’économie et des finances se félicite des près de 300 000 emplois créés en 2007. Les statistiques stabilisées les plus récentes, celles de 2006, sont inquiétantes quant à la nature de ces emplois. Sur les 188 900 emplois créés en 2006, 116 000 (presque 60 % du total) l'ont été dans les services à la personne (aide à domicile, employés de maison, garde d'enfants, etc.). Les emplois créés dans ces services l'ont été sur la base d'une durée du travail très faible : 420 heures en moyenne par an soit moins d’un d'un tiers-temps (11 à 12 heures par semaine). Et, comme ces activités sont rémunérées aux alentours du Smic, les salaires moyens sont de l'ordre de 300 euros par mois... La montée en régime du plan Borloo permet d’envisager qu'en 2007 les services à la personne auront ajouté 180 000 emplois, mais sur la base de durées du travail aussi faibles... À force de multiplier ces « miettes d'emploi » la France sera peut-être bientôt championne du monde des créations d’emplois.

A partir de ce premier tour d’horizon notre interrogation initiale sort renforcée. Peut-on persister à mettre au centre de gravité de nos modèles sociaux le travail rémunéré ? Surtout quand les deux mécanismes ayant conduit à cette situation de diminution de la durée réelle du travail fonctionnent à plein régime : l’accroissement de la productivité et la mondialisation.

Dans son « Livre noir sur le libéralisme » [2], Larrouturou fait, avant même la mondialisation, des gains de productivité la principale explication des bouleversements sociaux de ces 30 dernières années en Europe, et en particulier en France.« Alors qu’il avait fallu140 ans pour que la productivité soitmultipliée par deux entre 1820 et1960, elle a depuis lors été multipliée par cinq. L’économie française produit 76 % de plus avec 10 % de travail en moins. Depuis 1974, le total des heures travaillées (tous secteurs confondus) est passé de 41 milliards d’heures à 36,9 milliards (Insee). Dans le même temps, grâce au baby-boom et grâce au travail des femmes, la population active disponible passait de 22,3 à 27,2 millions de personnes. Le travail nécessaire à l’économie a baissé de 10 %, mais le nombre de personnes disponibles a augmenté de 23%.

Pour le second mécanisme (la globalisation), Patrick Artus et Marie Paul Virard, dans leur dernier livre[3] précisent :

« L’ouverture des échanges de biens et de capital entre les pays dits « avancés » et les pays émergents implique un choc massif : l’arrivée sur le marché mondial du travail de travailleurs (dans les pays émergents) qui ne s’y présentaient pas auparavant, qu’il s’agisse des paysans sous-employés chinois, indiens, brésiliens ou roumains...La population de 20 à 60 ans (en âge de travailler) aux Etats-Unis, dans l’Union Européenne à Quinze et au Japon est de 450 millions de personnes, mais dans l’ensemble du monde émergent, elle atteint près de 2,3 milliards de personnes ! L’effet sur l’économie mondiale de cette énorme hausse de l’offre de travail est simple : elle provoque une baisse des salaires (relativement à la productivité), puisqu’il y a excès d’offre de travail, et une hausse de la profitabilité, puisqu’il y a davantage de salariés par unité de capital, et que le pouvoir de négociation des salariés est réduit. De 1999 à 2007, en moins de dix ans, la productivité a progressé de 30% pour l’ensemble de la planète et le salaire réel par tête de 18% seulement ».

Nos débats idéologiques hexagonaux entre les « 35h », d’un côté et le « travailler plus pour gagner plus », de l’autre ne sont pas à la hauteur. C’est à une véritable question de civilisation que nous sommes confrontés.Le travail, commeactivité et « valeur » dominantes, n’a jamais été aussi efficace pour produire de la richesse au bénéfice de quelques-uns. Le travail,commeressource, n’a jamais été aussi peu efficace pour fournir les moyens de la« (sur)vie » au plus grand nombre.

Revisiter la pensée politique d’un auteur comme Hannah Arendt qui s’est toute sa vie interrogée sur la condition humaine dans un monde post-totalitaire, devient de ce fait indispensable.


[1] Editions du Rocher, 2007

[2] Editions du Rocher, 2007

[3] « Globalisation, le pire est à venir », La Découverte, 2008

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget
Journal
Les publicitaires font main basse sur les données des élèves partout dans le monde
Human Rights Watch a analysé durant deux ans 164 outils numériques destinés aux élèves de 49 pays durant la pandémie afin qu’ils puissent continuer à suivre leurs cours. 89 % « surveillaient les enfants, secrètement et sans le consentement de leurs parents ». Une enquête réalisée avec un consortium de 13 médias, dont Mediapart, coordonnés par The Signal Network.
par Jérôme Hourdeaux
Journal
Le casse-tête des enseignants français
Avec seulement deux applications mises en cause, la France fait figure de bonne élève dans le rapport de Human Rights Watch sur la collecte de données durant la pandémie. Mais, dans les salles de classe, la situation est en réalité plus complexe, notamment en raison de l’usage d’outils non validés par le gouvernement.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Fil d'actualités
Au Texas, au moins 21 morts dont 19 enfants dans une tuerie : Biden appelle à « affronter le lobby des armes »
Le président américain Joe Biden, visiblement marqué, a appelé mardi à « affronter le lobby des armes » pour prendre des mesures de régulation, alors que l’Amérique vient de replonger dans le cauchemar récurrent des fusillades dans des écoles.
par Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflète, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik
Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours