Billet de blog 14 mai 2022

L’overdose obligatoire pour les soignants et bientôt pour les autres !

Les personnels de santé, essorés par la crise sanitaire, seront-ils libérés de cette absurde obligation vaccinale qui ne les protège de rien ? Non seulement le gouvernement, (qui veut renaître), menace de poursuivre en ce sens, mais n’écarte pas la possibilité d’imposer le retour du pass vaccinal… après les élections législatives ! Il faut écarter tous les candidats « Playmobil » du président.

Denis Garnier
Conseiller social - Polémiste, auteur, blogueur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bientôt, cela veut probablement dire, après le résultat des élections législatives.

Toutes les mesures coercitives sont levées à peu près partout, y compris le port du masque dans les transports en commun. Toutes les personnes constatent que le vaccin ne protège ni de la contagion, ni de la transmission du virus et que des personnes triplement vaccinées, y compris des soignants, transmettent le virus à d’autres, lorsqu’il est présent, ce qui devient rare ! Mais non, le président-gouverneur de France réélu va une nouvelle fois adapter son discours en fonction du résultat espéré.

Le 29 avril 2022, Ouest-France rapporte (ICI) les propos du président :

« L’obligation vaccinale sera-t-elle bientôt levée pour les soignants ? Interpellé à ce sujet sur un marché du village de Barbazan-Debat (Hautes-Pyrénées), Emmanuel Macron a ouvert la porte, vendredi 29 avril 2022, à la réintégration des soignants non-vaccinés, en cas d’amélioration de la situation épidémique.

« Si ça continue de baisser dans les prochaines semaines, on ira dans cette direction », a assuré le chef de l’État, réélu pour un second mandat le 24 avril.

Lors d’un déplacement à Mulhouse, le chef de l’État avait déjà entrouvert la porte. « On va, je pense, sortir de la phase épidémique aiguë (…) Si on continue sur cette tendance, on va revenir sur une phase endémique. On pourra revenir autour de la table et réintégrer les personnels suspendus », avait-il alors indiqué, sans préciser l’échéance. »

__________

Mais, mais, mais, mais, mais…

On apprend par un article de France-Info Réunion : « Obligation vaccinale : les soignants bientôt soumis à une nouvelle dose de rappel pour continuerà exercer ».

Extraits : « Soumis à l’obligation vaccinale pour pouvoir exercer, les professionnels de santé vont devoir mettre à jour leur schéma vaccinal par l’injection d’une nouvelle dose. Faute d’injection, ils seront interdits d’exercer. » « La protection apportée par le 1er rappel vaccinal diminue après un certain temps, indique l’ARS, une seconde dose de rappel est donc préconisée ».

Véran affirme sur BFM-TV, qu’il existe encore un risque de voir des soignants contaminer des personnes âgées… Si la 4e dose se généralise, ce qui reste leur logique, le pass vaccinal réapparaîtra. C’est devenu une religion et tout ceci n’a plus rien à voir avec la protection de la population ! La courbe des décès est revenue à la normale depuis le mois d’avril et il n’existe aucune raison objective de maintenir cette obligation, sauf à vouloir écouler des doses…

Les soignants en place sont prisonniers de cette machination abjecte. En plus des 15 000 agents déjà suspendus et de nombreux autres fuient cet hôpital usine pour se libérer des nouvelles contraintes absurdes. Nous avons besoin de tous nos soignants et encore plus ! Eux au moins, ils nous écoutent reconnaissent les malades !

Les personnes vaccinées depuis le début étaient assurées d’une bonne protection puisque le vaccin était efficace à 95 % disaient-ils !

Aujourd’hui, les uns et les autres, soignants et vaccinés, sont inscrits dans un cercle vicieux organisé par des cabinets-conseils qui considèrent les Français (et d’autres) comme du bétail !

__________

Pour retrouver la liberté, il faut être clair ! Rien ne sera possible si Macron est encore soutenu par ses « députés Playmobil ».

Au mois de juin, armez-vous de votre bulletin de vote pour ouvrir les portes de l’espérance.

__________

Nota : article qui reprend celui de l’Association « Ensemble et Libres » de Saint-Pierre-et-Miquelon ICI

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal — France
Violences conjugales : Jérôme Peyrat finalement contraint de retirer sa candidature
L’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, condamné pour violences conjugales, renonce à la campagne des législatives. La défense catastrophique du patron de LREM, Stanislas Guerini, a accéléré les choses. Et mis fin à la gêne qui montait au sein du parti présidentiel, où personne ne comprenait cette « décision venue d’en haut ».
par Ellen Salvi
Journal
Affaire Jérôme Peyrat : « Le problème, c’est qu’ils s’en foutent »
Condamné pour violences conjugales en 2020, Jérôme Peyrat a fini par retirer sa candidature aux élections législatives pour la majorité présidentielle à deux jours de la date limite. Il était pourtant toujours soutenu par les responsables de La République en marche, qui minimisent les faits.
par À l’air libre
Journal
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA