Billet de blog 14 juil. 2021

Monsieur le Député, ne faites pas ça !

Refuser de signer un consentement pour une expérimentation médicale, ne peut pas priver des citoyens de liberté. Cette liberté est aussi celle des personnels médicaux et soignants qui connaissent parfaitement les risques du métier et en particulier le risque viral. S'ils décident de ne pas se faire vacciner, c'est en conscience et nous devons collectivement respecter cela.

Denis Garnier
Conseiller social - Polémiste, auteur, blogueur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je réside à Saint-Pierre-et-Miquelon, archipel ou se trouve la Ministre de la Mer et un député LREM. je viens de leur adresser ce courrier.

Saint-Pierre-et-Miquelon

le 14 juillet 2021

Madame la Ministre de la Mer,

Monsieur le Député de Saint-Pierre-et-Miquelon,

De par les mesures qu’il vient d’annoncer, le président de la République bascule dans une dérive autoritaire en marge de toutes les valeurs de la République Française. La liberté d'aller et de venir, d'agir en conscience, sont des valeurs fondamentales de tout pays démocratique et particulièrement en France. Un pays qui, jusqu'à ce jour, représentait encore aux yeux du monde, le pays des droits de l'homme et du citoyen, la France des lumières. Une France qui a su convaincre ses partenaires européens de l'imprescriptible valeur que représentent les droits fondamentaux de chaque citoyen au point d’en imposer une charte.

 C'est dans le respect de cette charte et en particulier son article 3 que le Conseil de l'Europe a voté le 27 janvier dernier une résolution portant sur les actions à mener pour enrayer l'épidémie de la COVID-19.

 Extrait :

« 7.3.1 de s’assurer que les citoyens et citoyennes sont informés que la vaccination n’est pas obligatoire et que personne ne subit de pressions politiques, sociales ou autres pour se faire vacciner, s’il ou elle ne souhaite pas le faire personnellement ;

7.3.2 de veiller à ce que personne ne soit victime de discrimination pour ne pas avoir été vacciné, en raison de risques potentiels pour la santé ou pour ne pas vouloir se faire vacciner ; »

Ces règles s'imposent aux 27 pays de l'Union européenne parce qu'elles s'inscrivent dans le respect des droits fondamentaux de chaque citoyen Européen. Comment le président de la République peut-il s'en affranchir ?

Les vaccins qui sont délivrés en France, comme dans toute l'Europe, ont fait l'objet d'une autorisation de mise sur le marché conditionnelle délivrée par les instances européennes. Si cette autorisation est conditionnelle, contrairement à tous les autres vaccins, c'est parce qu'ils n'offrent pas encore toutes les garanties qu'impose l'éthique des pratiques médicales.

Les citoyens qui refusent de signer un consentement personnel pour une expérimentation médicale, ne peuvent pas être privés de liberté à cause de cela. Cette liberté est aussi celle des personnels médicaux et soignants qui, plus que tout autre, connaissent parfaitement les risques du métier et en particulier le risque viral. S'ils décident de ne pas se faire vacciner, c'est en conscience et nous devons collectivement respecter cela.

La République ne peut pas être en marche dans cette direction. Vous ne pouvez pas vous associer à cette dérive autoritaire, qui au-delà du droit, vous placerez en dehors du respect des plus élémentaires des libertés qui est celle d’aller et de venir.

Vous ne pouvez pas à la fois vous réclamer de la République française et piétiner les droits fondamentaux qui en sont l’essence. Soumis ou libre, vous avez le choix d’accompagner ou de condamner.

La démission est une façon de retrouver sa liberté et nul autre que vous, ne peut vous en contraindre. Il s’agit là, d’un libre consentement, d’une liberté dont vous bénéficiez et que je vous demande de m’accorder ainsi qu’à tous les citoyens Français, vaccinés ou non.

Respectueusement,

Denis Garnier

Citoyen Saint-Pierrais

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Algériens sans papiers : la France ne peut plus les expulser mais continue de les enfermer
Dans un courriel confidentiel, le ministère de l’intérieur reconnaît l’impossibilité, à la suite des tensions diplomatiques entre Paris et Alger, d’éloigner les Algériennes et les Algériens sans papiers. Et pourtant : leur enfermement en centres de rétention se poursuit. Une situation « absurde » dénoncent associations et avocats.  
par Yasmine Sellami et Rémi Yang
Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi
Journal
La réplique implacable de Laurent Joly aux « falsifications » sur Vichy
En amont du procès en appel ce jeudi du candidat d’extrême droite pour contestation de crime contre l’humanité, l’historien Laurent Joly a publié un livre dévastateur. Il pointe ses mensonges sur le régime de Vichy, et analyse les raisons politiques de cette banalisation des crimes de l’époque.
par Fabien Escalona
Journal
Le parti républicain poursuit son offensive contre le système électoral
Un an après l’investiture de Joe Biden, le 20 janvier 2021, ses adversaires cherchent à faire pencher les prochaines élections en leur faveur en modifiant, avec une ingéniosité machiavélique, les rouages des scrutins. En ligne de mire, le vote de mi-mandat de novembre, grâce auquel une grande partie du Congrès sera renouvelée.
par Alexis Buisson

La sélection du Club

Billet de blog
On a mis Molière dans un atlas !
Un auteur de théâtre dans un atlas ? Certes, Molière est génial. Parce qu'il n'a laissé quasiment aucune correspondance, un trio éditorial imagine comment Jean-Baptiste Poquelin a enfanté "Molière" dans un atlas aussi génial que son objet. (Par Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Quoi de neuf ? Molière, insurpassable ! (1/2)
400e anniversaire de la naissance de Molière. La vie sociale est un jeu et il faut prendre le parti d’en rire. « Châtier les mœurs par le rire ». La comédie d’intrigue repose forcément sur le conflit entre la norme et l’aberration, la mesure et la démesure (pas de comique sans exagération), il reste problématique de lire une idéologie précise dans le rire du dramaturge le plus joué dans le monde.
par Ph. Pichon
Billet de blog
Molière et François Morel m’ont fait pleurer
En novembre 2012, François Morel et ses camarades de scène jouaient Le Bourgeois gentilhomme de Molière au théâtre Odyssud de Blagnac, près de Toulouse. Et j’ai pleuré – à chaudes larmes même.
par Alexandra Sippel
Billet de blog
Molière porte des oripeaux « arabes »
Le 15 janvier 2022, Molière aurait eu 400 ans. Ce grand auteur a conquis le monde, a été traduit et adapté partout. Molière n'est désormais plus français, dans les pays arabes, les auteurs de théâtre en ont fait leur "frère", il est joué partout. Une lecture
par Ahmed Chenikii