Billet de blog 21 mars 2022

Présidentielles : la mesure du niveau de haine contre Macron désignera le vainqueur !

Les sondages pourraient méconnaître ou choisir d’ignorer cette équation à deux inconnues : le taux d’abstention et le niveau de haine que suscite aujourd’hui le président Macron dans les classes populaires. Après cinq années au service des nantis, ces deux éléments pourraient déclasser les pronostics qui sont actuellement affichés. Et si les énervés du macronisme devenaient trans partisans ?"

Denis Garnier
Conseiller social - Polémiste, auteur, blogueur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nombreux sont les ouvrages qui paraissent pour alerter ou décrire le rabougrissement progressif de la démocratie. Le taux de participation aux élections en est l’indicateur le plus visible et suscite, après chaque scrutin, ces débats devenus lassants, dans lesquels semblent s’émouvoir les élus au pouvoir, alors qu’ils sont pour l’essentiel les premiers responsables de ce désintéressement. Oui, la démocratie s’effrite et un mouvement de grande ampleur est à craindre… ou, selon sa forme, à espérer.

Les élections présidentielles des 10 et 24 avril se profilent pour ne rien changer sauf si ! Si l’on accorde quelques crédits aux sondages, la réélection d’Emmanuel Macron à la tête de l’État ne semble pas faire de doute, quel que soit son opposant au second tour. Les vestiges de la droite républicaine et les socio-démocrates, élèveront une nouvelle fois ce front républicain qu’ils se complaisent d’entretenir à coup de slogans pour permettre de prolonger les méfaits du néolibéralisme, dénominateur commun d’une démocratie en péril.

Et si Le Pen ?

Pour réfuter le sentier ordinaire qui nous est présenté du remake de 2017 – un duel Macron-Le Pen – imaginons deux secondes une capitalisation majoritaire cumulant toutes les haines contre le président sortant ! Les spoliés de l’APL ; les gens qui ne sont rien ; les non-vaccinés qu’il emmerde ; les vaccinés qu’il emmerde aussi… ; les chômeurs aux allocations réduites n’ayant pas traversé la rue ; le personnel de santé suspendu ; les salariés qui devront partir à la retraite à 65 ans ; les Gaulois réfractaires ; ceux qui vivent avec le pognon de dingue des minima sociaux ; les parents qui devront payer davantage pour l’université ; les fainéants, les cyniques et les extrêmes qui manifestent ; ceux qui foutent le bordel, plutôt que d’aller regarder s’ils ne peuvent pas avoir du travail ; ceux qui ne travaillent pas pour se payer un costard, les femmes illettrées salariées de chez Gad, les passagers des bus pour les pauvres, etc. 

Si ces électeurs sont plus motivés par la haine contre Macron que par une étiquette politique, alors tout est possible ! Le front républicain de la bourgeoisie bien-pensante peut tomber ! Marine Le Pen pourrait être élue. C’est ce que prédisait l’ancien ministre de l’Éducation nationale, Luc Ferry. Une conséquence possible pour avoir mis un gamin à l’Élysée (source). Mais après ?

Si cette hypothèse Le Pen venait à se concrétiser, il y aurait peu de changement pour le quotidien des Français. Il ne faut pas oublier que la droite extrême est de droite ! Les riches continueraient d’être riches ! Certes, il y aurait cette autre guerre, ici, contre les immigrés. Elle occuperait le devant de la scène un moment, mais en rien, elle ne permettrait d’améliorer les fins de mois, de partir à la retraite à 60 ans, d’offrir un logement décent, de créer des emplois et de répondre à l’urgence climatique, etc. Quant aux mesures liberticides contre le peuple, à la répression contre les manifestations, faut-il rappeler que ces violences sont l’apanage de l’extrême droite dans d’autres pays. Les trois années écoulées démontrent qu’elles ne sont plus un domaine réservé aux extrêmes. La droite reste la droite. Macron n’y déroge pas ! Il y aurait bien quelques nuances, mais globalement, la très grande majorité des Français ne verrait pas sa situation évoluer dans le bon sens. 

Si la haine contre Macron se trouvait inférieure à 20 % des électeurs, la France connaîtrait alors cinq ans de plus avec la même équipe ! La droite soutiendra Macron parce qu’il applique la politique qu’elle rêverait d’appliquer si elle accédait au pouvoir. Le Parti socialiste et ses alliés reprendraient leur chant bêlant contre la droite extrême, pour se replonger dans les bras d’un président qu’ils ont fait naître.

Et si Mélenchon ? 

S’il poursuit sa progression dans les sondages, (donné troisième entre 12 et 14 % dans la plupart des sondages), il pourrait se rapprocher de son score de 2017 et se retrouver opposé à Emmanuel Macron au second tour. Un débat entre les deux élus aurait alors une autre allure que le Macron/le Pen de 2017 ! Un vrai débat entre deux mondes ; entre le néolibéralisme privatif de richesse et le socialisme véritable partageant équitablement les richesses produites. Cette phrase est évidemment très réductrice, mais si nous analysons tous les maux pesant sur le monde du travail, le pouvoir d’achat, la santé, la retraite, la pauvreté, etc., la cause des causes se révèle être le néolibéralisme. C’est-à-dire, cette organisation des affaires qui capte les bénéfices pour quelques-uns et mutualise les pertes sur tous les autres. La droite extrême n’inverserait bien sûr pas la chose !

Contre Jean-Luc Mélenchon, les mêmes soutiendraient la droite Macroniste, des Républicains au PS. D’autres s’abstiendraient ! Les troupes de Mélenchon, de l’Avenir en commun, seraient certainement enrichies par celle du Parti communiste, par celle de l’anti-Macron, mais elles seraient insuffisantes pour renverser la table. SAUF, si la même haine contre Macron emporte la majorité ! Pour cela, il faudrait qu’une très grande partie des électeurs d’extrême droite reprennent le chemin de la gauche qu’ils ont progressivement abandonné (Cette France de gauche qui vote FN -Pascal Perrineau-2017).

Inutile de dire, que cette perspective est nettement plus encourageante que celles de la droite, qu’elle soit extrême ou pas. 

Le biais de la démocratie à la Française

C’est donc le niveau de haine contre Macron qui va qualifier le vainqueur ! Si cette répulsion n’était pas suffisante, comme en 2017, l’expression démocratique porterait au pouvoir un homme soutenu, au mieux, par 30 % des exprimés et au pire par moins de 20 % de la population. Le régime présidentiel à la Française de la Ve République, réformé par le quinquennat, s’apparente sans nuances à la monarchie absolue. Avec la majorité rampante de LREM de l’Assemblée nationale, la présidence Macron s’est rapprochée d’un régime quasi-totalitaire, c’est-à-dire d’un pouvoir sans partage. Faut-il parler de la gestion de la crise sanitaire par un conseil de défense ? Si l’on ajoute à cela l’emprise des cabinets privés dans toutes les strates de l’État (les infiltrés), le pantouflage des hauts fonctionnaires glissant de Bercy aux banques privées ou des banquiers qui investissent Bercy (La caste L’Hydre mondiale) et, cerise sur le gâteau, une presse tenue par les milliardaires (exemple dans le Monde diplomatique), etc., la voix du peuple est confisquée et l’élection démocratique biaisée par tous les artifices du pouvoir.

Dans un tel système, sauf sursaut des véritables démocrates et donc, des vrais opposants à Macron, la VIe République à laquelle aspire Mélenchon et une grande majorité des Français (ICI), ne verrait jamais le jour par des votes organisés sous le régime de la Ve. Pour passer de la monarchie, quasi-despotique, à la VIe République, une autre révolution s’imposerait, car elle serait inévitable.

Comment pourrait-elle passer par les urnes ? 

Les détenteurs du pouvoir ne veulent rien lâcher et la révolution pacifique que propose Mélenchon a peu de chance d’aboutir par la voie des urnes, si les énervés du macronisme restent chez-eux. Le mouvement des gilets jaunes pourrait s’apparenter alors, à des hors-d’œuvre de ce que peut devenir la révolte des gens qui ne sont rien, mais surtout qui n’ont plus rien ! Viendrait vite l’heure où il faudrait payer le « quoi qu’il en coûte » de la crise COVID, à laquelle s’additionnera les conséquences de la guerre en Ukraine. Le président Macron est en mission et ferait fi de tout ceci, trop occupé à poursuivre la normalisation du peuple soumis aux lois du marché. La réforme des retraites, la fin de la gratuité des universités, la poursuite des privatisations, la casse des services publics, etc. En résumé : la destruction de tout le patrimoine des gens qui ne sont rien. Pour rappel, les services publics sont le patrimoine de ceux qui n’en n’ont pas ! 

Il a lâché 10 milliards pour les gilets jaunes ! 250 milliards pour la Covid ! Peut-être plus pour la guerre de l’Ukraine et au bout du bout, il devrait alors lâcher le pouvoir, expulsé par la révolte des gens qui n’auront plus rien à perdre. Ce serait le début d’un chaos. Les caisses de l’État seraient vides, impuissantes à nourrir les poches de ceux qui n’auront plus rien.  Comment pourrait-on souhaiter pareil scénario ?

Et si les abstentionnistes ?

Et si, et si ??? Ce n’est pas avec ce type d’espérance que le monde peut se construire. Le président Macron n’a pas retenu toutes les leçons de son mémoire de philosophie sur Machiavel. Si ce dernier écrivait, que « la meilleure forteresse des tyrans, c’est l’inertie des peuples », n’a-t-il pas oublié la grande leçon de Machiavel, pour qui, « les deux écueils dont un Prince doit absolument se garder, s’il veut conserver le pouvoir, sont la haine et le mépris ? » (voir leçon de philo ICI).

Le texte de la Boétie, va-t-il l’emporter sur celui de Machiavel ? « Il est incroyable de voir comme le peuple, dès qu’il est assujetti, tombe soudain dans un si profond oubli de sa liberté, qu’il lui est impossible de se réveiller pour la reconquérir : il sert si bien, et si volontiers, qu’on dirait à le voir qu’il n’a pas seulement perdu sa liberté, mais bien gagné sa servitude… ». (discours de la servitude volontaire 1548)

Le personnage Macron a compris comment obtenir la servitude du peuple en l’infantilisant et, Covid aidant, en instrumentalisant la peur pour troquer les libertés contre une protection illusoire, à seules fins politiques. Le droit de mépriser, d’insulter fut ainsi libéré, et même approuvé par les valets de l’imposture d’une république en marche vers l’abîme ! Ce mépris sera-t-il suffisant pour réveiller le peuple vers la reconquête de sa liberté ? On peut encore y croire. Il faut l’espérer !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Moyen-Orient
Paris abandonne en Syrie trois orphelins de parents djihadistes
Depuis novembre 2019, trois enfants français sont placés dans un orphelinat de la capitale syrienne. Leurs parents, membres de l’État islamique, sont morts sur place. Après plusieurs mois d’enquête, nous avons réussi à retracer le parcours unique de ces orphelins.
par Céline Martelet
Journal — Énergies
Pétrole, gaz : un rideau de fer s’abat sur le secteur de l’énergie
Depuis quatre mois, les fragiles équilibres d’un marché déjà tendu sont rompus. L’énergie est devenue un terrain d’affrontement entre les États-Unis et la Russie. En juin, pour la première fois de son histoire, l’Europe a plus importé de gaz américain que russe.
par Martine Orange
Journal — Asie
Inde : le sombre avenir des habitants de l’Assam après une mousson précoce
Des millions d’habitants de la vallée du Brahmapoutre ont été jetés sur les routes par des pluies torrentielles. Ils survivent dans des conditions catastrophiques. Au-delà de l’urgence, c’est l’habitabilité de cette région d’Asie du Sud qui est désormais mise en question.
par Côme Bastin
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa
Billet de blog
Apprendre à désobéir
Les derniers jours qui viennent de s’écouler sont venus me confirmer une intuition : il va falloir apprendre à désobéir sans complexe face à un système politique non seulement totalement à côté de la plaque face aux immenses enjeux de la préservation du vivant et du changement climatique, mais qui plus est de plus en plus complice des forces de l’argent et de la réaction.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Les dirigeants du G7 en décalage avec l’urgence climatique
Le changement climatique s’intensifie et s’accélère mais la volonté des dirigeants mondiaux à apporter une réponse à la hauteur des enjeux semble limitée. Dernier exemple en date : le sommet des dirigeants du G7, qui constitue à bien des égards une occasion ratée d’avancer sur les objectifs climatiques.
par Réseau Action Climat