Le pass-sanitaire et l’obligation vaccinale bientôt supprimés ?

Pour imposer le passe sanitaire et l'obligation vaccinale, le gouvernement s'est appuyé sur des chiffres fantaisistes de l'institut Pasteur et de l'INSERM. La loi du 5 août prévoit dans son article 12, de revoir la situation pour tenir compte de l’évolution de la situation épidémiologique. Au regard du très net recul de l’épidémie, ces contraintes ne reposent plus sur des raisons sanitaires.

Rappelons que le Conseil d’État et le Conseil constitutionnel ont pris en compte les chiffres présentés par l’Institut Pasteur et l’INSERM pour autoriser le gouvernement à mettre en œuvre le pass-sanitaire et l’obligation vaccinale. Pour rappel, ces deux organismes estimaient :

« Qu’une nouvelle vague épidémique est possible dès le mois de juillet, avec un pic entre la fin du mois d’août et la mi-septembre, atteignant 150 000 cas par jour… Les admissions à l’hôpital et en soins critiques pourraient alors atteindre, voire dépasser le niveau de la première vague de mars 2020 »

__________

Le 20 septembre 2021, 1 515 cas nouveaux contre 150 000 annoncés et 8 845 hospitalisations, contre plus de 32 000 annoncées.

__________

Manifestement, cet écart démontrerait que :

  • 1- Soit le gouvernement a grossi les chiffres pour imposer le pass-sanitaire et l’obligation vaccinale,
  • 2- Soit ces deux mesures sont tellement efficaces qu’elles ont permis de faire reculer l’épidémie de plus de 25 % en 3 semaines.

Dans les deux cas, l’épidémie est en très net recul et le pass-sanitaire et l’obligation vaccinale n’ont plus de légitimité sanitaire. Si le gouvernement maintient ces 2 mesures au regard de ces chiffres produits par Santé Publique France, ce n’est pas pour des raisons sanitaires.

Comme rappelée ci-dessous, la loi prévoit de revoir la situation pour tenir compte de l’évolution de la situation épidémiologique !

LOI n° 2021-1040 du 5 août 2021 relative à la gestion de la crise sanitaire

Chapitre II : Vaccination obligatoire (Articles 12 à 19)

Article 12 :

IV. – Un décret, pris après avis de la Haute Autorité de santé, peut, compte tenu de l’évolution de la situation épidémiologique et des connaissances médicales et scientifiques, suspendre, pour tout ou partie des catégories de personnes mentionnées au I, l’obligation prévue au même I.

__________

La situation épidémiologique

(Chiffres Santé publique France)

Derniers chiffres du 20 novembre : 21 décès à l’hôpital et 9 en EHPAD.

__________

Si 2020 marque une surmortalité, certainement due au COVID, (1ère, 2ᵉ et 3ᵉ vague) la courbe 2021 (en bleu) a repris les mêmes chiffres qu’avant la pandémie, c’est-à-dire 1 500 décès quotidien fin août.

Rappel : le 20 septembre Santé Publique France annonce 30 décès pour cause COVID.

Rappelons que sur les 600 000 décès annuels que compte en moyenne la France, plus de 70 000 décès sont dus à des maladies de l’appareil respiratoire, tumeurs du larynx, trachée, bronches et poumon.

__________

Alors pourquoi ?

Pourquoi imposer un pass-sanitaire et la vaccination au personnel des établissements de santé alors qu’il n’y a plus d’épidémie, comme le démontrent les données ci-dessus ? Pourquoi ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.