Billet de blog 27 juin 2021

Le plein emploi peut devenir une catastrophe…

Ces "gens qui ne sont rien", commenceraient-ils à manquer ? La crise de l'emploi dans la restauration, annonce-t-elle la catastrophe d'un plein-emploi salvateur. En réduisant le chômage, il est possible que suive la réduction des bénéfices. Bénéfices et salaires, peuvent-ils cohabiter ? Égoïsme et solidarité, peuvent-ils se marier ? Je fais court et 2022 en fera certainement de même.

Denis Garnier
Conseiller social - Polémiste, auteur, blogueur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

J’ai lu avec beaucoup d’intérêt un article publié dans médiapart « Pénurie de personnel dans la restauration : les précaires ont déserté, les patrons sont dépités ».

« Entre deux allers-retours au bar, Margot commente l’absence de ses anciens collègues. « Ils se sont réorientés. Certains font de la vente en ligne. Mon copain, lui, est devenu préparateur de commande. Je pense qu’ils recherchent tous, la sécurité de l’emploi après un an et demi d’incertitudes, d’ouverture et fermeture des établissements. Et puis le Covid les a fait réfléchir. Ils ont envie d’avoir une vie de famille, pas évidente dans ce métier ! Vous bossez avec des coupures l’après-midi, vous finissez tard le soir, vous n’avez pas vos week-ends… »

Un peu plus loin, c’est un patron qui s’exprime : « Maintenant, ce sont les employés qui font la loi ! »

Mathieu, le conseiller Pôle emploi, approuve : « Cela fait des années que ces employés sont mal traités. Des années que les patrons chouinent parce qu’ils n’arrivent pas à recruter, en proposant des salaires au ras des pâquerettes. Mais on n’attrape pas les mouches avec du vinaigre ! Au bout d’un moment, ça casse. Eh bien, là ça y est, c’est cassé. »

De là, de cet épisode qui touche la restauration, il est possible d’imaginer ce que serait le plein-emploi pour les salariés. Ils pourraient choisir leur entreprise, les meilleures conditions de travail, le meilleur salaire, etc. C’est tout à fait inconcevable dans ce monde néolibéral où l’argent est devenu roi, où le monde de la finance dirige les États, où la classe politique est devenue le pantin de service.

Oui, le plein-emploi serait une catastrophe pour les profits qui découlent du travail des autres. Il sera peut-être temps, en 2022, de penser la juste répartition entre les bénéfices et les salaires, entre l’égoïsme et la solidarité.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le ministre, l’oligarque et le juge de trop
Avocat, Éric Dupond-Moretti s’en est pris avec virulence à un juge qui faisait trembler Monaco par ses enquêtes. Ministre, il a lancé une enquête disciplinaire contre lui. Mediapart révèle les dessous de cette histoire hors norme et met au jour un nouveau lien entre le garde des Sceaux et un oligarque russe au cœur du scandale. 
par Fabrice Arfi et Antton Rouget
Journal — Extrême droite
Hauts fonctionnaires, cadres sup’ et déçus de la droite : enquête sur les premiers cercles d’Éric Zemmour
Alors qu’Éric Zemmour a promis samedi 22 janvier, à Cannes, de réaliser « l’union des droites », Mediapart a eu accès à la liste interne des 1 000 « VIP » du lancement de sa campagne, en décembre. S’y dessine la sociologie des sympathisants choyés par son parti, Reconquête! : une France issue de la grande bourgeoisie, CSP+ et masculine. Deuxième volet de notre enquête.
par Sébastien Bourdon et Marine Turchi
Journal — Outre-mer
Cette France noire qui vote Le Pen
Le vote en faveur de l’extrême droite progresse de façon continue dans l’outre-mer français depuis 20 ans : le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen est le parti qui y a recueilli le plus de voix au premier tour en 2017. Voici pourquoi cela pourrait continuer.
par Julien Sartre
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou de Damien Rieu, fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Les urgences et l'hôpital en burn-out !
On connaît par cœur ce thème souvent à l'ordre du jour de l'actualité, qui plus est en ce moment (une sombre histoire de pandémie). Mais vous ne voyez que le devant de la scène, du moins, ce qu'on veut bien vous montrer. Je vais donc vous exposer l'envers du décor, vous décrire ce que sont vraiment les urgences d’aujourd’hui ! Et il y a fort à parier que si l'ensemble des Français connaissaient ses effets secondaires, il en refuseraient le traitement, au sens propre comme au figuré !
par NorAd4é
Billet de blog
Monsieur le président, aujourd’hui je suis en guerre !
Monsieur le président, je vous fais une lettre que vous ne lirez sûrement jamais, puisque vous et moi ne sommes pas nés du même côté de l’humanité. Si ma blouse est blanche, ma colère est noire et ma déception a la couleur des gouttes de givre sur les carreaux, celle des larmes au bord des yeux. Les larmes, combien en ai-je épongé ? Combien en ai-je contenu ? Et combien en ai-je versé ? Lettre d'une infirmière en burn-out.
par MAURICETTE FALISE
Billet de blog
Toulouse : un désert médical est né en décembre au cœur de la ville rose !
[Rediffusion] Questions au gouvernement, mardi 11 décembre, Assemblée nationale, Paris. Fermeture du service de médecine interne à l’hôpital Joseph-Ducuing de Toulouse… Plus de médecine sans dépassement d’honoraires au cœur de la ville rose. Toulouse privée de 40 lits pouvant servir pour les patients Covid (vaccinés ou pas…)  Plus de soins cancer, VIH etc !
par Sebastien Nadot
Billet de blog
Pour que jamais nous ne trions des êtres humains aux portes des hôpitaux
Nelly Staderini, sage-femme, et Karelle Ménine ont écrit cet billet à deux mains afin de souligner l'immense danger qu'il y aurait à ouvrir la porte à une sélection des malades du Covid-19 au seuil des établissements hospitaliers et lieux d'urgence.
par karelmenin