Billet de blog 29 avr. 2008

Vincent de Gauléjac : «L'idéologie gestionnaire est à la source du mal-être au travail»

Mathieu Magnaudeix
journaliste à Mediapart
Journaliste à Mediapart

Vincent de Gauléjac, sociologue à Paris VII, décrit sans relâche les mutations du travail. Lui et les chercheurs du Laboratoire du changement social réfléchissent depuis plus de trente ans aux évolutions du monde du travail, à ses désorganisations et aux conséquences qu'elles induisent sur les individus. Mediapartest allé à sa rencontre et vous propose une interview long format, à savourer à votre rythme.

Que dit Vincent de Gauléjac? Que « l'idéologie gestionnaire », un concept qu'il a développé dans un ouvrage référence, La société malade de la gestion (Seuil, 2005) mine les individus. Globalisation financière, instantanéité des moyens de communication, primauté de l'efficacité. : Vincent de Gauléjac décrit des individus sommés de faire toujours plus, toujours mieux, toujours plus vite. Et seuls, désespérement seuls, face aux injonctions parfois contradictoires des professionnels des ressources humaines.

Au passage, le sociologue épingle le rapport Légeron sur les risques psychosociaux au travail, remis mi-mars par un psychiatre, Patrick Légeron, au ministre du Travail, Xavier Bertrand. Un rapport qui, faute de s'attaquer aux causes réelles du mal-être au travail, ne fait qu'en proposer une grille de lecture «objective». Selon le sociologue, cette démarche est vouée à l'échec.


« L'idéologie gestionnaire » au pouvoir.

Elle est partout, mais personne ne la voit. Vincent de Gauléjac la décrypte pour nous, cette "idéologie de la gestion" qui imprègne notre vie au travail sans que l'on n'y prête attention. « Le processus est à l'oeuvre depuis trente ans, le modèle s'est répandu partout, dans les multinationales d'abord, mais aussi dans les autres entreprises, dans les entreprises publiques et aujourd'hui dans le service public ». L'objet de ce pouvoir managérial omnipotent? «La psyché, répond Vincent de Gauléjac. L'entreprise vous propose de vous réaliser, d'avancer, de devenir excellent. Zéro défaut. L'idéal devient la norme. Si vous ne réussissez pas, c'est que vous êtes mauvais». Conséquence du succès de cette idéologie : avant, les salariés se révoltaient. Aujourd'hui, ils «stressent »


Le règne des ressources humaines.

Dans chaque entreprise de taille suffisante, les "RH" sont devenues incontournables et ont insidieusement modifié le sens du travail. « On inverse les facteurs. L'homme devient une ressource pour le développement de l'entreprise. » Le moi de chaque individu est devenu un capital à faire fructifier. Ce règne des RH, impossible de le contester pour autant. Car le discours des ressources humaines se présente sous des atours séduisants : il prétend vouloir libérer la créativité, l'autonomie contre le pouvoir répressif des patrons d'autrefois.

La lutte des places a remplacé la lutte des classes.

Etre le meilleur, sans cesse. Se retrouver parmi les premiers, les mieux notés, les plus performants. Vincent de Gauléjac montre comment la vieille vulgate marxiste de la lutte historique des dominants contre les dominés a sombré, définitivement défaite par le culte de l'excellence. Dans cette course folle, chacun se retrouve bien seul. Et le monde se partage en trois planètes : les meilleurs, les exclus et la masse de ceux qui n'ont qu'une angoisse, perdre leur travail, eux aussi.

Le rapport Légeron : un rapport « scandaleux »

Vincent de Gauléjac n'a pas apprécié la teneur du rapport Nasse-légeron sur les risques psychosociaux au travail, récemment remis au gouvernement. «Ce rapport est fait pour désamorcer le débat public», affirme Vincent de Gaulégac. Car, selon le sociolgue de Paris VII, ce rapport refuse de s'attaquer à la complexité du mal-être au travail en cherchant à le quantifier, plutôt qu'à proposer de s'attaquer aux causes des suicides, des dépressions et de cette angoisse que l'on appelle généralement le «stress». «La création d'indicateurs n'améliorera rien du tout», prédit-il. «On ne fait qu'évacuer le problème.»


Les impasses du management par objectif

Et s'il avait rédigé ce rapport? Vincent de Gauléjac aurait, encore une fois, proposé que l'on s'attaque aux racines de l'idéologie gestionnaire. Et à son pendant, le «management par objectif» qui ordonne à chacun de «faire mieux avec moins». «On vous fixe un objectif à 100, on vous demande de faire 110 ou 120 et l'année d'après, ce que vous avez réalisé redevient 100.» Une spirale infernale qui inspire aussi les grandes entreprises publiques, comme la RATP, la SNCF ou la Poste affirme-t-il. Et provoque chez les guichetiers, les postiers ou les cheminots, baignés jusque là dans la culture du service public, une drôle d'impression : celle de ne plus comprendre très bien à quoi ils servent. Cette perte de sens dans les grandes entreprises publiques a très bien été étudiée par certains des chercheurs du Laboratoire de changement social, comme Fabienne Hannique (Le sens du travail, 2004, Ed. Eres), qui a passé plusieurs mois dans un bureau de poste auprès des employés.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viol, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud.
par Pierre Sassier
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes
Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement