Nous sommes en guerre, c’est vrai, mais qui est l’ennemi ?

« Dans cette guerre qui s’engage, je vais vous dire qui est mon ennemi, mon véritable ennemi. Il n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature, il ne sera donc pas élu, et pourtant il gouverne. Cet ennemi, c’est le monde de la finance »

J’ai juste changé le mot "bataille" par "guerre" et le mot "adversaire" par "ennemi", mais tout colle avec cette citation célèbre de François Hollande en 2012 ! Lui aussi s’est fait broyer par le monde de la finance en pensant que la social-démocratie à la Française, c'est-à-dire la dissolution du socialisme dans le libéralisme,  pourrait faire barrage à ce capitalisme débridé qui pille la nature et les hommes. Il est parti en guerre avec un pistolet à eau comme Macron par en guerre contre le Codid-19, en demandant à tous les gens qui ne sont rien de faire quelque chose !

Donc notre ennemi est bien ce monde de la finance, ce monde qui se partage les bénéfices entre quelques-uns et qui mutualise les pertes sur tous les autres que nous sommes. Ce monde que le Président Macron incarne à merveille pour être un pur produit du système. Pour le comprendre, je vous invite à la lecture du livre « LA CASTE » de Laurent Mauduit qui expose toutes les ramifications du système et la porosité de l’Etat qui en est devenu l’outil principal. « Une caste qui dissout l’Etat de l’intérieur au profit des intérêts privés »

Il faut comprendre ce monde pour le combattre. Demander à Macron de changer de logiciel économique, c’est un peu comme si on avait demandé à Al-Caponne de payer ses impôts !

Donc oui nous sommes en guerre contre tous ces économistes à gages des plateaux télé, contre ces conseillers des gouvernements rétribués par des banques ou par les grandes entreprises. (Les économistes à gages sur la sellette- Le monde diplomatique - 2012, et ça s’est aggravé  !

Mais qui seront les généraux et les soldats ?

En aucun cas ils ne peuvent être celles et ceux qui ont conduit à se désastre planétaire car Albert Einstein a toujours raison : « On ne peut résoudre le problème avec le même mode de pensée que celui qui a créé le problème »

Nous ne connaissons pas encore les candidats pour embrasser avec courage et détermination ce changement, mais  nous connaissons déjà celui qu’il nous faut combattre. C’est le monde de la finance et toutes celles et tous ceux qui l'entretiennent !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.