Billet de blog 20 avr. 2013

Contre l'offensive islamophobe, un front large et massif

Opposés à une nouvelle loi « interdisant le port de signes religieux ou qualifiés comme tels dans les entreprises », les militant-e-s et sympathisant-e-s du Front de Gauche réunis dans cet appel veulent regrouper « exploité-e-s et opprimé-e-s, salarié-e-s, chômeurs et précaires pour changer les rapports de forces » et « accorder toutes leurs places aux citoyen-ne-s aux identitées forcément plurielles ».

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Opposés à une nouvelle loi « interdisant le port de signes religieux ou qualifiés comme tels dans les entreprises », les militant-e-s et sympathisant-e-s du Front de Gauche réunis dans cet appel veulent regrouper « exploité-e-s et opprimé-e-s, salarié-e-s, chômeurs et précaires pour changer les rapports de forces » et « accorder toutes leurs places aux citoyen-ne-s aux identitées forcément plurielles ».



Suite au développement
des discriminations contre des mères dans  l'accompagnement des sorties d'école, aux réactions à l'arrêt de la Cour de cassation dans l'affaire Baby-Loup et au projet de loi sur l'extension de  l'interdiction du port du voile, nous, militant-e-s, sympathisant-e-s, électrices et électeurs du Front de gauche, voulons construire l'expression publique et collective d'une autre voix, celle de l'égalité réelle des droits pour les musulman-e-s, pour ceux et celles qui sont considérées comme  tel-le-s en France et plus largement pour toutes les personnes discriminées.

Alors que la France a été condamnée par le comité des droits de l'homme de  l'ONU pour sa loi du 15 mars 2004 contre les signes religieux à l'école, les  offensives contre les musulman-e-s, français-e-s et étranger-e-s, vivant en  France, se multiplient, alimentent un climat d'islamophobie et de racisme grandissant et renforçant des discriminations généralisées au point de faire système (contrôles policiers, emplois, logements, éducation...) contre un  nombre grandissant d'habitants de ce pays, l'Etat étant en première ligne.

Le racisme s'attaque également à des populations sur le territoire européen depuis des siècles, comme le montrent la stigmatisation et le racisme institutionnel contre les populations roms. Ces attaques, bien que s'inscrivant dans un contexte spécifique à la France, participent d'une logique internationale de conflit entre « les civilisations » entretenue par les classes dirigeantes. Face à la crise économique grandissante et à l'effritement de légitimité des institutions de la Ve République, le racisme est comme autrefois utilisé pour renforcer la division des classes populaires en désignant des boucs-émissaires. Comme dans les années 1930 avec les campagnes antisémites, il s'agit en fait pour les politiques et idéologues réactionnaires de convaincre les citoyen-ne-s-français-es que l’immigration, le plus souvent extra-européenne, serait un danger pour la société.

L'Etat, et ses institutions sont un acteur central de ce phénomène. Aujourd’hui, certain-e-s envisagent un nouveau projet de loi liberticide, interdisant le port de signes religieux ou qualifiés comme tels dans les entreprises des secteurs privés et associatifs, en particulier pour les salariées s'occupant de jeunes enfants. Ce projet de loi constituerait une atteinte au droit du travail, qui renforcerait la subordination des salarié-e-s à leur employeur et constituerait une nouvelle discrimination à l'embauche.

L'interdiction du port du voile aurait pour conséquences l'exclusion des femmes qui le portent de l'enseignement, du travail, etc. Cela  constituerait une atteinte aux droits des femmes et les empêcherait d'accéder à tout ce qui, historiquement, a permis leur intégration dans la société et leur émancipation, fut-elle partielle. Ces exclusions accentueraient la ghettoïsation, et donc nuiraient à la fraternité qui est un des principes et des idéaux de la République française. Il serait inconcevable qu’une telle politique soit mise en avant par la gauche. L'affaiblissement des liens sociaux et des structures de solidarité collective qui découle du fonctionnement du système capitaliste pousse au  regroupement sur des bases exclusivement identitaires quand aucune alternative crédible n'apparaît. Les conditions sociales et économiques qui sont imposées à ces populations renforcent leur sentiment d’appartenance qui leur apparaît alors souvent comme un moyen d’autodéfense contre les discriminations et les ségrégations.

Attachés à la laïcité, nous considérons qu'elle est déjà protégée par la loi de 1905. Conformément à l'intention initiale de Jaurès, la laïcité a eu jusqu'à récemment pour usage de permettre à chacun-e, croyant-e ou non, de vivre en harmonie/en bonne entente, et de protéger la liberté de conscience et de garantir l'égalité des citoyen-ne-s. Elle est désormais instrumentalisée comme un outil de rejet des appartenances complexes des citoyens-nes, comme une arme de discrimination massive, comme paravent pour lancer des attaques haineuses et servir de prétexte à des lois discriminatoires !

L'islamophobie s'inscrit dans un ensemble de discriminations. Nous devons toutes les combattre à la fois par un travail théorique, politique et de terrain. Nous avons besoin d'un front large et massif, d'un bloc social, qui regroupe exploité-e-s et opprimé-e-s, salarié-e-s, chômeurs et précaires pour changer les rapports de forces et renverser la vapeur et avancer vers cette VIe République qui devrait accorder toutes leurs places aux citoyen-ne-s aux identitées forcément plurielles.

Des convergences politiques sont nécessaires. Un des principes fondateurs du Front de Gauche est l'acceptation de la diversité en son sein. Il nous est nécessaire de construire l’unité des exploité-e-s et des opprimé-e-s et de rassembler au-delà des membres d'organisations face aux nombreuses entreprises de division. Contre l'offensive islamophobe, nous, militants et sympathisants du FDG contre l’islamophobie, mènerons le débat dans nos organisations et agirons publiquement, entre autres au sein des assemblées citoyennes organisées par les collectifs locaux du FDG. Nous souhaitons élargir le dialogue et agir avec les intellectuel-le-s et les mouvements qui portent ces questions depuis plus de trente ans, en premier lieu ceux des mouvements autonomes dans les quartiers populaires et de l'immigration. Aujourd'hui comme hier, la politique se fait d'abord par et avec les personnes concernées.

Le 18 mai au matin, nous appelons à la tenue d'une réunion nationale pour poursuivre la discussion, participer aux élaborations et nous organiser: nous apporterons notre contribution au travail du Front de gauche thématique immigration racisme.

Dans un premier temps, participons massivement au rassemblement appelé par Maman toutes égales, ce réseau emblématique par sa bataille pour le droit de toutes les mamans et les papas à accompagner les sorties scolaires !

"Bref, tout ça prouve aux combattants

Qu'Marianne a la peau brune,

Du chien dans l'ventre et qu'il est temps,

D'crier "Vive la commune !" (Elle n'est pas morte)

 Signataires

Alima Boumédienne Thiery, FASE
Stéphane Lavignotte, militant écologiste et du Christianisme social
Daniele Obono, C et A
Frédérick Gauvin-Dupont, Parti communiste, Plonéour-Lanvern (Finistère)
Nolwenn Neveu FDG
Veronika Daae, Alternatifs, Toulouse
Pierre Zarka, association des Communistes Unitaires
Catherine Samary, GA et NPA, Paris XVIIIe
Benoît Geraud, ex-PG, Alfortville (94)
Danielle Carasco, Fase, militante féministe
Capucine Larzillière, militante féministe, GA, Montreuil (93)
Razmig Keucheyan, militant Fdg, Paris XIXe.
Sarah Al Matary, PG

Avec: Diane Adam, syndicaliste, GA, Paris centre; Etienne Adam, FASE; Mathieu Allain, Ga Fdg Marseille centre; Janie Arneguy, les Alternatifs Gard; Grégory Bekhtari, GA, Paris 10e; Gilles Boitte, Communiste unitaire; Bernadette Bouchard, Les Alternatifs Alpes-Maritimes (06); Antoine Boulangé, GA, Vitry sur Seine (94); Jean Brafman, FASE; Pantxoa Caussarieu, Fase 64; Patricia Cavalera, les Alternatifs Ardèche; Florence Ciaravola, les Alternatifs Alpes-Maritimes; Mathieu Colloghan, Alternatif; Renaud Cornand (Ga-FdG 13); Hendrik Davi, FdG Marseille centre; Martine Dejean, Fase 43; Bruno Della Sudda, Alternatifs, Nice (06); Christian Delord, les Alternatifs Gard; Carole Eldin, GA, Marseille; Colin Falconer, GA, Saint-Denis (93); Pierre Gayral, les Alternatifs Paris; Vincent Gay, GA Montreuil; Guy Giani, Alternatifs pays de Grasse; Cécile Gobbo, GA, Paris 10e; Geneviève Huchet, Les Alternatifs 06; Michèle Kiintz, Communistes unitaires/ FASE; Valérie Lafont, FDG; Arthur Leduc, les Alternatifs Alpes-Maritimes; Christophe Lemasson, Alternatifs, Saint Brieuc; Laurent Lévy, FASE; Jean Marie Lucain, Les Alternatifs 06; Roland Mérieux, Alternatifs; Henri Mermé, Alternatifs; John Mullen, GA, Montreuil (93); Richard Neuville, les Alternatifs Ardèche; No Neveu (Ga 13 et FdG marseille centre); Pierre Nouzarède, Fase 24; Rémy Querbouet, les Alternatifs Loire Atlantique; Marc Rebuschi, Fase; Florian Rideau, Les Alternatifs, Paris; Cécile Rigaldiès, GA, Paris 10e; Lisbeth Sal, GA; Laurent Sorel, GA; Sarah Tiano, GA, Marseille; Jean-Louis Touton, GA; Nikou Tridon, Les Alternatifs 06; Daniel Ullman, 75018, sympathisant du Front de Gauche; Nicolas Verdon, GA, Paris 19e; Thomas Vescovi, sympathisant Fdg, Saint-Denis (93).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique Latine
En Colombie, Francia Márquez, première afro-descendante à la vice-présidence, suscite l’espoir
Francia Márquez entre en fonctions aux côtés du nouveau président Gustavo Petro dimanche 7 août. Cette femme noire et activiste écoféministe a promis d’« éradiquer le patriarcat » en Colombie et de lutter contre les discriminations, mais les écueils seront nombreux.
par Sophie Boutboul
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente-deux morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent une enfant de 5 ans et un chef du groupe armé palestinien Djihad islamique palestinien, ont annoncé les autorités sanitaires locales. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive » contre le Djihad islamique palestinien.
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)

La sélection du Club

Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous