Billet de blog 3 déc. 2012

Monsieur le président, osez la Métropole du Grand Paris !

Par Laurence Abeille, députée du Val-de-Marne, Nadia Azoug, adjointe au maire de Pantin (Seine-Saint-Denis), Patrick Chaimovitch, adjoint au maire de Colombes (Hauts-de-Seine), Yves Contassot, conseiller de Paris, Claire Monod, conseillère régionale d'Ile-de-France, et Jean-Vincent Placé, sénateur de l'Essonne, tous élu(e)s EE-LV.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Par Laurence Abeille, députée du Val-de-Marne, Nadia Azoug, adjointe au maire de Pantin (Seine-Saint-Denis), Patrick Chaimovitch, adjoint au maire de Colombes (Hauts-de-Seine), Yves Contassot, conseiller de Paris, Claire Monod, conseillère régionale d'Ile-de-France, et Jean-Vincent Placé, sénateur de l'Essonne, tous élu(e)s EE-LV.


Monsieur le président de la République, votre prédécesseur avait lancé une belle et séduisante idée baptisée alors Grand Paris – il en fit un Métro. Soyez celui qui entrera de plain-pied dans le XXIe siècle, créez la Métropole !

Depuis 50 ans, la situation n’a pas changé, les déséquilibres s’accroissent : Paris concentre la majorité des emplois, des richesses et des services ; les Hauts-de-Seine captent la rente produite par l’îlot financier de la Défense ; la Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne encaissent la désindustrialisation et gèrent les populations fragiles. Trop nombreux sont ceux qui jour après jour doivent s’éloigner pour survivre et subissent de façon conjointe exclusion sociale et géographique, chômage, précarité énergétique, déficit de services publics… Le résultat est connu : crise du logement, saturation des transports, stress, périurbanisation galopante, absence de solidarité, mal-être…

Dès votre élection, vous avez déclaré faire confiance aux élu(e)s pour résoudre ces problèmes qui structurent le cœur de la région Ile-de-France et faire avancer réellement la création d’une métropole durable, solidaire et écologique. Six mois plus tard, nous craignons une victoire de l’immobilisme dominant.

Dans tous les domaines, la situation est mauvaise car la gouvernance est dépassée, voire défaillante, jamais écologique : l’eau est source d’affrontements et de gâchis dans sa production, sa distribution, ou son assainissement ; l’air et sa pollution liée à l’automobile n’obéissent qu’à des logiques locales et transforment l’agglomération en une vaste zone irrespirable avec ses conséquences sur la santé ; la gestion des déchets est laissée à l’appréciation de chaque commune ; la biodiversité gravement atteinte, à la merci de chaque nouvelle urbanisation ; la dépendance énergétique quasi totale au nucléaire pour une électricité de plus en plus chère dont la consommation augmente face à de très rares projets, isolés, de production d’énergie renouvelable ; une couverture très inégale en fibre optique soumise au bon vouloir des opérateurs ; des projets de transports en communs à la merci d’un maire décidé à en interdire le passage sur « son » territoire au détriment de l’intérêt général ; l’offre de logement qui ne suit plus depuis longtemps avec un parc ancien énergétivore ; et toujours, une production de CO2 galopante défiant les objectifs français de lutte contre le réchauffement climatique.

Les territoires français sont à la recherche de mécanismes de gouvernance contemporains.

Partout où les agglomérations sont devenues majeures, elles provoquent le même conflit. Les régions, déjà si petites à l’échelle européenne, se sentent menacées, prises en étau entre l’État et la montée en puissance de l’intercommunalité.  Il est temps d’oser un attelage moderne confortant de grandes régions comme l’Ile-de-France, englobant des métropoles fortes interagissant de façon dynamique avec les territoires périurbains et ruraux vigoureux. A cet effet, la complétude des intercommunalités sur la base de projets stratégiques cohérents doit être effectuée dans les meilleurs délais.

En Ile-de-France, monsieur le Président, une simple évolution de Paris Métropole en pôle métropolitain ne suffira pas pour franchir l’étape que les citoyens attendent. La défense d’intérêts locaux peut gangréner le processus et scléroser la situation. Il faut oser une organisation institutionnelle nouvelle, support d’une gouvernance démocratique, écologique et décentralisée efficace.

L’élection au suffrage universel direct d’un conseil métropolitain donnera une légitimité politique, une visibilité et un sentiment d’appartenance à la collectivité. Son périmètre comprendrait au minimum les quatre départements centraux: Paris, Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne.

L’équilibre des pouvoirs s’articulerait autour de trois piliers.

Une conseil métropolitain serait composé de conseillers métropolitains élus au scrutin proportionnel, et de représentants des territoires. Ses compétences seraient particulièrement étendues. Le principe de double majorité qualifiée permettrait de respecter les territoires sans possibilité de blocage des projets structurants conformes à l’intérêt général.

Une conférence des communes: à travers elle, chaque commune, véritable repère démocratique pour les citoyens, conserverait ainsi sa capacité à relayer les demandes et les suggestions au niveau métropolitain. Chaque commune et arrondissement bénéficierait d’une dotation budgétaire lui garantissant une liberté d’investissement pour des projets à vocation locale.

Un conseil du développement durable, regroupant les diverses composantes de la société (associations, ONG, syndicats, éducation, entreprises, etc.), émettra un avis sur les décisions du conseil métropolitain au regard de la nécessaire transformation écologique du territoire. Assumant un rôle de conseil et de contrôle, il pourrait également inscrire un point à l’ordre du jour du conseil.

Monsieur le Président, le débat ne peut plus rester confiné entre maires, présidents de conseil généraux et régionaux et gouvernement ! Comme le montrent les débats autour du « livre vert », des voix s’élèvent de toute part, parmi les citoyens pour qui l’affaire est entendue : égalité des territoires, logement, justice fiscale, proximité de l’emploi et des transports, gouvernance claire, efficace, démocratique et écologique ! Le sentiment d’appartenance à la métropole capitale est sans doute la chose la mieux partagée. Donnons la parole largement et organisons le débat. Osez présenter un projet novateur, audacieux, porteur d’un projet collectif, solidaire et durable.

Monsieur le Président, en organisant un référendum citoyen au plan local sur ce projet, nul doute que vous aurez montré que le changement, c’est maintenant.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Être LGBT+ en Afghanistan : « Ici, on nous refuse la vie, et même la mort »
Désastre économique, humanitaire, droits humains attaqués… Un an après avoir rebasculé dans les mains des talibans, l’Afghanistan n’en finit pas de sombrer. Pour la minorité LGBT+, le retour des fondamentalistes islamistes est dévastateur.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi
Journal — International
« Ils ne nous effaceront pas » : le combat des Afghanes
Être une femme en Afghanistan, c’est endurer une oppression systématique et brutale, encore plus depuis le retour au pouvoir des talibans qui, en un an, ont anéanti les droits des femmes et des fillettes. Quatre Afghanes racontent à Mediapart, face caméra, leur combat pour ne pas être effacées. Un documentaire inédit.
par Mortaza Behboudi et Rachida El Azzouzi
Journal
Un homme condamné pour violences conjugales en 2021 entre dans la police
Admis pour devenir gardien de la paix en 2019, condamné pour violences conjugales en 2021, un homme devrait, selon nos informations, prendre son premier poste de policier en septembre dans un service au contact potentiel de victimes, en contradiction avec les promesses de Gérald Darmanin. Son recrutement avait été révélé par StreetPress.
par Sophie Boutboul
Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Une déflagration mondiale (3/9)
La veuve de Céline disparue, délivré de mon secret, l’heure était venue de rendre publique l’existence du trésor et d’en informer les héritiers… qui m’accusèrent de recel.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat