Billet de blog 28 nov. 2018

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Contre l'usage des Flash-Ball et des grenades de désencerclement, pour la liberté d'expression des gilets jaunes

Il y a deux ans et demi, ils appelaient déjà à en finir avec « l’intimidation technologique des manifestants ». Après deux semaines de mouvement des gilets jaunes, des chercheurs, artistes et intellectuels demandent à nouveau que soit garantie la liberté de manifester sans risque de perdre un œil ou avoir la main arrachée.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Gabriel, un jeune homme de 21 ans, venu de province en famille, manifester aux rassemblements parisiens des Gilets jaunes du vendredi 24 novembre, a été gravement blessé, ce jour-là, vers 18 heures, avenue Franklin Roosevelt, par une grenade de désencerclement (dite GLI-F4). Sa mère qui l’accompagnait a déclaré qu’il a « sa main arrachée ».

Nous nous associons à la douleur de cette famille.

Nous avions, pour la plupart d’entre nous, le 22 juin 2016, publié, dans Mediapart, un Appel demandant « l’interdiction de l’usage des lanceurs de balle (flash-balls) et des grenades de désencerclement ».

En citoyens, nous réitérons cet Appel et demandons au chef de l’État leur retrait immédiat de l’arsenal des forces de l’ordre.

En êtres épris des libertés, nous nous adressons à nouveau au Défenseur des droits pour qu’il se saisisse de cette affaire et qu’il rappelle publiquement ses préconisations du 10 janvier 2018, remises à François de Rugy, alors président de l’Assemblée nationale, recommandations que les ministres de l’Intérieur d’Emmanuel Macron ignorent avec constance et qui demandent :

- de retirer les lanceurs de balles de défense de la dotation des forces chargées de l’ordre public ;

- de recentrer le maintien de l’ordre sur la mission de police administrative de prévention et d’encadrement de l’exercice de la liberté de manifester, dans une approche d’apaisement et de protection des libertés individuelles ;

- de renforcer la communication et le dialogue dans la gestion de l’ordre public, avant et pendant le déroulement des manifestations, afin notamment de rendre plus compréhensible l’action des forces de sécurité ;

- de conduire une étude sur la mise en œuvre en France de la doctrine dite de la « désescalade ».

En solidarité avec la famille de Gabriel, les avocats signataires de cet Appel veilleront, au besoin, à ce que l’intégralité des frais de chirurgie, y compris esthétiques, soit pris en charge par l’État et qu’une indemnisation à la hauteur des dommages irréversibles soit versée à Gabriel.

Nous ne cèderons pas à l’intimidation qui vise à nous dissuader de manifester avec les Gilets jaunes et nous continuerons à user du droit constitutionnel de manifester.

-------------------

Arié Alimi, avocat ; Patrick Bard, romancier, photographe ; Éric Beynel, Porte-Parole de l’Union syndicale Solidaires ; Laurent Binet, écrivain ; Dominique Cabrera, cinéaste ; Stéphanie Chevrier, éditrice ; Yves Cohen, historien, directeur d’études à l’EHESS ; Annie Ernaux, écrivaine ; Samy Johsua, professeur des universités ; Luc Lang, écrivain ; Catherine Lévy, sociologue du travail au CNRS, retraitée ; Noël Mamère, journaliste, ancien député écologiste; Roland Pfefferkorn, professeur émérite de sociologie ; Patrick Raynal, romancier ; Jean-Marc Salmon, chercheur en sciences sociales.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Services publics
RER B : voyage sur la ligne qui déraille
Le RER B est la deuxième ligne de train la plus chargée d’Europe, et pourtant elle souffre de nombreuses tares : quatre terminus, un tunnel partagé avec le RER D et, surtout, un sous-investissement chronique de la part de la région et de l’État. Les usagers souffrent, les conducteurs aussi.
par Khedidja Zerouali
Journal — Migrations
Étrangers sous OQTF : la justice recadre la préfecture de Seine-Maritime
Le tribunal administratif de Rouen vient de débouter la préfecture qui demandait aux gestionnaires de centres d’hébergement d’urgence d’exclure de leur dispositif « insertion » les étrangers en situation irrégulière faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire exécutoire. Une décision qui vient contredire les circulaires et les récents engagements du ministère de l’intérieur.
par Manuel Sanson
Journal
La précarité étudiante s’enracine et le gouvernement répond à côté
Le gouvernement vient de débloquer 10 millions d’euros pour soutenir les associations qui agissent en faveur des étudiants précaires. Seulement, les principaux acteurs considèrent que la réponse est insuffisante et attendent des mesures structurelles pour endiguer la pauvreté des étudiants.
par Faïza Zerouala
Journal — Europe
À Mykolaïv, les morts hantent civils et militaires
La ville de Mykolaïv subit depuis des mois le manque d’eau potable et les coupures d’électricité. La région a été bombardée sans relâche par l’armée russe jusqu’à la mi-novembre 2022 et plus de la moitié des habitants a quitté les lieux. Civils et militaires restés sur place racontent leur « cauchemar ».
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Des chênes (français) pour la Chine
Fric-frac dans les forêts françaises. Voler du bois n’est pas une mince affaire. Et pourtant, dans les Pyrénées, en Moselle, en Vendée, dans le Nord, le brigandage se multiplie. A l’heure des drones, GPS et autres trackers… (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques
[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?
par lecteurfid
Billet de blog
Vidéo - le gouvernement empêche les débats sur les forêts publiques par 49-3
Il y a un mois, nous avons publié ici une tribune signée par plus de 40 parlementaires, demandant un débat sur l’avenir de l'Office National des Forêts dans la loi de finances avant le 49-3 du gouvernement. Devinez quoi : les débats devaient avoir lieu le 2 novembre à 17h05. Le 49-3 a été activé le 2 novembre à 17h00. Mais tout n'est pas perdu : la suite se joue au Sénat dès mercredi.
par Pour des forêts vivantes
Billet d’édition
Reboiser les forêts brûlées est favorisé par une niche fiscale
Si l'investissement forestier offre des possibilités de rendement limitées, il constitue en revanche une niche fiscale qui permet de réduire le montant de son impôt sur le revenu. L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu ou de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière).
par Patrick Cahez