Billet de blog 29 nov. 2016

France: terre d’accueil ? 2/2

«Nul ne peut être lésé, dans son travail (…), en raison de ses origines, de ses opinions ou de ses croyances.» (Constitution de la Quatrième République.) Pourtant, les discriminations, frappant les «immigrés» nord-africains après 1945, furent systémiques. Les divers adeptes du grand roman national n’ont de cesse de nier ou d’euphémiser cette réalité. France: terre d’accueil ? Suite et fin de l’analyse de Olivier Le Grandmaison

O. Le Cour Grandmaison
Université d'Evry-Val d'Essonne, sciences politiques et philosophie politique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« L’égalité de tous les citoyens devant la loi, qui est le principe de base de notre Constitution, n’a jamais été pratiquée. (…) Dans les domaines politique et économique, la discrimination n’a cessé de jouer au bénéfice des Français et au détriment des musulmans. » H. Frenay et M. Rocard (1957)

8 mai 1945 ; la métropole est libre. Cinq mois plus tard, la Constitution de la Quatrième République est approuvée par référendum. « Le peuple français proclame à nouveau que tout être humain, sans distinction de race, de religion ni de croyance, possède des droits inaliénables et sacrés, » lit-on dans le préambule. Deux passages inédits y sont introduits. Le premier est ainsi rédigé : « tout homme persécuté en raison de son action en faveur de la liberté a droit d’asile sur les territoires de la République. »(Souligné par nous). Louable législateur qui a pris soin de spécifier qu’il s’agit d’une prérogative, ce qui peut s’interpréter ainsi : une obligation de protection pèse désormais sur l’Etat. Recul en fait par rapport au projet d’avril 1946 qui établissait - art. 6. – le principe général suivant : « tout homme persécuté en violation » de la « présente déclaration » a « droit d’asile. » Subtile involution. Les membres de l’Assemblée constituante ont-ils pris peur devant leurs audaces initiales ? Sans doute. Le second passage comporte ces précisions : « nul ne peut être lésé, dans son travail ou son emploi, en raison de ses origines, de ses opinions ou de ses croyances. » Admirable.

Peu après, les responsables politiques et la majorité de la gent historienne forgent le mythe résistancialiste qui va bientôt s’imposer. La collaboration ? Une entreprise détestable conduite par une minorité d’égarés vendus à une puissance ennemie, et étrangers à la glorieuse tradition française, bien sûr. Le régime dictatorial, antisémite, xénophobe et pro-allemand du maréchal Pétain ? Une sinistre mais courte parenthèse désormais close grâce du rétablissement des institutions républicaines dont les valeurs viennent d’être proclamées avec la solennité qui sied à la fondation du nouveau régime. De nouveau également, la France terre d’accueil peut rayonner en offrant aux victimes de persécutions sa protection généreuse, et aux immigrés d’où qu’ils viennent la possibilité d’échapper à la pauvreté en commençant une vie nouvelle. En 1972, l’historien Alphonse Dupront, encore lui, écrit: « ce pays est très peu “raciste” » car « l’histoire du “faire” national français est geste d’élection d’universel. » Sublimité hexagonale et mythologie ronflante parées des atours de la science historique auxquels l’Académie apporte une caution que les Immortels croient prestigieuse.

Improprement nommés immigrés, alors qu’ils sont des citoyens de la République venus des départements d’Algérie pour s’installer en métropole, le nombre de « Français musulmans » de cette colonie augmente de façon considérable – 22 000 en 1946, près de 300 000 en 1954. La misère qui sévit outre-Méditerranée et qui les frappe durement, les impératifs de la reconstruction du pays et les besoins d’une économie en pleine expansion sont à l’origine de ces migrations, que favorise aussi la liberté de circulation enfin accordée aux populations dites « exotiques. » Ont-elles été accueillies par une Marianne accorte et bienveillante, comme le croient M. Valls et de nombreux républicains à droite et à gauche ?

Taux de chômage de la « population européenne » ? 1,7%. Taux de chômage des “immigrés” Algériens ? 25%, constate Andrée Michel dans un ouvrage – Les Travailleurs algériens en France – publié en 1956 par le CNRS. Les mêmes sont employés au niveau le plus bas et basses aussi sont leurs rémunérations cependant qu’une « véritable ségrégation de l’habitat nord-africain » existe déjà « dans certaines régions ou villes industrielles. » Fondateur de la Sécurité sociale, puis directeur de cet organisme, le conseiller d’Etat Pierre Laroque écrit en introduction : « s’il est une conclusion qui se dégage de manière aveuglante » de cette étude, « c’est que la discrimination entre travailleurs européens et travailleurs algériens est partout, dans les conditions d’emploi, dans l’embauche, (…) dans les conditions d’existence » et dans « l’habitat. » (Souligné par nous.) Discriminations graves, multiples et cumulatives, systémiques en un mot. Celles-là mêmes que les adeptes du grand roman national-républicain nient ou euphémisent en les présentant comme des discriminations marginales car liées à des comportements individuels et minoritaires. Les héritier-e-s de l’immigration coloniale et post-coloniale connaissent cette histoire peu glorieuse des Trente glorieuses. De même, ils savent que ces discriminations continuent d’affecter leur vie quotidienne et leur avenir professionnel, entre autres.

Post-scriptum.

Au lendemain de la désignation de Fr. Fillon comme candidat des Républicains pour les élections présidentielles à venir, n’ayons pas la mémoire courte. Libéral débridé sur le terrain économique et social, rappelons qu’il a conduit une politique fort autoritaire en matière de politique d’immigration. Docile « collaborateur » de N. Sarkozy qui, sitôt élu chef de l’Etat, le nomma à Matignon en 2007, Fillon fut le premier Premier ministre sous l’autorité duquel un ministère au nom abracadabrantesque – le ministère de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Codéveloppement – vit le jour. Les fonctions de ce dernier ? Mettre en œuvre un véritable plan quinquennal d’expulsions. Environ 27 000 par an, soit 75 par jours, comme cela fut rappelé à plusieurs reprises au cours de ces années caractérisées par le triomphe d’une brutale xénophobie d’Etat. Les moyens de cette politique ? La traque des sans-papiers, les rafles et la multiplication des contrôles au faciès indispensables pour atteindre de tels objectifs. Quant au Fr. Fillon-candidat, il prévoit la suppression de l’aide médicale d’Etat (AME) pour les immigrés, le durcissement du regroupement familial et « la mise en œuvre d’une politique volontariste d’éloignement du territoire des demandeurs d’asile déboutés. » N. Sarkozy a été renvoyé à ses “passions privées“ ; nul doute, pour le sujet qui nous occupe Fr. Fillon sera son héritier cynique et d’autant plus déterminé qu’il vient de remporter une victoire éclatante. Rupture, comme l’écrivent des journalistes oublieux ? Sinistre continuité légitimée, une fois encore, par une rhétorique réactionnaire convenue : celle de la mise en péril puisque la France serait menacée par une immigration incontrôlée. Sauver le pays au son de La Marseillaise, sans oublier la beauté immarcescible du drapeau tricolore pour stimuler la fierté d’être français. Tant d’originalité laisse pantois, en effet.

O. Le Cour Grandmaison, universitaire. Dernier ouvrage paru L’Empire des hygiénistes. Vivre aux colonies, Fayard, 2014.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Défense
Néonazis dans l’armée : l’insupportable laisser-faire du ministère
Un militaire néonazi, dont le cas avait été évoqué il y a huit mois par Mediapart, a été interpellé en novembre par des douaniers. L’armée, elle, ne l’avait sanctionné que de vingt jours d’arrêts. Ce cas pose une nouvelle fois la question de la grande tolérance de l’institution vis-à-vis de militaires fascinés par le Troisième Reich. D'autant que Mediapart a encore découvert de nouveaux cas.
par Sébastien Bourdon et Matthieu Suc
Journal — Gauche(s)
Union des gauches : Hidalgo et Montebourg tentent de rebattre les cartes
La candidate du PS et le candidat de la Remontada à la présidentielle ont appelé, dans la journée, à une candidature commune à gauche, en offrant de se retirer. Les pressions en faveur de l’union ainsi que les mauvais sondages expliquent aussi ce retournement. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Droite
À droite, mais à quel point ? Valérie Pécresse sommée de placer le curseur
La candidate LR à l’élection présidentielle est confrontée à une double injonction : retenir les électeurs d’Éric Ciotti, tentés par un basculement à l’extrême droite, sans rebuter pour de bon la droite « modérée » qu’embrasse Emmanuel Macron. Le premier défi de sa campagne. Et le principal ?
par Ilyes Ramdani
Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille