O. Le Cour Grandmaison

Université d'Evry-Val d'Essonne, sciences politiques et philosophie politique

Son blog
399 abonnés Le blog de O. Le Cour Grandmaison
Ses éditions
1 / 3
Voir tous
  • Emmanuel Macron : le triomphe de l’histoire en miettes

    Par
    8 février 2022. Soixante ans après, les « événements » survenus au métro Charonne sont qualifiés de « tragédie » par Emmanuel Macron dans le communiqué rendu public par l’Elysée. Efficace cheville rhétorique, l’hyperbole ici employée est aux discours commémoriels ce que la main gauche est aux illusionnistes. Elle détourne l’attention pendant que la main droite s’active pour cacher ce qui doit l’être.
  • Massacres du 17 octobre 1961 : de la connaissance à la reconnaissance ?

    Par
    Soixante ans après les massacres du 17 octobre 1961, il est a priori singulier d’avoir à en rappeler les causes et les conséquences, les responsables et les diverses raisons qui ont longtemps favorisé l’occultation et l’oubli de ce crime d’État. Au courage de certains hier a succédé ce que certains nomment désormais prudence ; elle n’est que le masque politiquement présentable de leur commune couardise et de leur trahison de la parole donnée ou de publications passées. 
  • À gauche, les intermittent·e·s de la lutte antiraciste

    Par
    Les universités d’été organisées par les formations de gauche confirment leur commune pusillanimité sur les sujets majeurs du racisme et des discriminations. Au-delà de divergences, des orientations et des pratiques se révèlent. Plus les échéances politiques sont jugées importantes par leurs responsables, moins les racismes, les discriminations systémiques, l’islamophobie, les contrôles au faciès et les agissements de la police retiennent leur attention. 
  • Pas une rue, pas une avenue, pas une école au nom de Bugeaud

    Par
    Des rues et écoles portent encore le nom de Bugeaud, instigateur d'enfumages et massacres de la population algérienne, rappelant cette histoire trop souvent euphémisée voire glorifiée par ceux qui honorent encore ce maréchal monarchiste, raciste et colonialiste. Conseiller·e·s municipaux et maires de France, agissez pour mettre un terme à cette insulte permanente aux victimes algériennes et françaises de Bugeaud, à leurs combats pour la liberté, l’égalité et la fraternité, et aux héritiers de l’immigration coloniale et postcoloniale. 
  • Abolitions de l’esclavage et mythologie nationale-républicaine

    Par
    Faute de perspectives, susceptibles de donner quelque consistance au « monde d’après » qui ressemble toujours plus à la version sinistrement empirée du « monde d’avant », le chef de l’Etat multiplie les commémorations. Sans doute pense-t-il, grâce aux pompeuses mises en scène des « grandeurs » passées de la France, faire oublier les bassesses politiques de son quinquennat.
Voir tous