Billet de blog 16 févr. 2021

Factory
Chimiste et citoyen
Abonné·e de Mediapart

118. "Responsabilité Sociétale des Entreprises", la caution morale des industries

Depuis quelques années les multinationales se parent d'un service RSE signifiant Responsabilité Sociétale des Entreprises. Cette branche de l'entreprise est destinée à communiquer sur les engagements écologiques, sociaux, moraux, éthiques, pour laver un peu l'image de méchants pollueurs qui leur colle à la peau. Pour autant, cette image est-elle injustifiée et cet engagement est-il crédible?

Factory
Chimiste et citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Voyons un peu la charte RSE de BASF: 

 "La chimie qui unit : pour un avenir durable

Nous souhaitons tous œuvrer pour un monde assurant un avenir digne et une grande qualité de vie pour tous. C’est pourquoi nous apportons la chimie à nos clients et à la société, en exploitant au mieux les ressources disponibles. Nous suivons le principe de notre entreprise « We create chemistry for a sustainable future »

Illustration de l'engagement éthique, rappelant le meme " Ridiculously Photogenic Guy" © Total

BASF affiche clairement aussi son positionnement par rapport à la convention citoyenne pour le climat, dans une note pleine de condescendance et de mauvaise foi: BASF à propos de la convention citoyenne. Ce leader de la chimie phytosanitaire ne veut pas suivre la convention citoyenne dans l’autorisation de la vente de semences paysannes et anciennes, il préfère promouvoir les OGM qui seraient bénéfiques et recommandés par le GIEC (pour étayer cet argument, BASF site un article du journal L'Opinion, propriété de LVMH et L'Oréal... Ils citent un peu plus loin le site Figarovox pour illustrer le terme populisme employé à l'encontre de la convention citoyenne). Au moment de prendre des décisions concrètes pour l'écologie, à partir d'un processus démocratique et en faveur des citoyens, on dit que l'Etat sort du bois en dévoilant son allégeance à l'industrie, on pourrait dire aussi que l'industrie sort du même bois en dévoilant ses affinités avec la presse de droite.

Ainsi on peut y lire:

"Promouvoir l’agriculture biologique ? Très bien, mais quel rapport encore avec la préservation du climat."

Dans une enquête de l'observatoire des multinationales, on apprend que BASF a été un des premiers à œuvrer contre la convention citoyenne pour le climat, notamment à travers des sociétés de lobbying ou encore des conventions organisant la rencontre entre élus, industriels et membres de la FNSEA, à l'abris du regard citoyen.

BASF, Total, Shell, ExxonMobil sont parmi les plus gros producteurs de benzène au Monde. Même son propre nom, BASF, signifie "Fabrique d'aniline et de soude du pays de Bade", soit deux des composés parmi les principaux polluants de la planète, le premier étant toxique, cancérigène, mutagène, reprotoxique, le second étant corrosif. Ces producteurs sont tous de grands adeptes de politiques RSE pour redorer leur image et user de multiples euphémismes pour qualifier leur travail.

Bayer et BASF sont les fabricants et les promoteurs du Dicamba, un herbicide toxique catastrophique pour l'environnement. Ils sont condamnés et massivement poursuivis aux Etats Unis pour les conséquences désastreuses de l'usage de ce poison.

Alors peut-on croire une seule seconde les discours consensuels de ces industriels de la chimie?

"Esso s’inscrit pleinement dans la dynamique du groupe ExxonMobil, réputé comme une référence en matière de gestion des aspects environnementaux."

C'est drôle de la part des responsables de multiples catastrophes (Exxon Valdez en 1989, fuites d'oléoducs et de plateformes pétrolières). 

"Le groupe Bayer est engagé dans la « Convention sur la diversité biologique (CDB) » des Nations Unies et est également acquis à ses objectifs, y compris la conservation de la diversité biologique"

Pour le promoteur du cyanure d'hydrogène et du gaz moutarde, c'est assez cocasse. 

Bref, l'absurdité commence dès qu'une multinationale de la chimie parle de responsabilité sociétale. Le cœur de métier étant l'extraction, la production et la vente de ressources, il n'y a pas de manière propre et responsable de le faire. C'est la même chose pour le monde de la finance et on peut rire devant la charte RSE de HSBC ou celle de BNP Paribas quand on connait leurs implications dans l'évasion fiscale, pour leur propre compte ou pour leurs clients.

"Par son activité, HSBC France contribue au financement de l’économie et à la bonne marche de la société."

"Acteur majeur des produits et services financiers, BNP Paribas a pour objectif d’exercer son métier de manière éthique et responsable."

Cette absurdité peut paraître anodine mais elle témoigne de la perte de sens des mots qui sont employés et de l'absence de scrupules des sociétés. On peut souiller le paysage, polluer la nature, bafouer l'éthique et escroquer le fisc du moment qu'on a exprimé sa profession de foi. Le marketing et l'imaginaire font le reste, le citoyen n'aura plus qu'à répéter cette litanie pour mieux se persuader qu'elle est vraie.

++++++++++++++

Ajout au billet de FACTORY   30 mai 2021

Alerte du site POLLINIS :

De nouvelles études scientifiques viennent de confirmer les craintes des chercheurs de l’Inserm et du CNRS, qui se battent depuis 4 ans (1) pour faire reconnaître la dangerosité d’une classe de fongicides très répandus en Europe – appelés « SDHI » – sur les abeilles, l’environnement et même la santé humaine.

Après les résultats terrifiants obtenus en mars dernier par le chercheur Fabio Sgolastra (2.1), spécialisé en entomologie générale et appliquée au département des Sciences agricoles de l’Université de Bologne, qui ont montré que la mortalité des abeilles domestiques et sauvages exposées au sulfoxaflor, un pesticide au mode de fonctionnement proche des néonicotinoïdes, était décuplée (x10 !) en présence du fluxapyroxad, un fongicide SDHI communément utilisé en Europe… 

… un groupe de chercheurs américains (2.2) vient de démontrer les effets délétères des SDHI contenus dans le pollen des plantes, sur les abeilles à miel et leurs couvains.

Ces études démontrent, une nouvelle fois (3), que les pesticides SDHI sont de dangereux tueurs d’abeilles

… et pourtant, il n’est pas prévu de les retirer du marché, ni de diminuer la quantité astronomique de ces poisons déversée chaque année dans les champs français – plus de 600 tonnes annuelles ! (4)

Pour sonner l’alerte à travers le pays, et répandre le plus largement possible l’avertissement des chercheurs sur ces fongicides toxiques pour quasiment tous les organismes vivants, des insectes aux humains, notre équipe a mis en ligne une page web qui résume très simplement les dangers et les enjeux – pour y accéder, cliquez ici.

► SDHI, UNE BOMBE À RETARDEMENT LÂCHÉE EN PLEINE NATURE

L'INSERM met en évidence de nouvelles pathologies liées aux pesticides  :   https://www.mediapart.fr/journal/france/070721/l-inserm-met-en-evidence-de-nouvelles-pathologies-liees-aux-pesticides

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Kohler : le secrétaire général de l’Élysée est mis en examen
Le bras droit du chef de l’Etat a été mis en examen pour « prise illégale d’intérêts » et placé sous le statut de témoin assisté pour « trafic d’influence », pour avoir caché ses liens familiaux avec le groupe de transport MSC et être intervenu à de multiples reprises en sa faveur. L’Élysée a mis tout en œuvre pour enterrer le dossier.
par Martine Orange
Journal
Guerre en Ukraine : des Français collaborent avec la « justice » de Poutine
Depuis le lancement de l’invasion de l’Ukraine, plusieurs militants français d’extrême droite fabriquent des preuves de crimes de guerre ukrainiens pour un faux tribunal russe.
par Elie Guckert
Journal — Afrique
Burkina Faso : récit d’un putsch sur fond de rejet de la France
Huit mois après avoir pris le pouvoir par la force, le lieutenant-colonel Damiba a été déchu à son tour. Les « néo-putschistes » et des activistes l’ont présenté comme le suppôt de la France afin de mobiliser la jeunesse. Sans cela, ils ne seraient peut-être jamais arrivés à leurs fins.
par Rémi Carayol
Journal
Comment l’exportation de lait et de viande « bas de gamme » démultiplie la catastrophe écologique
Dans un rapport publié mardi 4 octobre, Greenpeace, Oxfam et Réseau Action Climat analysent les conséquences de l’élevage français destiné au marché international. Un désastre environnemental et une concurrence déloyale pour les pays importateurs.
par Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost
Billet de blog
Dernier message de Téhéran
Depuis des années, mon quotidien intime est fait de fils invisibles tendus entre Paris et Téhéran. Ces fils ont toujours été ténus - du temps de Yahoo et AOL déjà, remplacés depuis par Whatsapp, Signal, etc. Depuis les manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa, ces fils se sont, un à un, brisés. Mais juste avant le black out, j'avais reçu ce courrier, écrit pour vous, lecteurs de France.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Appelons un chat un chat !
La révolte qui secoue l'Iran est multi-facettes et englobante. Bourrée de jeunesse et multiethnique, féminine et féministe, libertaire et anti-cléricale. En un mot moderne ! Alors évitons de la réduire à l'une de ces facettes. Soyons aux côtés des iranien.nes. Participons à la marche solidaire, dimanche 2 octobre à 15h - Place de la République.
par moineau persan
Billet de blog
Artistes, écrivains et journalistes iraniens arrêtés
Une traduction de la chanson « Barayé » (Pour...) du chanteur Shervin Hajipour, arrêté le 29 septembre.
par Mathilde Weibel