93. "Retraites sauvées par Macron"...au profit à venir des banquiers.

Au-delà de l'enjeu présent (ajustement automatique sur un nombre de cotisants toujours plus réduit), la réforme préparée est sa capitalisation. Enorme cadeau aux banques, à condition de supprimer deux complexités que les banquiers ne veulent pas gérer : les 40 régimes spéciaux et les reconstitutions de carrière. Macron commence par ces préalables. Le cadeau aux banques se fera après. Sauf blocage

Tous, nous avons compris que l'objectif immédiat est de réduire de 20 % les retraites versées, puis de les réduire automatiquement chaque année suivante. 

Ce sera la rue pour celles et ceux qui ont travaillé à temps partiel ou avec des périodes sans emploi, ou à petits salaires. (Simultanément le gouvernement parle d'unifier donc réduire les minimas sociaux.)

 

Mais en plus, Macron doit remplir la commande pour laquelle sa candidature a été missionnée par la finance : préparer le passage à la retraite par capitalisation, réforme structurelle suivante.

Mais les banquiers ne veulent par s'emm... avec 40 régimes spéciaux, ni à devoir faire les reconstitutions de carrière pour calculer la pension..  D'où le slogan de la retraite "universelle" par points.

Question : Si la réforme passe, qui déterminera le nombre de points acquis chaque mois ou chaque année ? Calculé comment ?   Attrape de dernière minute ? Et que deviendront les demi-pensions du conjoint survivant???

Les banquiers veulent uniquement encaisser les cotisations légales dont ils dicteront le montant aux gouvernements, ainsi que les valeurs du point : prix d'acquisition, et valeur pour calculer la retraite reversée. Qu'ils calculeront de façon à se préserver des "frais de gestion" +++.

Et chacun peut déjà, bien sûr ajouter des cotisations complémentaires pour la "couverture Santé", pour les études des enfants, etc... et pour améliorer la retraite.

Les offres seront abondantes... pour les hauts salaires.

Les volumes reversés seront impossibles à contrôles. Le bénéfice du banquier sera confondu avec les profits réalisés par les fonds de pension qui agissent en vautours sur les Etats.

Ainsi va l'ordre "universel" néolibéral.

Que vive le mouvement social actuel pour stopper un tel effondrement antisocial !

 

https://www.mediapart.fr/journal/france/091219/retraites-blackrock-souffle-ses-conseils-pour-la-capitalisation-l-oreille-du-pouvoir

Le haut-commissaire avait caché ses liens avec les fonds de pension...https://www.mediapart.fr/journal/france/111219/paris-delevoye-tente-une-derniere-fois-de-vendre-son-magnifique-projet-de-societe

https://blogs.mediapart.fr/maxime-combes/blog/111219/retraite-minimale-de-1000-par-mois-cest-deja-inscrit-dans-la-loi-de-2003

Macron "Non le travail n'est pas pénible"...https://blogs.mediapart.fr/violencedutravailcom/blog/111219/les-invisibles

 Le gouvernement a totale confiance en M. Delevoye...( ...malgré les cumuls interdits, défauts de déclarations...)

 

Une réflexion est à mener sur la société, le travail, le temps libre, les initiatives de tous en démocratie. Avant et depuis la rupture néolibérale : rupture culturelle, l'humain créatif ou exécutant en burnout-consommateur décérébré dans des métiers privés de sens pour les travailleurs et pour ceux à qui il est destiné.

Complété le 17 décembre.)

https://www.mediapart.fr/journal/international/020120/en-allemagne-la-retraite-points-accru-la-pauvrete-des-personnes-agees

https://blogs.mediapart.fr/pascal-santoni/blog/220120/la-reforme-des-retraites-est-une-arnaque-inedite

https://www.mediapart.fr/journal/economie/230120/reforme-des-retraites-la-capitalisation-ou-les-fictions-du-financement-de-l-economie

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.