Billet de blog 24 mai 2021

125." Association de malfaiteurs". Les contestations sont criminalisées !

Réunies ce 22 mai à Paris, les associations de solidarité avec le combat du peuple kanak exigent l’abandon des poursuites à l’encontre des militants kanak s'opposant à la cession de l'usine nickel. // A moins de 10 jours du procès de l'"association de malfaiteurs" s'opposant au projet CIGEO à BURE, tribune internationale de 50 organisations. Relaxe pour tous !

michel-lyon
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les inculpations pour "association de malfaiteurs" détournent l'appareil judiciaire pour réprimer la contestation politique, et fuir le débat public sur des actions qui nuisent à l'intérêt public. Multiplication de textes répressif à formulation floue, pour des inculpations fourre-tout sans preuves sur dossiers vides.

Soutien aux inculpés kanaks actuellement à Paris poursuivis en justice en violation des accords de Nouméa, contre la perte de l'usine du Sud.

Soutien aux inculpés de BURE sur un projet dément qui concentre en grande profondeur des tonnes de produits fissiles les plus dangereux dont la sécurité sur des centaines de milliers d'années ne peut évidemment pas être garantie. Leur inculpation a été faite en juillet 2018 suivie d'une mise sous haute surveillance du secteur. Aucun débat national sur le nucléaire et ses déchets les plus dangereux.

RELAXE pour tous !

Aisdpk – Association Information et Soutien aux Droits du Peuple Kanak – :

"Réunies ce jour à Paris, les associations de solidarité avec le combat du peuple kanak en France ont décidé de lancer un appel aux organisations démocratiques, aux syndicats et aux associations pour dénoncer la justice coloniale en Nouvelle Calédonie et exiger l’abandon des poursuites à l’encontre des militants kanak.

Au début du mois de mai, une dizaine de membres de l’Usup (usine du sud-usine pays) ont été placés en garde à vue par le parquet de Nouméa puis inculpés, avec pour accusation principale « association de malfaiteurs ». Que reproche-t-on à ces militants de longue date de la cause environnementale et de l’émancipation du pays ? D’avoir mobilisé en décembre dernier les habitants du Sud (mais aussi de toute la Kanaky Nouvelle-Calédonie), contre la prédation financière à la suite de la cession par la multinationale brésilienne Vale de son usine à Goro.

 Nos associations protestent énergiquement contre cette répression d’État, dans un pays aux portes de l’indépendance. Cette justice rendu au nom du peuple français à Nouméa ne fait que de jeter de l’huile sur le feu, sur un conflit qui avait fait l’objet d’un accord politique en février dernier avec toutes les parties concernées.

Nous appelons donc toutes les associations, partis, syndicats épris de vrai justice et de liberté, à se mobiliser contre la criminalisation des militants en Kanaky Nouvelle-Calédonie et pour l’abandon des poursuites judiciaires à l’encontre de ceux qui n’ont fait que défendent leur terre.

Paris le 22 mai 2021

Solidarité Kanaky

Lire Ici la présentation sur le fond de l'enjeu.  https://blogs.mediapart.fr/aisdpk-kanaky/blog/160121/analyse-de-l-allocution-du-ministre-des-outre-mer-m-lecornu-par-charles-wea

Tribune internationale de 50 organisations 

"BURE : Le malfaiteur, c'est l'Etat nucléaire.

"C’est pour une prétendue « association de malfaiteurs » et une contestation illégale, que sept militant·es de la lutte contre l’Etat nucléaire francais (1) vont comparaître devant le tribunal de Bar-le-Duc (2) en Meuse les 1, 2 et 3 juin 2021.

Elles et ils auraient organisé·es la résistance soit-disant criminelle contre le projet d’enfouissement que l’ANDRA (Agence Nationale pour la gestion des Déchets RAdioactifs) projette de construire dans les communes de Bure et Saudron dans l’Est de la France. Il leur est reproché d’avoir participé à l’organisation d’actions contre le « laboratoire » d’enfouissement de Bure, d’avoir illégalement manifesté, d’être détenteur·ices « d’explosifs » et/ou d’avoir mis à disposition des infrastructures servant aux actions rebelles contre l’ANDRA dans les années 2015 à 2018 (3).

Pourtant, ce n’est pas une démarche démocratique qui accompagne l’idée de cette poubelle irradiante et irréversible. Entre autres faits, plus de 50.000 signatures demandant un référendum sur le dit laboratoire ont été ignorées par le pouvoir politique (4).

C’est à 500 mètres de profondeur sous-terre qu’EDF veut décharger près de 90.000 m³ des déchets les plus nuisibles, produits par une industrie prétendument écologique, économiquement à bout de souffle et, comme en témoignent Windscale, Mayak, Harrisburg, Tchernobyl et Fukushima – pour ne citer que les accidents les plus dévastateurs – dangereuse pour les humains et l’environnement.

La résistance contre CIGEO (Centre Industriel de Stockage Géologique) ayant repris un nouvel élan avec de nombreuses manifestations, actions et occupations au milieu des années 2010 a été rapidement contrée par une surveillance sans précédent: de nombreuses perquisitions, des interdictions de territoire par douzaines, des incarcérations et une violence policière acharnée dans la campagne meusienne se sont enchainées (5). La mise en oeuvre du dispositif technologique et répressif contre l’opinion de la population passe, depuis que la bataille s’est intensifiée dans les années 1990 (6), par des attributions phénoménales de subventions, des pots de vins aux élu.es, une répression sans scrupule et la militarisation de tout un territoire. L’Etat nucléaire francais s’active dans la région avec toutes sortes de projets adjacents allant des archives d’EdF à Houdelaincourt en passant par la maquette de descenderie 1:1 réalisée par POMA à Froncles, à la base de St Dizier et aux laveries nucléaires qui ont échoué à s’installer à Joinville grâce à la mobilisation populaire (7).

La mise en examen d’une dite « bande de malfaiteurs » en juin 2018 vise des personnes engagé·es contre une destruction environnementale accrue, à un moment ou un changement de cap est plus que nécessaire. Pour mettre fin aux mirages extractivistes et à ce mode énergivore d’organisation industrielle de l’énergie sur des bases coloniales, avec des projets impossibles à construire et à sécuriser, il s’agit d’intensifier la lutte écologiste et de mettre fin à la criminalisation à outrance de tout un mouvement (8).

Les sept personnes prévenu⋅es devant le Tribunal de Bar-le-Duc le sont à la place de nous tous.tes. Nous nous solidarisons sans aucune restriction avec toutes celles et ceux qui s’opposent à CIGEO et au monde du nucléaire aujourd’hui (9). Nous condamnons fermement l’injustice faite à tous.tes nos camarades impliqué·es dans la lutte contre ce projet mortifère. Nous demandons la relaxe sans condition et une compensation adéquate pour les préjudices moraux et la privation de liberté de circulation et d’expression subies par nos ami·es ces trois dernières années.

CIGEO ne se fera ni à Bure ni ailleurs! Relaxe et liberté pour les inculpées du procès des 1, 2 et 3 juin !

(1) reporterre.net/Le-nucleaire-conduit-la-France-dans-une-impasse
(2) ldh-france.org/rapport-sur-les-evenements-survenus-a-bure-et-sur-leur-traitement-judiciaire/
(3) sortirdunucleaire.org/1-2-3-JUIN-a-BAR-LE-DUC-contre-Cigeo-le-nucleaire
(4) taz.de/Geplantes-Atommuell-Lager-in-Lothringen/!5176927/
(5) mediapart.fr/journal/dossier/france/bure-nucleaire-et-surveillance-de-masse
(6) seuil.com/ouvrage/bure-la-bataille-du-nucleaire-gaspard-d-allens/9782021377095
(7) burestop.free.fr/spip/spip.php?rubrique19
(8) linksunten.indymedia.org/archiv/orte/1093/index.html
(9) bureburebure.info/groupes/

++++++++++++++++++++++++

Lire dans Politis du 2 juin 2021

Le procès en appel des « 7 de Briançon »

s’est ouvert à Grenoble ce 27 mai . Dans la région de Briançon, des milliers de candidats au refuge transitent chaque année sur des sentiers en altitude pour éviter d’être arrêtés et refoulés en Italie. Un refoulement illégal, car les policiers ne prennent pas en considération les demandes d’asile ou la minorité des personnes.

Le même harcèlement judiciaire.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis