Belab
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

L'escarbille

Suivi par 61 abonnés

Billet de blog 8 déc. 2021

Pour « l’honneur et la vraie justice ». (II)

Epinglons quelques mensonges du moment . Usons de l'Histoire comparée

Belab
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

2) Attelons-nous à décortiquer les derniers mensonges.

À la traîne de Monsieur Éric Zemmour - lui suçant la roue, comme disent les cyclistes, avec ou sans dégoût - arrive une palanquée d’hommes et de femmes politiques qui nous déclarent : « l’Algérie, c’est la France qui l’a faite… à preuve, son nom a été forgé par la France, ses frontières ont été façonnées par la France, et la France prit le relais du colonialisme turc pour le plus grand bien des indigènes ».

Quant à ce dernier point, qui émaillait déjà les discours du lobby « coloniste », en 1830, les historiens, tels que Ch. A. Julien, Louis Massignon, Stéphane Gsell et les autres, ont montré l’ineptie de cette comparaison. Le régime impulsé par les frères Barberousse et adoubé de loin par la Sublime Porte, exploitait l’Algérie par le biais des tribus du Makhzen. C’était donc une gouvernance informelle. Aussi, les Turcs n’ont eu, à aucun moment, à saccager les structures tribales, socio-culturelles et religieuses du pays (3 millions d’habitants environ).  Leur dominance ressemblait plus à celle de Lyautey sur le Maroc ; avec cependant une différence de taille : le tribalisme marocain était mu par une force centripète centrée sur le Roi (auquel revenait le dernier mot), alors que le tribalisme algérien, lui, ne parlait pas d’une seule voix.  En effet, seules les tribus dites du Makhzen gravitaient autour du pouvoir turc ; les autres essayaient de s’en éloigner. En 1830, du fait des difficultés économiques, le mouvement général était clairement centrifuge.

L’Algérie française était, elle, une colonie de peuplement. Bon gré, mal gré, les indigènes devaient se plier et céder la place aux colons. Les révoltes et les répressions s’étaient succédé dans une interminable litanie de sanglots et de plaintes. Les tribus récalcitrantes étaient décimées ; ce fut, par exemple, le cas des Kroumirs (après leur défaite à la bataille d’Ichiredenne). La spoliation des terres ne s’arrêta que sous le gouvernorat général du socialiste Maurice Violette, à la fin des années 20.

Dans leur élan, galvanisés par l’exploit de M. Macron à l’assaut du « moulin-à-vent » Téboune, nos maîtres-à-penser du moment ont fait feu de tout bois. En véritables bonimenteurs de la foire d’empoigne cathodique, on les a vus hanter les plateaux de télévision et les studios des radios, délivrant, à qui veut les entendre, leurs « trouvailles » du moment. Surjouant l’indignation, ils ont martelé que l’hymne algérien, dans son troisième couplet, insulte et menace la France. C’est là un procédé mesquin étayé par des mensonges puérils.

J’en tremble pour l’hymne français : Rouget de L’Isle, lui aussi, vous a de ces idées pour irriguer nos sillons (du sang impur des Anglais, des Prussiens, des Autrichiens etc…)

  1. Thierry Mariani, M. Hervouët (journaliste) et bien d’autres, ont déclaré récemment que l’hymne algérien est le seul hymne au monde qui attaque directement un autre état.

Soit. Démontrons que l’hymne algérien, d’une part n’est pas le seul hymne à interpeller le colonisateur et, d’autre part qu’il n’insulte aucunement la France ni ne la menace.

Regardons autour de nous. L’hymne italien ne se propose-t-il pas de « plumer » l’Aigle autrichien ?

Remettons chaque chose à sa place afin d’exposer l’obscénité et la bassesse d’une entreprise de sape ,qui, en réalité, vise les boucs émissaires de nos banlieues. Nous sommes en présence d’une affaire franco-française, une affaire intérieure donc, qui, montée en épingle, tourne au pseudo-contentieux international : « c’est, encore une fois, l’arabe qui vient cacher la forêt » dirait le « Gone du chaaba » [1].

Sur le fond. L’hymne français, l’hymne italien et l’hymne algérien ont débuté leur carrière respective comme chants de guerre.

L’hymne français fut écrit, paroles et musique, en 1792, par Rouget de l’Isle qui le baptisa « chant de guerre de l’Armée du Rhin ». Il fut adopté aussitôt par les   sans-culottes marseillais appelés en soutien à Paris lors de l’insurrection du 10 août de la même année. C’est ainsi que les Parisiens l’appelèrent « la Marseillaise ».  Il devint l’hymne national sous la Première République puis connut une éclipse sous la Restauration. La Troisième République naissante le bombarda derechef hymne national (en 1879) ; il le demeura.  Eu égard à l’agressivité du texte, le Président Giscard-d ’Estaing essaya bien de le changer, mais en vain.

L’hymne algérien, adopté par la République algérienne en 1963, est également un héritage, (comme du reste son drapeau « emprunté » au PPA /MTLD de Messali Hadj). Le poème écrit par Moufdi Zakaria (une commande de Abane Ramdane, congrès de la Soummam) fut mis en musique par le compositeur égyptien, Mohamed Faouzi en 1957/58. Il devint chant de guerre d’un FLN aux abois. Les Djounouds s’en saisirent rapidement, les scouts l’adoptèrent ensuite. Ce chant de guerre eut la vertu de galvaniser les masses et de les agréger autour d’un FLN dont l’aura avait été passablement ternie par sa lutte fratricide contre le MNA et qui se trouvait en butte à une traque implacable de l’Armée française.

Rappelons que ce chant de guerre s’intitule « KASSAMANE », « je fais le serment » ; les différents couplets précisent au nom de quoi ce serment est scellé et esquissent l’objectif escompté : la libération de l’Algérie.

 Le troisième couplet, ainsi incriminé par nos divas du PAF, stipule textuellement :

   Oh France, le temps des palabres est révolu/ Nous l’avons clos comme on ferme un livre/ Oh France voici le jour où il te faut rendre des comptes / Prépare-toi ! voici / Notre réponse / Le verdict, notre / Révolution le rendra / Car nous avons décidé que l’Algérie vivra / Témoignez-en / Témoignez-en /Témoignez-en.

Rappelons que ce serment a été tenu : le colonisateur français, aux « dernières nouvelles », a quitté l’Algérie. Dès lors qu’une menace est bornée, planifiée puis réalisée, mon ami Fabien vous dirait que c’est un essai transformé. Ledit verdict en question, c’est l’indépendance de l’Algérie. Or cette dernière a été proclamée le 05 juillet 1962.  C’est déjà du passé.  Où réside donc la menace pour l’avenir agitée par les divas du P.A.F. ?

Uniquement dans la tête de ceux qui ont besoin d’étayer leur propagande, afin d’arrimer plus étroitement l’électorat des nostalgiques de l’Algérie Française. En attendant, ils sèment la division et chauffent à blanc une partie de l’opinion nationale.

[1]. Azouz Begag, Le gone du Chaâba, Paris, Le Seuil ,1986.

La suite dans le prochain épisode.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal — Médias
« Le Monde » : Matthieu Pigasse vend la moitié de ses parts à Xavier Niel
Après avoir cédé 49 % de ses parts en 2019 au milliardaire tchèque Daniel Kretinsky, le banquier en cède à nouveau 49 % au patron de Free, qui devient l’actionnaire dominant du groupe de presse. En situation financière difficile, Matthieu Pigasse ne garde qu’une participation symbolique.
par Laurent Mauduit
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès
Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes