Belab
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

L'escarbille

Suivi par 61 abonnés

Billet de blog 10 févr. 2020

Les « sniffeurs de fondements » sont-ils de retour ?

L’approche des élections le laisse croire.

Belab
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.


Une gamine de 16 ans, excipant de son « droit au blasphème », surfe sur 30 ans d’islamophobie, elle-même campée sur notre amour-haine ancestral de nos « ex-sujet et ex-compatriote » d’Algérie. Chère Mila, on blasphème quand on outrage la divinité et la religion dominante de son pays, et/ou celle de sa propre famille et de ses aïeux ; joindre ses aboiements à ceux de la meute aux trousses, de l’Islam de France aujourd’hui, du judaïsme hier, me semble tenir de la lâcheté. Lâcheté qui, du reste, déchaîne contre elle des torrents de lâcheté en retour, via le net. Où est l’intérêt ?

C’est vrai, l’islam essentialisé par les Caroline Fourest, les Elisabeth Badinter, les Finkielkraut, les Zemmour, a quitté les « prime time »et les Unes des journaux (même celles de Marianne, c’est vous dire combien ce filon est épuisé !), les SHAF et les hommes et femmes politiques qui s’étaient gavés de la fange des tourbières islamistes, tentent désespérément d’entretenir leur fermentation. Ils en sont arrivés à « renifler » le sillage d’une gamine de 16 ans, lui faisant croire que ses propos sont sensés et expriment la quintessence de la liberté de conscience. Non, la liberté de conscience de Mila s’arrête là où commence celle de Djemila, de Tsébora, et de Marie et réciproquement – c’est la Loi, c’est la Constitution et c’est le savoir-vivre.

Je viens de revoir l’interview de Mila, la nouvelle passionaria du « droit de blasphème », une jolie gamine, magnifique de santé et d’insolence, qui a oublié d’être bête : elle profite de son passage pour promouvoir son talent de chanteuse – le « buzz » qu’elle a impulsé ne vise-t-il pas à nourrir cette promotion ?

J’ai pour ma part de l’indulgence pour les fautes de l’adolescence ; je ne joindrai donc pas mes aboiements à ceux de la meute d’en face, aux trousses de Mila. J’ai une tendresse pour la jeunesse désobéissante sans avoir le syndrome de la lolita (du reste, sur ce plan, mon âge ne me laisse plus que des souvenirs). À ce propos, une vision surgit du fond de ma mémoire, celle de Myriam, une petite fille, un garçon manqué, qui donnait volontiers dans la provocation et l’insolence. Elle crachait et disait des gros mots ; elle faisait pipi debout, générant ainsi des cratères dans la poussière du chemin de la plage et des volcans dans mon imagination de pré-adolescent boutonneux et timoré. La liberté de Myriam l’a détruite : « elle faisait peur aux braves gens » disait grand-père. Je ne souhaite pas sa fin à Mila.

Pour aider Mila à comprendre les tenants et aboutissants de la dynamique coupable dans les rouages de laquelle elle vient de mettre le doigt, je la renvoie à mes précédents articles.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
A Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait
Journal — Asie
« Une grande purge est en cours à Hong Kong »
Militant hongkongais des droits des travailleurs, Au Loong-Yu réside temporairement à Londres, alors que sa ville, région semi-autonome de la Chine, subit une vaste répression qui réduit la société civile au silence. Auteur de « Hong Kong en révolte », un ouvrage sur les mobilisations démocratiques de 2019, cet auteur marxiste est sévère avec ceux qui, à gauche, célèbrent le régime totalitaire de Pékin. 
par François Bougon
Journal — France
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
Face à Mediapart : Fabien Roussel, candidat du PCF à la présidentielle
Ce soir, un invité face à la rédaction de Mediapart : Fabien Roussel, candidat du Parti communiste français à la présidentielle. Et le reportage de Sarah Brethes et Nassim Gomri auprès de proches des personnes disparues lors du naufrage au large de Calais.  
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B