Quelle hécatombe, si le ridicule tuait …

Comme M. Finkielkraut, M. Éric Zemmour, autre « voileux » du canal Saint Martin chevauchant une furie cap-hornière, se répand dans les médias

 

Quelle hécatombe, si le ridicule tuait

 Comme M. Finkielkraut, M. Éric Zemmour, autre « voileux » du canal Saint Martin chevauchant une furie cap-hornière, se répand dans les  médiashttp://www.arretsurimages.net/articles/2016-09-10/700-signalements-au-CSA-apres-une-interview-de-Zemmour-sur-France-5-id9065  .

 Dans l’émission « C à vous », sur la 5, présentée par Mme Sophie Lapix, M. Zemmour déclare. http://www.lebreviairedespatriotes.fr/07/09/2016/eric-zemmour-actu/eric-zemmour-un-bon-musulman-pour-nous-est-un-mauvais-musulman-pour-lislam/  : « L’islam se constitue dès le début dans la guerre. Ça c’est sûr, c’est l’Histoire qui le raconte. ». Citant Voltaire«  l’Islam est un réchauffé du judaïsme », c’est-à-dire une orthopraxie, une pratique qui s’occupe de la vie des gens, «  sauf que le judaïsme est sorti de cette orthopraxie par la discussion, la  disputation, par le Talmud ».

 Manifestement,  M. Zemmour ne connaît rien, ni au judaïsme ni à l’Islam. Sinon, il saurait que le Talmud est toujours une orthopraxie et que le Fiqh, son cadet, qui lui ressemble sur le fond et bien souvent sur la forme, ne l’est pas moins. Et, quand on ne connaît rien, surtout en un tel contexte social, on n’ouvre pas la « goule au grand » ni «  hucher trop haou», comme  disait  grand-mère, la bretonne, au risque de blesser  les uns et les autres et finir  par impacter la vie de tous les innocents : c’est le seuil liminaire de la responsabilité et de la respectabilité.

 L’Islam est aussi judaïsme et christianisme, il se voulait la synthèse et le sceau final des religions. Présomptueux ou pas, c’est l’affaire des musulmans. Qu’est-ce qui vous étonne dans le fait que ces deux religions, issues du même creuset, se ressemblent ?  Vos apôtres, M.Zemmour, et ceux des musulmans ne sont-ils pas les mêmes, exactement ? Par ailleurs, l’Islam ne met-il pas Jésus au sommet du « panthéon monothéiste », supérieur même à Mahomet -qui lui n’est qu’un homme parmi les autres hommes ? Le Christ n’est-il pas l’élu, qui revient lors de la Parousie ? L’Islam  ne se livre-t-il pas à un véritable culte Marial ?

 Mme Lapix hasarde  une esquisse : « Il y a aussi une grande violence dans la Bible, des appels au meurtre »  «C’est très bien que vous me posiez cette question » acquiesce le sieur Zemmour, endiguant au pied levé, désespérément.  «  Ne confondez pas l’Ancien et le Nouveau Testament ».

 L’homme est là pour casser du musulman, tant pis pour l’ancien testament, la Thora de ses propres ancêtres juifs- laquelle est remplis d’horreur, du reste, l’œil pour œil se le dispute au crâne de l’enfant d’Irak fracassé sur le rocher. Mais tout le monde comprendra que « Paris vaut bien une messe » : n’est-il pas là, aussi,  pour vendre, aux « gentils », son livre ?

 Et puis,  « La Lapix » ne va tout de même pas lui casser son château de cartes en lui mettant sur la table la lettre N° 13 de Saint-Augustin à Vincentus, évêque donatiste, ni en exposant au grand jour la théorie de la guerre sainte telle qu’elle y est détaillée ?

  En effet, la Guerre Sainte, mise en application contre les donatistes, les musulmans, les cathares, les bogomiles, les dolciniens, les vaudois, les protestants, a été théorisée par Saint-Augustin lui-même. Eh, oui ! La Guerre Sainte est d’abord une affaire chrétienne, elle n’est devenue musulmane que par la falsification éhontée du mot Djihad.

 Mais, tout le monde aura compris, bien sûr, le sens de cette caresse, de ce trésor de bonne volonté que figure ce coup de langue circulaire au fondement du monde chrétien. M. Zemmour a la guerre sainte qu’il peut. En outre, on n’attrape pas les mouches avec du vinaigre.

 L’homme, tout à son filon, ajoute, sans s’embarrasser d’une  quelconque prudence : « Dans le Coran, les juifs et les chrétiens, c’est ceux qu’on doit égorger et c’est ceux que Mahomet égorge. Or Mahomet est l’homme parfait dans le Coran, pour l’islam c’est l’homme parfait qu’on doit imiter. Les djihadistes imitent Mahomet. »  Quel  Coran  avez-vous  lu  M. Zemmour ? Ou alors dites-nous dans quel contexte se sont déroulés les faits, objets de vos éructations. Quand  des  implications  fantaisistes  virent  à  l’équivalence   logique outrancière, ça ne laisse guère de place au respect du lecteur ou de l’auditeur.

 L’homme, à l’évidence, appelle de tous ses vœux une nouvelle Saint-Barthélemy ; au musulman l’honneur de remplacer le protestant.

 Mme Esther Ben Bassa, juive comme M. Zemmour- moins  la  haine toutefois - doctorante, a eu pour sujet de thèse «  Rabbi Haïm Nahum » ; elle pourra éclairer son coreligionnaire mieux que moi. C’est vrai, au   temps de Rabbi Haïm Nahum, le  conflit  israélo-palestinien n’existait  pas  encore, le  sionisme des sicaires Zemmour  et  Finkielkraut était encore embryonnaire, la loi Balfour non encore promulguée et les juifs avaient d’autres ennemis que les musulmans.

 Avec la volonté farouche de  gommer  tout ce qu’il y a de positif dans l’Islam, ses ennemis de toujours n’hésitent aucunement à crier, à propos du statut de Dhimmi, à la ségrégation. Soyons justes,en des temps où l’Europe chrétienne courait sus à toutes les différences religieuses, comme il a été dit ci-dessus, ce statut de Dhimmi permettait aux gens du livre (Fiqh, Sunna, tome 2 p. 382, tome 4 p. 167)  chrétiens, juifs,  et Zoroastriens de pratiquer librement leurs cultes. Les Dhimmis  payaient, certes, un impôt supplémentaire mais uniquement parce qu’ils étaient exonérés de porter les armes en temps de guerre. Je m’en remets, en toute confiance, au savoir de Mme la Sénatrice  Esther Ben Bassa ; qu’elle nous éclaire par exemple sur la position de Rabbi Haïm Nahum quant à ce  statut de Dhimmi.

 Les Juifs et les Chrétiens étaient déjà contractuellement Ahl el Dhimma depuis les derniers temps de Mahomet ; les zoroastriens ont été ajoutés à ce Concordat, comme gens du livre eux aussi, sous le Khalifat d’Omar.

 Savez-vous que, jusqu’à des temps récents,  les juifs n’avaient pas le droit de posséder des terres  .Dans les contrées musulmanes, ils l’avaient, ce droit : vos ancêtres Berbères  le confirment, M. Zemmour, rendez-leur justice.

 S’il vous faut impérativement juger l’Islam d’hier, soyez moralement élégant : jugez- le à une  aune commune  qui embrasserait, également,  les religions concurrentes

 Dans cette émission, sur la 5, M. Zemmour, sûr de l’impunité, hausse son discours d’un cran, il verse carrément dans  le  pousse-au-crime.  « Il faut leur donner le  choix entre l’islam  et la France. S’ils  sont  français, ils doivent se détacher de ce qu’est leur religion. Par exemple, donner un prénom qui n’est pas un prénom français à ses enfants, c’est vouloir continuer l’identité islamique et c’est vouloir transformer la France en un pays de plus en plus musulman. »

 Votre prénom,  Éric, est un prénom français bien sûr, mais viking d’origine ; votre nom de famille, Zemmour, est un nom français tout également, mais d’origine berbère arabisé d’Algérie .Pourquoi Malik, Soraya et les autres seraient-ils moins français ? M. Zemmour, avez-vous choisi entre votre judaïté et la France ? Etre juif n’a jamais empêché un juif d’être français, n’est-ce pas ? Honte à vous M. Zemmour !

 C’est  bizarre, je  n’ai  pas  vu  notre  Premier Ministre sortir le « tout de même » de l’indigné. (Il y a comme une entrave, pour voir la vidéo il faut aller d’abord sur YouTube puis copier-coller https://youtu.be/vG9Ayybz_Uo)

 Ce que J’écrivais hier à M. Finkielkraut, sioniste notoire, comme vous, vous va comme un gant : « Essentialisme  et Differentialisme sont les « deux mamelles » de  votre credo .Mais d’autres, avant vous, ont emprunté  ce chemin, mal leur en prit. L’Histoire «rebat les cartes » et chaque époque a son bouc émissaire .Ce qui est stupéfiant  dans cette affaire, c’est que ce soit vous qui ouvriez ce chemin malsain : parce que juifs, vous me sembliez être « vacciné  contre ce chancre ». « Vous protestez sempiternellement de votre  loyauté envers la France, mais vous n’avez de cesse que d’exacerber ses problèmes ».Pour quelle écurie courez –vous, M. Zemmour ?

 « En 1934, au congrès de Nuremberg, Hanfstaengl, chef du bureau de la Presse étrangère du parti nazi, dans une déclaration officielle destinée à l’étranger  déclarait : « les principes racistes [de la doctrine nazie] n’étaient  que  la  consécration  d’une  expérience faite par le monde depuis 3000 ans, avec le problème juif »

 Privée de ce « problème juif », de l’avis même des cadres nazis, leur doctrine perdrait donc sa raison d’être. Ce   « problème juif »  s’invitait dans les discours, dans les conversations de chaque jour, au restaurant, dans les cafés et même dans les familles. Non seulement la « question juive » était devenue, chez les Allemands, une monomanie mais en sus elle exaltait leur sentiment national : dieu merci, ils n’étaient pas juifs, eux. »SOURCE : Anton Van Miller in, «  La Nation de la Mort » (Edition le droit de vivre, Paris, 1938)

 Somme toute, messieurs mes contemporains, vous ne faites que remplacer  le mot Juif par le mot Musulman.

 « Hitler, chantre de la croyance aryenne, explique  cette dernière dans « Mein Kampf » ainsi: «  il n’est qu’un droit sacré pour l’homme et ce droit est en même temps son devoir le plus sacré : garder un sang pur, afin de préserver la fleur de l’humanité et lui ouvrir ainsi la voie d’une noble évolution (…)  il existe une race aryenne homogène. Elle seule représente la culture (…)  Conquérant, l’Aryen soumit les hommes de races inférieures (…) et régla ensuite (…).leurs activités politiques, sous ses ordres, à son gré, aux mieux de son intérêt(…) .Dès que les vaincus cherchèrent, eux aussi, à s’élever et qu’ils s’élevèrent à la hauteur du conquérant par le langage, la stricte séparation entre le maître et l’esclave tomba. L’Aryen renonça à la  pureté de son sang (…) sombra dans le mélange des races et perdit, à la longue, de plus en plus sa faculté culturelle jusqu’au jour où il finit par ressembler davantage aux indigènes »  Ainsi donc, un seul crime est impardonnable : la souillure du sang aryen par son mélange avec celui des races inférieures. Ce mélange de races est  le danger qui menace et qui déjà a commencé à détruire  la culture «  œuvre partout et toujours  de création Aryenne  porteuse de la lumière ». Les autres races, que ce soient les premiers indigènes d’Europe, les Sémites, les mongols ou les noirs, ont tout avantage à se soumettre, de plein gré à la race aryenne, seule capable de les conduire.

 « Mein Kampf », déjà un succès de librairie, a en plus été distribué à chaque membre de la Reichswehr et des camps de travail   , aux milices brunes et noires et à chaque couple, le jour du mariage comme étant le symbole sacré de la nouvelle foi allemande. 

 Ce passage, ainsi résumé ci-dessus, est également emprunté à  Anton Van Miller( in, «  La Nation de la Mort » (Edition le droit de vivre, Paris, 1938)

 Notons que beaucoup d’Allemands n’étaient pas dupes du grossier montage qui s’opérait sous leurs yeux ; leurs bons mots finissaient par les entraîner dans les camps de travail : « pour être aryen  » disaient-ils, « pour être Aryen que faut-il ? Etre blond comme Hitler, grand comme Goebbels,  et un mâle comme Röhm ».

 Dérision que l’arianisme vu par Hitler, n’est-ce pas ? Ces inepties  ont été  les germes d’une effroyable moisson de vies humaines.

 Le côté hilarant de cette histoire, c’est que nous sommes devant une gigantesque escroquerie intellectuelle. L’arianisme est un schisme  chrétien, qui porte le nom de son créateur Arius, un berbère libyque ayant vécu à Alexandrie au 4ième siècle. L’Arianisme est schématiquement une doctrine qui proclame que  Dieu est un; qu’il n’est pas engendré et qu’il n’engendre pas ; qu’il est créateur du ciel et de la terre, qu’il  inspire le logos, le Christ – fils de l’homme- qui n’est qu’une créature, certes parfaite mais mortelle.

 A l’évidence, Arius ressemble plus à feu Kadhafi  qu’à un nordique, façon Herman Goering.  Par quel Miracle a–t-on  réussi à faire croire à des Allemands – peuple industrieux et réfléchi  qui en temps normal ne se distingue aucunement par ce crétinisme foncièrement notoire – qu’être aryen c’est être, grand, blond et avoir les yeux bleus?

 C’est l’effet de meute qui en est responsable. Il fait appel  quasi exclusivement à notre cerveau primaire, siège de nos pulsions. L’individu lambda , qu’il soit allemand ,français , américain , algérien ou chinois, qui ,au quotidien , mène sa vie « en bon père de famille » , mis dans une foule ,voit  son pouvoir de ségrégation se réduire  et à la longue s’anéantir. C’est ce qui nous attend.                 

                                                                                                                                        Belab.

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.