Belab
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

L'escarbille

Suivi par 62 abonnés

Billet de blog 15 oct. 2016

Affreux, sale et méchant

les droits des citoyens - tous les citoyens, fussent-ils musulmans - sont garantis par la Constitution et la loi du 9 décembre 1905 et pas seulement par les « traités existants », comme tente de nous l’encanuler M. Sicard

Belab
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

le figaro titre:« Sondage du JDD sur l’islam, renoncer à la France indivisible ou sortir de la CEDH ».

A la lecture de ce sondage, on reste pantois devant les conclusions du Figaro. 

Faites-vous une opinion : allez à la source.http://www.lejdd.fr/Societe/Religion/Religion-famille-societe-qui-sont-vraiment-les-musulmans-de-France-810217

Pendant neuf mois, l’Institut Montaigne  a fait interroger la population musulmane sur des dizaines de points, sous le contrôle scientifique d’Antoine Jardin, docteur en sciences politiques et ingénieur de recherche au CNRS. On peut le résumer ainsi :

Religion : 66 % pensent que la laïcité permet de pratiquer librement, 84 % considèrent que la foi est d'ordre privé        

Famille : 75 % pensent qu'il est normal que la polygamie soit interdite en France, 59 % pensent qu'une femme doit pouvoir choisir librement d'avorter                                                                                                                                                                  

Société : 82 % estiment qu'il y a trop d'impôts, 74 % considèrent qu'il y a trop d'inégalités sociales ,38%   se sentent plus discriminés qu'avant les attentats de 2015,                                                                                                                                 

Politique : 45 % ne se situent ni à droite ni à gauche, 30 % à gauche, 18 % à droite ,47 % pensent possible qu'un Français de culture musulmane puisse devenir président dans les dix ans à venir.Pour la présidentielle de 2017, un musulman sur deux seulement se dit certain d'aller voter (contre 62% de l'ensemble des Français)

 Claude Sicard , le figaro du 19/09/2016,lui, ne l’entend pas de cette oreille et titre« Sondage du JDD sur l'islam : renoncer à la France indivisible ou sortir de la CEDH »http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2016/09/19/31003-20160919ARTFIG00327-sondage-du-jdd-sur-l-islam-renoncer-a-la-france-indivisible-ou-sortir-de-la-cedh.php

L’enquête montre que  les musulmans se disent «  "sécularisés" (46%), totalement laïques même lorsque la religion occupe une place importante dans leur vie. Ensuite, "islamic pride" (fiers de leur religion, 25%), qui se définissent avant tout comme musulmans et revendiquent l'expression de leur foi dans l'espace public, mais rejettent le niqab et la polygamie. Ils respectent la laïcité et les lois de la République ».

 L’enquête conclut donc qu’un total de  71 % des musulmans sont irréprochables car laïques et respectent les lois de la République, rejettent le niqab et la polygamie, en peu de mots : ces musulmans  se dissolvent  dans la communauté nationale

Claude Sicard, lui, voit, malgré cela, que  « L'islam ne cesse de gagner du terrain en France et les communautés musulmanes rechignent, on le voit bien (sic !), à se dissoudre dans la communauté nationale, désirant conserver pleinement leur identité ».

 Claude Sicard, tout à son autisme, poursuit : «  Les musulmans, même devenus Français, comme c'est le cas pour la majorité d'entre eux, estiment, au nom des traités existants, et en particulier au nom de la Convention Européenne des Droits de l'Homme, avoir parfaitement le droit de conserver leur identité dans la durée. Ils refusent donc, dans leur très grande majorité, la politique française d' «assimilation» qui est traditionnellement celle de la République Française depuis le début de son existence, une République une et indivisible ».

 La République  « une et indivisible »  n’est  pas  aussi  ondoyante et versatile que ne le laisse supposer M.  Sicard. La Constitution de 1958 http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/la-constitution/la-constitution-du-4-octobre-1958/texte-integral-de-la-constitution-du-4-octobre-1958-en-vigueur.5074.html stipule, dans son préambule : « Le peuple français proclame solennellement son attachement aux Droits de l'Homme et aux principes de la souveraineté nationale tels qu'ils ont été définis par la Déclaration de 1789, confirmée et complétée par le préambule de la Constitution de 1946,(…) »

 Dans son article premier, elle déclare : « la France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances(…) ».

 La laïcité, ainsi proclamée constitutionnellement, est bornée par la loi de décembre 1905.https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000508749

   Ainsi donc, les droits des citoyens - tous les citoyens, fussent-ils musulmans -sont garantis par la Constitution et la loi du 9 décembre 1905 et pas seulement par  les «   traités existants », comme tente de  nous l’encanuler M. Sicard.

Ce dernier sera déçu d’apprendre que l’Article 55 de la Constitution de 1958, sans équivoque,  déclare : « Les traités ou accords régulièrement ratifiés ou approuvés ont, dès leur publication, une autorité supérieure à celle des lois (…)». On revient toujours à la Constitution : ôter une pierre à son édifice et tout s’écroule.

 Pour le reste, ceux qui connaissent l’Histoire ont dû bien se divertir : M. Sicard  garde un excellent souvenir des images d’Epinal de son enfance.

 On sent, tout de même, l’homme travaillé par une plaie purulente  au cœur. Ne va-t-il pas jusqu’à occire d’un trait vengeur le Conseil de l’Europe, qui, à ses yeux, non content d’être  « chargé de veiller au respect de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme de 1948, lutte en permanence contre l'islamophobie ».

 « Quel scandale, en effet ! » dirait, aussi, Mme Le Pen !

 Mais ce n’est pas tout. M. Sicard, positivement choqué par l’outrecuidance supposée de cette institution, au paroxysme de l’indignation, déclare : «  dans sa  surprenante Résolution 1743 de 2010, par exemple, cet organisme dit: «Les musulmans ont le sentiment d'être exclus de la société: ils sont victimes de stéréotypes. L'assemblée du Parlement Européen rappelle que la discrimination envers les musulmans est inacceptable et doit être combattue: les musulmans sont chez eux en Europe».

 M. Sicard est, effectivement, surprenant de candeur.

 Ce  qui explique que notre pays  soit pris pour cible favorite des djihadistes, ce n’est pas la spoliation des derniers Mérovingiens par les premiers Carolingiens , ni les Croisades, ni le siège de Vienne, ni même la Guerre d’Algérie, c’est notre politique extérieure récente, alignée derrière celle des Etats-Unis,  depuis que  Sarkozy a décidé de ramener la France à l’OTAN.  Nos compatriotes sont présents partout dans le monde – et dans les pays musulmans aussi- ils vous diront que pendant la présidence Chirac encore, le Français était accueilli avec sympathie (même en Algérie, où le discours de Villepin, à l’ONU, rencontrait la même ferveur qu’un poème d’Abou El Kassem El Chabbi) et que  l’image de marque de la France a été, pour le moins, abîmée depuis. 

Le billet de M. Sicard est discriminatoire et relève de  l’article 225-1 du Code Pénal.

                                                                                                                                                      Belab.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal — États-Unis
Dans le Missouri, l’avortement a déjà presque disparu
En juin prochain, la Cour suprême des États-Unis abrogera probablement l’arrêt « Roe v. Wade », qui a fait de l’accès à l’IVG un droit constitutionnel. Mais dans le Missouri, État conservateur du Midwest, cela fait des années que les interruptions volontaires de grossesse se réduisent à peau de chagrin.
par Alexis Buisson
Journal — Violences conjugales
Johnny Depp/Amber Heard : un risque que les procès en diffamation sapent #MeToo
Le procès en diffamation qui oppose depuis plusieurs semaines Johnny Depp à son ex-épouse, l’actrice Amber Heard, ne cesse de susciter le malaise. Outre le côté spectacle, la diffamation apparaît ici détournée de son objectif premier. Au risque de bâillonner de potentielles victimes dans d’autres affaires. 
par Patricia Neves
Journal — International
« Sauver l’Amérique », huit ans dans les pas de ceux qui prêchent l’intolérance
Qui sont ces prédicateurs qui tentent d’imposer leur radicalisation religieuse aux États-Unis ? Qui parviennent, alors qu’une majorité d’Américains soutiennent l’IVG, à guider le bras de la Cour suprême dans un projet de décision très défavorable au droit constitutionnel à l’avortement ? Thomas Haley a suivi l’un d’entre eux, filmant ses prêches, ses actions, sa vie de famille. Glaçant.
par Thomas Haley

La sélection du Club

Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes
Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud,
par Pierre Sassier
Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement