De Caroline de Haas à Marcel Nuss

La colonne de Une du Club a été marquée cette semaine par le retour en force des billets politiques, dans toutes leurs diversités. Vous pourrez toujours me rétorquer que ce n’est pas un fait nouveau, qu’ils font partie de l’ADN du Club, qu’ils ouvrent à discussions, à engueulades ou à controverses. Néanmoins, la fréquence de production a augmenté. Et les commentaires aussi.

Dans cette sélection, nous aurions pu retenir les billets du député de Gironde Noel Mamère dans son «Pépère n’est pas tonton» ou celui de Claude Lelièvre sur «Les républicains, le culte du chef». Finalement, nous vous proposons de revenir sur les articles qui ont été le plus vus et commentés.

Ancienne collaboratrice de Benoît Hamon, fondatrice d’Osez le féminisme!, ex-conseillère de Najat Vallaud-Belkacem au ministère du droit des femmes, Caroline de Haas, féministe engagée, chef de file de la pétition contre la loi travail devient directrice de campagne de la candidate écologiste Cécile Duflot. Deux déçues du Hollandisme qui construisent un binôme pour tenter de remporter la primaire d’Europe Ecologie-les Verts en vue de la présidentielle de 2017. Selon l’intéressée, tout est cohérent comme elle l’explique dans un billet de blog intitulé «Demain nous appartient».

134 commentaires pour seulement 16 recommandés et un fil de commentaires dans lequel celle qui personnalisait la révolte citoyenne se voit affubler de qualificatifs enrobés de compromission et de déception. Jusqu’à ce commentaire de Ste Malice : «L'AG citoyenne pour troller la présidentielle on en fait quoi? Du coup votre projet de pirater 2017, c'était vraiment du flan... !!» qui résume un sentiment général. Et pour en parler avec justesse Thomas Coutrot, ex porte-parole d’ATTAC et membre des Economistes atterrés. Dans une lettre, mesurée dans le ton mais précise sur les faits, l’économiste rappelle : « C'est pour répondre à ces questions [Comment éviter la confiscation de notre parole lors de ce moment clé ? Comment donner un prolongement actif à ce pouvoir citoyen qui a émergé de la société en ce printemps 2016 ? ] que nous avons organisé ensemble le 5 juillet, avec des militant.e.s de divers horizons et le soutien de Médiapart, une première « AG citoyenne » où nous avons proposé de « pirater 2017 » (« première AG citoyenne » en direct sur Médiapart).»

Au hit parade des billets qui ont été très visités, celui de Ludivine Bantigny qui répond au titre évocateur de «Non François Hollande : ne vous en déplaise nous ne vivons pas ensemble». Une étude de texte du discours sur «la démocratie face au terrorisme» de Hollande prononcé le 8 septembre à Paris. Un oral décrypté par notre blogueuse historienne qui engendre moults commentaires, tous du même tonneau, celui d’une gauche qui n’a plus d’illusion. Plus d’homme providentiel mis à part Mélenchon pour ses partisans. Si la majorité des commentateurs a souligné la justesse d’analyse de Ludivine Bantigny, nicolas 974 a quant à lui proposé un prolongement de cet article en proposant un extrait du livre de Pierre Jacquemain « Ils ont tué la gauche. Postures et imposteurs au sommet de l’Etat. »

Autre billet politique qui a donné lieu à de nombreux commentaires et pages vues, celui de Liem Hoang Ngoc. Une lettre en forme de bilan du quinquennat Hollande et de rappel à ses camarades frondeurs du PS qu’ils ont échoué dans leur initiative de réformer le PS. Et dans leur souhait d’organiser la tenue d’un nouveau congrès de Tours à Poitiers. Par ce texte, l’économiste et ancien eurodéputé socialiste Liêm Hoang-Ngoc, fondateur de la Nouvelle Gauche socialiste (NGS) qui appelle à voter pour Jean-Luc Mélenchon, le « candidat de la raison » a rallié de fait dans le fil de commentaires les pro JLM.

Quittons la politique pour nous plonger dans un débat qui ne fait que commencer. Au départ le livre «Le négationnisme économique et comment s'en débarrasser» des économistes Pierre Cahuc, membre du centre de recherche en économie et statistique (Crest) et André Zylberberg, directeur de recherche au CNRS. A peine sorti en librairie qu’il suscite de nombreuses réactions et commentaires. Et fait réagir dans nos colonnes.

1. Des journalistes : dans une tribune, des confrères de plusieurs médias dénoncent à leur tour «cette tentative d’intimidation» et se refusent à «tronquer les indispensables débats politiques sur les questions économiques dont les citoyens ont besoin plus que jamais à l’approche d’échéances électorales majeures pour notre pays».
Cette publication «d’un brulot taxant de «négationnisme» tous les courants de pensée en dehors du leur continue de susciter de vives indignations» souligne aussi le manque de diversité des opinions dans les medias publics.

2. Mais aussi des économistes , et en particulier des économistes atterrés qui ont un blog hébergé chez Mediapart.

 

On ne peut conclure cet hebdo sans rappeler que les migrants de Calais ou d'ailleurs font toujours l’actualité et font l’objet de billets dans le Club. Dont celui de Philippe Poutou qui a déclenché une myriade de commentaires. Signalons au passage celui de Philippe Pierpont qui donne le ton de ce long fil: «Cette société française comme d'autres en Europe et dans le monde, ne fait plus référence aux droit de l'homme mais à la notion de mérite. Ce choix sociétal a conduit à des politiques d'exclusion car bien sur, le mérite est attribué sur la base de ce qu'un individu rapporte à ses maitres. Pour les autres, c'est l'exclusion puisque sur le même principe, il le mérite dans cette même logique. Les solidarités ont d'abord reculé sur le plan social avec une économie faite sur le dos des plus faibles...».

On ne peut pas passer sous silence tous les billets de Juliette Keating qui suit l’évolution de la situation des familles Roms expulsées de la Boissière à Montreuil : citons son dernier billet. Ou le coup de gueule contre les politiques et les pouvoirs publics (le énième) de Marcel Nuss qui continue son combat sur l'accompagnement sexuel des personnes en situation de handicap ou de perte d'autonomie.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.