«LE PROCHE-OCCIDENT: L’ISLAM (LE CAPITAL COMME CRÉDIT)

Pendant l’essentiel du M-Âge, le centre nerveux de l’économie mondiale, la source de ses innovations financières les plus spectaculaires, n’a été ni la Chine ni l’Inde, mais l’Occident, ce qui, du point de vue du reste du monde, signifiait le monde musulman. Pendant la quasi- totalité de cette période, la chrétienté logée dans l’empire déclinant de Byzance (...) fut pratiquement insignifiante.

TABLEAU COMPARATIF DU DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE DU PROCHE-OCCIDENT AU MOYEN-ÂGE, IN DETTE: 5000 ANS D’HISTOIRE, DAVID GRAEBER, 2011 & 2013 © E’M.C. L’ISLAM ET L’OCVIDENT TABLEAU COMPARATIF DU DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE DU PROCHE-OCCIDENT AU MOYEN-ÂGE, IN DETTE: 5000 ANS D’HISTOIRE, DAVID GRAEBER, 2011 & 2013 © E’M.C. L’ISLAM ET L’OCVIDENT

 

 

 

         Le profit de chaque partenaire doit être proportionné

               à la part prise par chacun dans l’aventure.

                       Précepte juridique islamique.

                                        •

Puisque les habitants de l’Europe occidentale sont accoutumés

                          depuis si longtemps

                            à penser l’Islam

                    comme la définition même

                             de l’ «ءOrient»,

                      il est facile d’oublier que,

       du point de vue de toutes les autres traditions,

           la différence entre christianisme et islam

                       est quasiment négligeable.

                                       •

                    Il suffit d’ouvrir un livre

                 sur la philosophie islamique

                              médiévale

              pour tomber sur des controverses

             entre les aristotéliciens de Bagdad

           et les nés-pythagoriciens de Bassora 

             ou les nés-platoniciens de Perse 

                          -qui étaient tous,

                        fondamentalement, 

                                des lettrés

                                  engagés

                         dans le même effort

                             pour concilier

                  la tradition religieuse révélée

                                 inaugurée

                      par Abraham et Moïse 

    avec les catégories de la philosophie grecque,

                           et qui le faisaient

                      dans un contexte général

                     de capitalisme marchand, 

           de religion missionnaire universaliste, 

                    de rationalisme scienfique, 

                      de célébration poétique

                      de l’amour romantique 

         et de vagues périodiques de fascination 

                     pour la sagesse mystique

                         venue d’Orient. 

                                    •

       Dans une perspective historique mondiale,

              il est beaucoup raisonnable

                                de voir

         le judaïsme, le christianisme et l’islam

               comme trois manifestations

                 de la même grande tradition

                           intellectuelle

                           occidentale, 

                                  qui,

            pendant plus d’une grande partie

                 de l’histoire de l’humanité, 

                           a eu pour foyer

                la Mésopotamie et le Levant,

        s’est étendue en Europe jusqu’en Grèce

                et en Afrique jusqu’en Égypte,

                        et a poussé parfois

                         encore plus loin

                en traversant la Méditerranée 

                    ou en descendant le Nil.

                                      •

                        Économiquement,

                   l’essentiel de l’Europe 

                         s’est trouvé, 

            peut-être jusqu’au Moyen-Âge, 

                          exactement

                 dans la même situation 

              que l’essentiel de l’Afrique:

    des territoires rattachés à l’économie mondiale-

                        -quand ils l’étaient-

       surtout en tant qu’exportateurs d’esclaves,

                      de matières premières 

               et parfois de produits exotiques 

             (l’ambre, les défenses d’éléphant...)

           et importateurs de biens manufacturés 

                (soies et porcelaines chinoises,

                calicots indiens et acier arabe) 

                                       •

                          Voici un tableau

                  qui permet de se faire une idée

          du développement économique comparé 

      (même si les exemples sont assez dispersés 

                        dans le temps): (58)

                                      •

DETTE: 5000 ANS D’HISTOIRE, David Graeber, DEBT: THÉ FIRST 5000 YEARS, Éditeur original, Merville House New York, David Graeber, 2011

Les liens qui libèrent, 2013 (ps. 332, 333) Pour la traduction française. 

Notes D.G. 

(58) D’après un graphique de MacDonald (2006), p. 65. 

                                    •

Choix, découpage, séquençage, bibliographie, notes et notes réservées, liens, E’M.C. 

    

          

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.