DETTE: 5000 ANS D’HISTOIRE (LE MOYEN-ÂGE)

De plus pendant l’essentiel du Moyen-Âge, l’Islam n’a pas été seulement le cœur de la civilisation occidentale; c’était aussi son aile marchante, qui avançait en Inde, s’étendait en Afrique et en Europe, envoyait des missionnaires et gagnait des convertis par-delà l’océan indien. David Graeber.

L’attitude islamique dominante à l’égard du droit de l’État et des questions économiques

était diamétralement opposée à celle qui régnait en Chine. 

Les confucéens se méfiaient du mode de gouvernement qui repose sur des codes juridiques précis. 

Ils préféraient se fier au sens de la justice du letrré cultivé - lettré qui était aussi, postulaient-ils, un fonctionnaire de l’État.

L’Islam médiéval, en revanche s’enthousiasmait pour le droit

qu’il concevait comme une constitution  religieuse issue du Prophète, 

                      mais voyaient l’État, 

                       la plupart du temps, 

             comme une regrettable nécessité, (b)

une insitution que les esprits vraiment mieux feraient bien d’éviter. (59)

                                      •

L’une des raisons de cette vision des choses était la nature particulière de l’État islamique.

Les chefs militaires arabes, qui après la mort de Mahomet (a)

en 632 après J.C.,

ont conquis l’Empire sassanide et créé le Califat abbasside n’ont jamais cessé de se percevoir comme des habitants du désert;

ils n’ont jamais eu le sentiment de faire réellement partie des civilisations urbaines qu’ils gouvernaient.

Ce malaise n’a jamais été totalement surmonté, ni d’un côté ni de l’autre. 

La grande partie de la population a mis des siècles à se convertir à la religion des conquérants,

et même quand elle l’a fait, elle ne s’est jamais vraiment identifié à ses monarques.

Elle a continué à percevoir l’État comme un pouvoir militaire, 

nécessaire peut-être pour défendre la foi, 

mais fondamentalement extérieur à la société.

                                       •

               Il y avait aussi une autre raison:

l’alliance très particulière entre les marchands et le peuple qui s’est constituée 

contre l’État.

Après la tentative avortée du calife Al-Mamoun pour établir une théocratie en 832,

l’État a opté pour la non intervention en matière religieuse.

                                        •

           Les diverses écoles juridiques islamiques

                        ont été laissées libres

                                  de créer

           leurs propres institutions pédagogiques

           et de maintenir leur propres systèmes,

                                distincts, 

                         de justice religieuse.

                                 Surtout,

                 ce sont les oulémas, les juristes,

                 qui, pendant ces mêmes années,

ont été les principaux agents de conversion à l’islam du gros de la population de l’empire,

en Mésopotamie, en Syrie, en Égypte et en Afrique du Nord. (60)

                                     •

                                   Or -

                       à l’instar des anciens

               qui dirigeaient les corporations, 

                  les associations civiques, 

                les confréries commerciales

                          et religieuses -

                   ils ont fait de leur mieux

                          pour tenir l’État, 

                              ses armées

                            et son apparat

                        à bonne distance. (61)

                                   •

 « Les meilleurs princes sont ceux qui rendent visite aux religieux; 

les pires religieux sont ceux qui rendent visite aux princes», disait un proverbe. (62)

          Une histoire turque médiévale (c)

                  est encore plus claire: 

Un jour l’empereur convoqua Nasreddin à la cour. 

-Dis-moi, tu es un mystique, un philosophe,

un homme qui pense hors des sentiers battus.

                                      •

    Je m’interroge sur le problème de la valeur.

   C’est une question philosophique intéressante.

                                      •

   Comment établit-on la valeur d’une personne

                           ou d’un objet ?

                                     •

                         Moi, par exemple. 

                Si je te demandais d’estimer

                             ma valeur,

                           que dirais-tu ?

                                   •

                      - Eh bien je dirais

                 environ deux cents dinars.

                                   •

                    L’empereur fut sidéré. 

                             - Quoi ! ?

              Mais cette ceinture que je porte

                    vaut deux cents dinars!

                                   •

                    - Je sais, dit Nasreddin,

                         j’ai tenu compte

                  de la valeur de la ceinture 

                                   •

Notes, D.G.

• (59) Voici l’une des images favorites utilisées en Chine pour évoquer la domination des légistes sors la Première Dynastie tant détestée, ils fabriquaient de grands chaudrons de cuivre sur lesquels chaque loi était inscrite explicitement -puis s’en servaient pour faire bouillir vivants les criminels.

• (60) Voir Bulliet (1979); et aussi Lapidus (2002, p. 141-146) sur le processus de conversion. Etc.

• (61) «La plupart du temps, les milieux populaires payaient leurs impôts par l’intermédiaire de leurs notables et s’occupaient de leurs affaires. 

De même l’État percevait les impôts, assurait la sécurité et, pour le reste, s’occupait de ce qui l’intéressait: la guerre extérieure, le mécénat des sciences et des arts, une vie de luxe ostentatoire » (Pearson, 1982, p.54)

+ Note réservée E’M.C.

• (62) Ce proverbe apparaît, attribué au Prophète lui-même, dans Le livre de la science d’Al-Ghazali (Ihya’ Kitâb al-‘Ilm, 284)

suivi d’une longue liste d’énoncés comparables:

«Saïd Bin Musaiyab a dit: «Quand vous voyez un religieux rendre visite à un prince, évitez-le, car c’est un voleur.» 

Al-Auza’i (*) a dit: «Il n’est rien de plus détestable pour Allâh qu’un religieux qui rend visite à un dignitaire...», etc.

Cet état d’esprit n’a nullement disparu.

Une forte majorité des ayatollahs iraniens, par exemple, 

s’oppose à l’idée d’un État islamique 

en faisant valoir qu’il va nécessairement corrompre la religion.  (Note, E’M.C. réservée prochain billet) 

 

Dette: 5000 ans d’histoire - Le Moyen-Âge - David Graeber, Les liens qui libèrent, 2013. 

                                    •

Notes, E’M.C.

(a) Aucun intellectuel anglophone (islamologue ou autre chercheur), concernant le Prophète ne dit ou a fortiori ne péjore à l’inversif  «Mahomet» - mais Mohammed - qui devrait être immuable, à l’instar de tout nom propre, sans ré-torsion anagrammatique   comme on le constate quasi systématiquement en trahitraduction française - l’auteur américain écrit Muhammad. C’est ainsi qu’on le retrouve, tétûment noté, dans les manuels scolaires quand bien même il s’agit d’un extrait de texte arabe!

(b) Voir, entre autre, sur l’in-contournabilité de l’État enfer-paradisié, Novalis, Kant, Marx, etc.

(c) Voir, Patrimoine arabe, Dj’ha, Djoha, Goha, et, entre autres ses variantes italiennes, Giuha, Gepetto, etc. 

(*) Note à la note (62) de D.G. 

Al-Awzâ’î, transcription (et phonétique) exacte du nom du Compagnon. 

                                   •

Choix, découpage, séquençage, liens, E’M.C. 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.